EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Divers Horizons 1990 DANS LES EGLISES D'ASIE

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Divers Horizons -

Imprimer

1990 DANS LES EGLISES D'ASIE [ Bulletin EDA n° 103 ]

16/01/1991

Une année s'achève. Elle a été riche, en événements de toutes sortes. L'Asie, comme les autres continents, a connu des changements, des progrès, des difficultés, dont l'Eglise, partout, a été solidaire.

Au PAKISTAN, chrétiens et musulmans continuent ce que certains appellent "une guerre de religion non déclarée". La différence fondamentale, expliquait, au début de l'année, le P. James Channan, o.p., réside en ce que les musulmans vénèrent Jésus comme un prophète, mais rejettent sa divinité et nient qu'il soit jamais mort sur une croix, alors que les chrétiens, de leur côté, expriment des doutes sur la qualité de Mahomet comme prophète.

Et pourtant, la solidarité entre chrétiens et musulmans n'a pas été un vain mot. Les associations féminines des deux religions ont lutté ensemble contre la drogue. Elles ont ensemble protesté contre les lois discriminatoires à l'égard des femmes. Elles ont fait campagne pour la paix, l'éducation, les droits de l'homme. Elles ont fait front commun contre la violence qui a sévi dans les provinces du Sindh et du Cachemire.

La cour suprême du Pakistan a accepté une pétition faite par l'Eglise pour que soient reconnus les droits des minorités religieuses à enseigner leur propre doctrine. On s'attend à ce que l'affaire vienne un jour en jugement.

Mais au mois d'août, Mme Bhutto, prenant position contre certains groupes "fondamentalistes" musulmans, se voyait accuser de trahir l'islam. Elle perdait bientôt sa charge de premier ministre et l'assemblée législative était dissoute. De nouvelles élections éliminaient presque son parti du parlement.

L'affaire d'Ayodhya, en Inde, a provoqué de vives réactions eu sein de la communauté musulmane du Pakistan, avec destruction d'églises et de temples hindous. Ce qui amena les fidèles de l'hindouisme à organiser, en commun avec les chrétiens, des démonstrations contre les persécutions dont ils étaient victimes.

Pour les chrétiens du NEPAL, 1990 aura été une année de libération. Les catholiques ont activement participé à la lutte pour la démocratie, qui aboutit à l'installation d'un gouvernement provisoire et à la promulgation d'une nouvelle constitution. Les chrétiens ont profité des nouvelles libertés qui leur étaient accordées: l'interdiction d'importer bibles et littérature religieuse était levée. Le Népal devenait membre de l'Association internationale catholique pour l'apostolat biblique. Des magazines ont vu le jour, en

népalais, publiés conjointement par catholiques et protestants. L'un d'eux, a même présenté des photos de chrétiens qui avaient été emprisonnés et torturés pour leur foi. Après la promulgation, le 9 novembre, de la nouvelle constitution, tous les procès contre des convertis chrétiens ont été annulés. "Caritas-Népal" a été fondée à Katmandou, ainsi qu'une association de travailleurs catholiques népalais. Une dizaine de congrégations

religieuses sont actuellement présentes dans le pays. Un ministre a même accepté de poser la première pierre d'un futur bâtiment pour le collège St-François Xavier.

Le BANGLADESH connaît, en ces dernières semaines de l'année, une période de grande incertitude. L'Eglise catholique, qui ne compte que pour environ 0,30% de la population, fait cependant son bilan et constate que celui-ci est, malgré tout, positif.

Au cours de l'année, plusieurs réunions ont permis aux religieux et prêtres diocésains de Dacca d'échanger sur des programmes de catéchèse tenant compte de l'interdiction gouvernementale d'utiliser d'autres documents que la Bible. Et le 24 août, des décisions étaient prises sur la formation d'équipes, composées de prêtres, de religieux et de laïcs, pour s'occuper de l'enseignement religieux dans les différentes écoles dirigées par l'Eglise. Pour les paroisses, on prévoyait aussi la formation d'équipes de catéchèse, et l'on encourageait les divers groupes d'action catholique de l'enfance.

Les 8 et 9 février, quelque 5 000 catholiques se sont réunis, au "Miriam Ashram", près de Chittagong, pour le pèlerinage annuel à Notre-Dame. Fondé en 1946 par un frère canadien de la Sainte-Croix, l'ashram est devenu un lieu de prière et de réflexion ouvert à tous.

En mars, le gouvernement avait interdit l'importation du Nouveau Testament en bengali imprimé à Hongkong. On lui reprochait d'utiliser des termes religieux arabes empruntés au Coran. Le livre était devenu un best-seller avec plus de 200 000 exemplaires vendus en huit ans. Mais l'interdiction était levée dès le mois d'avril.

