EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Divers Horizons

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Divers Horizons

Le Vatican proteste contre le massacre de Dili

Divers Horizons 16/12/1991

Le Saint-Siège a protesté officiellement contre le massacre perpétré, le 12 novembre 1991 à Dili, par les troupes indonésiennes d'occupation de Timor Oriental (17). En commentant cette initiative, le directeur du bureau de presse du Vatican a déclaré que le Saint-Père, par son intervention, "a fait un pas diplomatique significatif", n'hésitant pas à mettre l'accent - ce qu'il n'avait pas fait avec autant d'insistance, lors de sa visite, voici deux ans, en Indonésie et à Timor (18) - sur les droits fondamentaux des citoyens de Timor Oriental; la note diplomatique indique en effet que "tout en sauvegardant la paix sociale, l'identité religieuse et culturelle des habitants et les droits de l'homme doivent être respectés".

Un nouvel ambassadeur de Thaïlande au Vatican

Divers Horizons 16/12/1991

Le mardi 19 novembre, au nouvel ambassadeur de Thaïlande venu lui présenter ses lettres de créance, le pape Jean-Paul II a exprimé toute la gratitude qu'il portait à ce pays pour avoir accueilli pendant si longtemps un grand nombre de réfugiés du Cambodge. Il a cependant demandé à M. Sinthu Sorasongkram, jusqu'ici en poste en Suisse, que Bangkok, en collaboration avec les organismes s'occupant d'eux, déploie des efforts encore plus grands pour que la tragédie vécue par ces personnes déplacées puisse être aujourd'hui rapidement résolue selon la formule du rapatriement volontaire.

Hongkong: 28 demandeurs d'asile vietnamiens rapatriés de force

Divers Horizons 16/12/1991

Les choses n'ont pas traîné. Il n'aura pas fallu longtemps aux autorités de Hongkong - un peu plus d'un mois - pour appliquer l'article principal de l'accord sur le rapatriement forcé conclu avec le Vietnam, le 29 octobre 1991 (15). En effet, sur les 13 demandeurs d'asile vietnamiens ayant touché les côtes du territoire, le lendemain de la signature de l'accord, le 30 octobre, 12 ont été expulsés vers leur pays, mardi, 10 décembre 1991. Le seul à avoir été épargné avait obtenu le statut de réfugié politique.

Quels prêtres pour l'Asie d'aujourd'hui ?

Divers Horizons 01/12/1991

"La Parole de Dieu n'a pas encore été entendue dans la plupart des régions de l'Asie: l'appel à la mission n'en est que plus urgent". C'est l'une des conclusions du séminaire qui, du 18 au 25 octobre 1991, a réuni à Manille 68 responsables et directeurs spirituels de grands séminaires, venus de l'Inde, de l'Indonésie, du Japon, du Myanmar, du Pakistan, des Philippines, de la Corée du Sud, du Sri Lanka et du Vietnam. Cette réunion avait été organisée par la Fédération des conférences épiscopales d'Asie (FABC). Le thème en était: "La formation des prêtres en notre temps".

Boat-people: Vietnam et Grande-Bretagne désirent une solution rapide et définitive

Divers Horizons 01/12/1991

Les Américains continuent de s'opposer au rapatriement non volontaire des demandeurs d'asile vietnamiens hébergés dans les camps de Hongkong. Cette attitude vient d'être condamnée par les membres du Conseil législatif du territoire: ces derniers blâment les autorités des Etats-Unis qui, chez eux, expulsent les réfugiés haïtiens et, à Hongkong, refusent le retour forcé des boat-people vietnamiens. Cependant, les pays intéressés, à savoir la Grande-Bretagne, Hongkong et le Vietnam semblent avoir décidé de ne pas tenir compte de cette opposition et de donner une solution rapide à ce que les autorités du territoire considèrent comme un "fardeau insupportable".

LETTRE OUVERTE AUX CITOYENS DE HONGKONG.

Divers Horizons 16/11/1991

Hongkong, le 9 novembre 1991.

Nous ne voulons pas retourner au Vietnam

Divers Horizons 16/11/1991

C'est ce qu'affirment sous une forme pathétique deux lettres ouvertes rédigées dans les camps de réfugiés à Hongkong et adressées, l'une au pape Jean-Paul II, l'autre aux citoyens de Hongkong (17).

Les pays de premier accueil et le rapatriement forcé

Divers Horizons 01/11/1991

L'acceptation donnée au principe du rapatriement forcé par le gouvernement vietnamien ne concerne pas seulement le territoire de Hongkong dont les camps abritent aujourd'hui près de 60 000 Vietnamiens qui ont fui leur patrie, parmi lesquels seulement 5 154 ont été reconnus comme réfugiés politiques. Les divers autres pays de l'Asie du Sud-est qui, eux-aussi, accordent un premier asile aux réfugiés vietnamiens, ont chacun réagi à leur manière.

Le Vietnam annonce des sanctions contre les futurs rapatriés de force

Divers Horizons 01/11/1991

A Londres, le 21 octobre 1991, par l'intermédiaire du Foreign Office, le gouvernement vietnamien faisait savoir que "pas un seul des réfugiés rentrant au Vietnam n'avait été persécutéLe même jour, au Vietnam, on entendait un son de cloche passablement différent. Les autorités de la province de Haiphong d'où sont originaires la majorité des "boat-people récidivistes" (13) qui vont être renvoyés de force dans leur patrie, ont, selon un journal de Hongkong, complaisamment et publiquement étalé l'arsenal de sanctions en passe d'être prises contre les nouveaux arrivants.

Rapatriement forcé pour le mois de novembre 1991

Divers Horizons 01/11/1991

Le 29 octobre 1991, au terme d'entretiens avec la Grande-Bretagne qui ont duré près de deux mois, les autorités vietnamiennes ont signé un accord par lequel ils acceptent le rapatriement forcé de près de 50 000 de leurs compatriotes, demandeurs d'asile à Hongkong et considérés par les services d'immigration du territoire comme des immigrants illégaux. Dorénavant, comme "Eglises d'Asie" l'avait annoncé (10), les demandeurs d'asile seront sélectionnés avant leur entrée sur le territoire, et renvoyés dans les six semaines s'ils ne sont pas déclarés réfugiés politiques. Seuls, désormais, les Etats-Unis affichent toujours leur opposition à ce mode de rapatriement (11); il ne semble pas que la récente annonce de futurs pourparlers avec le Vietnam et la probable cessation de l'embargo américain dans les mois qui viennent soient de nature à faire revenir les autorités de Washington sur leur décision.