Dans le diocèse de Mymensingh, au sud du pays, l'Association des jeunes catholiques organisa, les 13 et 14 septembre, une rencontre d'écrivains catholiques qui réunit une trentaine de participants. Pendant ce temps l'évêque, Mgr Francis Gomes, bénissait la première pierre du futur petit séminaire St-Paul, le cinquième au Bangladesh, et destiné à former les candidats à la prêtrise originaires de la tribu des Garo.

Du côté protestant, le responsable national de la communauté baptiste était, au mois de mai, nommé conseiller auprès de la Présidence pour les affaires des organisations non gouvernementales.

Pour l'INDE, 1990 a été surtout marquée par la montée du "fondamentalisme" hindou. Mais elle a aussi vu progresser la solidarité entre chrétiens.

Celle-ci s'est exercée, par exemple, à l'occasion de l'attaque dont des religieuses ont été victimes en Uttar Pradesh, dans le courant de juillet. En août, plus de 100 000 chrétiens de toutes dénominations ont, ensemble, protesté pour que leurs frères originaires des basses castes se voient attribuer les mêmes avantages financiers, sociaux et autres dont jouissent les "dalits" hindous, sikhs et bouddhistes. Le meurtre, à la mi-novembre, de deux religieuses à Bombay a de nouveau été l'occasion pour les chrétiens de se serrer les coudes.

Des rassemblements oecuméniques, en particulier pour discuter de futures propositions de loi concernant les femmes, ont eu lieu tout au long de l'année.

Pendant ce temps, la question de la mosquée d'Ayodhya s'envenimait au point d'être à l'origine de véritables tueries en de nombreuses villes. Les chrétiens, qui forment 2,43% de la population totale seulement, et bien que non directement concernés par ce problème, ont par la voix de plusieurs de leurs leaders, et par l'intermédiaire de leur presse, fait connaître leur point de vue et encouragé leurs frères hindous et musulmans à faire la paix. Cette affaire, ajoutée à celle des "réservations" d'emplois pour les "dalits", devait d'ailleurs faire tomber le gouvernement au pouvoir depuis moins d'un an, après que 160 jeunes étudiants se soient suicidés en signe de protestation contre les décisions du premier ministre de l'époque.

En ce mois de décembre, les chrétiens ont continué à jouer la carte de la solidarité lorsque, pour montrer encore une fois leur union avec leurs frères "dalits", ils ont décidé de se limiter, pour Noël, aux seules célébrations liturgiques.

L'Eglise de MALAISIE s'est, en 1990, beaucoup préoccupée de politique.

Les élections provinciales et fédérales ont attiré l'attention sus l'Etat de Sabah, dans l'île de Bornéo. Les questions religieuses y étaient particulièrement sensibles. L'affaire commença, à la fin octobre, lorsque le parti à majorité chrétienne, membre de la coalition au pouvoir, se retira de celle-ci après avoir été accusé de propagande religieuse. L'accusation était basée sur une prétendu lettre qui aurait été envoyée par le pape à M. Joseph Pairin Kitingan, le félicitant pour ses efforts en vue de détruire l'islam. L'affaire était tellement grave que, pendant la campagne électorale qui a suivi, les évêques durent lancer un appel pour que l'on cesse d'exploiter les sensibilités religieuses à des fins politiques. Le 6 octobre, l'épiscopat catholique publiait une lettre pastorale invitant les fidèles à considérer leur participation aux élections comme une obligation chrétienne vis-à-vis du pays.

Au cours de l'année, les chrétiens ont aussi poursuivi, en commun avec les leaders des religions non musulmanes, leur lutte contre la "loi de sécurité interne" (qui permet un emprisonnement sans jugement: une loi dont plusieurs chrétiens ont été les victimes dans le passé) et contre l'islamisation de la Malaisie. Cette campagne était encouragée par la Conférence épiscopale.

En dehors de ces activités en rapport avec la politique, l'Eglise en Malaisie a fait porter ses efforts principalement sur la formation de la foi. Des congrès eucharistiques ont eu lieu à Kota Kinabalu et à Kuala Lumpur. Un nouvel Institut de pastorale à été fondé à Kuching.

Le 30 décembre 1989, le président nouvellement élu au SRI LANKA, M. Premadasa, déclarait 1990 année de la Jeunesse. Bientôt, les universités du pays étaient rouvertes, après avoir été fermées pendant deux ans. Et 10 000 étudiants reprenaient leurs études.

En même temps, le 12 janvier, la commission "Justice et paix" de la Conférence épiscopale invitait le gouvernement, les associations de militants, les groupes para-militaires, à mettre fin à la violence.

Le gouvernement, de son côté, encourageait les jeunes qui avaient été impliqués dans des activités subversives à déposer les armes et à se rendre, leur promettant justice, compréhension, réhabilitation.

Le 24 mars, les derniers soldats indiens quittaient le pays, au bout de plus d'un an et demi, sans avoir réussi à ramener la paix dans le nord et l'est du Sri Lanka, où la guerre fait toujours rage. Au 25 juin, elle avait fait 80 000 réfugiés de plus. Selon des statistiques officielles, ils étaient 934 501 au 27 août.

Les Eglises contribuent au travail d'entraide. Et depuis le début de la crise au Moyen-Orient, elles apportent une aide appréciable aux efforts gouvernementaux en faveur de ceux qui en reviennent, souvent les mains vides.

L'Eglise en INDONESIE fut, cette année, le point d'attraction des catholiques asiatiques avec, en juillet, l'assemblée générale de la FABC (Fédération des conférences épiscopales d'Asie). Une assemblée au cours de laquelle les évêques délégués ont essayé de préciser les questions les plus importantes pour la vie de leurs pays respectifs et de leurs Eglises.

Le pays s'est donné un programme de développement portant sur 25 ans et se prépare à entrer, en 1994, dans la "période d'industrialisation". En plusieurs diocèses, des synodes ont été organisés ou sont en cours, visant à un renouvellement et un approfondissement de la foi et de la vie chrétienne chez les catholiques. L'Eglise essaie de se situer dans ce pays à majorité musulmane. Elle s'efforce de participer, selon ses propres moyens, aux efforts de développement du gouvernement. Elle se trouve parfois sur la défensive vis-à-vis de la majorité. Mais elle invite politiciens et intellectuels catholiques à prendre part le plus possible aux activités politiques, aux réunions interreligieuses, et aux efforts du pays dans les domaines de l'éducation et de la santé. La hiérarchie s'efforce d'encourager l'apostolat des laïcs en les poussant à prendre de plus en plus leurs reponsabilités.

Dans un pays continuellement en crise, l'Eglise des PHILIPPINES a voulu être messagère de paix, tout en s'exprimant clairement sur les problèmes de l'heure.

Dès le début de 1990, la hiérarchie s'était prononcée contre la tentative de coup d'Etat du mois de décembre 1989, et invitait tous les Philippins à faire la paix.

La réforme agraire tient une place importante dans les préoccupations de la hiérarchie, ainsi que la question des bases américaines: une étude faite par Mgr Claver, s.j., a montré que la majorité des évêques désirent que, dans les cinq à dix années prochaines, ces bases soient fermées ou rendues aux autorités nationales.

1990 avait été déclaré "année de la Catéchèse". Une année qui s'est terminée le 8 décembre. Les diverses activités et la réflexion ont permis de mettre en lumière un certain nombre de points négatifs qu'il s'agit maintenant de rectifier.

Le 7 octobre, la Conférence épiscopale publiait une lettre pastorale sur le contrôle des naissances, demandant aux catholiques de ne pas participer aux programmes lancés par le gouvernement, dans la mesure où ces programmes ne respectaient pas la dignité humaine.

La fin de l'année voit se préciser la préparation du Deuxième concile plénier des Philippines, auquel doivent participer quelque 500 personnes, du 20 janvier au 17 février 1991.

L'année qui se termine a été, pour bien des Philippins, une année de désastres: au mois de juillet, un tremblement de terre détruisait une partie de l'île de Luçon; puis, en octobre, c'était un typhon qui fondait sur les Visayas, les îles formant le centre de l'archipel. A chaque fois, l'Eglise s'est efforcée de porter secours aux victimes. A Cebu, les évêques et le clergé insistent auprès de ceux qui détiennent les clés de l'économie pour que les pauvres n'aient pas à souffrir davantage, par suite d'une hausse des prix.

Un problème important auquel l'Eglise des Philippines doit faire face est celui du manque de personnel: la moyenne nationale est d'un prêtre pour 8 396 catholiques. Mais le succès des communautés chrétiennes de base est une source de beaucoup d'espoirs.

Le diocèse de MACAO, qui est passé, il y a deux ans, sous l'autorité de son premier évêque chinois, a été actif sur différents plans: éducation, service social, politique, formation des laïcs et des prêtres.

Plusieurs écoles ont été ouvertes. Mais les difficultés financières sont grandes: le gouvernement portugais n'accorde que chichement ses subsides aux écoles de langue chinoise. Avec l'Association des éducateurs chinois, une organisation de tendance pro-chinoise et procommuniste, l'Association des écoles catholiques cherche les moyens d'améliorer le système d'éducation.

"Caritas-Macao" dirige cinq maisons d'accueil pour vieillards, cinq centres pour handicapés et huit crèches. Plus de mille familles nécessiteuses ont reçu des subsides au cours de l'année.

L'évêque, Mgr Domingos Lam Ka Tseung, fait partie du Comité de rédaction de la future loi fondamentale qui servira de miniconstitution au territoire après son retour à la Chine, en 1999. Un groupe de catholiques s'intéresse de très près à ce travail, et organise sur ce sujet des réunions de réflexion et d'information.

Le séminaire Sao José, qui était fermé depuis deux ans, a rouvert ses portes en septembre. Il abrite une douzaine de jeunes gens.

Le diocèse de Macao compte 32 prêtres diocésains et 28 prêtres religieux. Mais l'âge moyen est de 55 ans. Et l'évêque calcule qu'en 1999, il ne restera plus que 12 prêtres diocésains dans le ministère actif.

1990 fut, à TAIWAN, l'année du Sacerdoce. Elle a été marquée par la consécration d'un évêque auxiliaire pour Taipei et l'ordination de huit prêtres. Un regret exprimé par l'archevêque: parmi ces huit ordinands, il n'y avait pas un seul séculier.

La Légion de Marie, qui est forte de 1 000 membres, a fêté en septembre ses 40 ans d'existence.

Au cours de sa réunion du 3 au 7 septembre, la Commission épiscopale pour l'évangélisation encourageait l'établissement de communautés chrétiennes de base. Mais les choses ne sont pas faciles: "Les Chinois n'aiment pas partager", dit un leader laïc.

Le 24 octobre, une messe concélébrée commémorait le centième anniversaire de la naissance du premier cardinal chinois, Mgr Thomas Tien Keng-hsin. En son souvenir, une église nouvellement construite était consacrée, où il est désormais inhumé.

HONGKONG, quant à lui, ouvre en cette fin d'année les célébrations qui doivent marquer les 150 ans de l'Eglise dans le territoire.

La joie n'est cependant pas sans mélange. L'échéance de 1997, avec le retour à la Chine, inquiète beaucoup de gens. Ne dit-on que les chrétiens, toutes "dénominations" confondues, émigrent au rythme d'un millier par semaine? Une enquête faite auprès des maîtres dans les écoles catholiques a montré que 20% d'entre eux ont l'intention de partir. Et encore 13% désirent obtenir une autre nationalité avant 1997.

A l'intérieur de l'Eglise, comme dans la société en général, les discussions sont vives entre ceux qui se résignent à partir et ceux qui veulent rester à tout prix. La question d'une éventuelle législation sur les droits de l'homme est particulièrement sensible. Pour certains, la loi fondamentale acceptée par le parlement chinois devrait suffire; mais d'autres pensent qu'il est nécessaire de codifier les droits de l'homme. La Chine, quant à elle, ne manque aucune occasion d'exprimer son opposition à un tel projet.

Des élections sont prévues pour 1991: l'évêque, dans sa lettre pastorale du mois de novembre, encourage vivement les catholiques à y participer activement.

Le problème des réfugiés vietnamiens n'est toujours pas résolu: 44 000 "boat-poeple" peuplent les camps de détention, attendant que l'on statue sur leur sort ou qu'on les rapatrie au Vietnam. 10 000 Vietnamiens, qui ont obtenu le statut de réfugiés politiques, attendent leur départ vers un pays d'accueil.

En CHINE, après la formation, en novembre 1989, d'une conférence épiscopale "souterraine", 32 évêques et prêtres ont été emprisonnés. En juillet 1990, 4 évêques, un vicaire général et 15 prêtres étaient encore détenus.

Certains, pourtant, caressent l'espoir que les relations entre la Chine et le Vatican vont aller en s'améliorant. Mais le 30 novembre, un vice-premier ministre, M. Wu Xueqian, insistait sur la volonté du gouvernement de sévir contre les "activités criminelles camouflées sous le couvert de la religion".

En 1990, quatre évêques de l'Eglise "officielle" sont décédés; sept ont été ordonnés. Le collège "officiel" des évêques de Chine est maintenant fort de 65 membres. Six des évêques nommés par Pie XII avant la révolution sont encore vivants: deux d'entre eux sont en exil.

25 jeunes gens ont été ordonnés prêtres. Le séminaire de Shesan, près de Shanghai, accueille désormais des professeurs occasionnels venus de Hongkong. Dans ce diocèse, la réforme liturgique de Vatican II commence à se mettre en place.

Copyright

(Traduction-adaptation EDA à partir de dépêches d'UCAN de décembre 1990)<br />