EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud Sri Lanka L'Eglise et l'Etat unis contre la drogue

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud - Sri Lanka

Imprimer

L'Eglise et l'Etat unis contre la drogue [ Bulletin EDA n° 100 ]

01/12/1990

A Negombo, dans les faubourgs de Colombo, les services diocésains de lutte contre la drogue, ont, avec la participation des autorités civiles, organisé, en septembre dernier, une marche à laquelle ont participé quelque 1 200 étudiants. Cette manifestation entrait dans le cadre d'une campagne organisée par le gouvernement afin d'attirer l'attention du public sur les dangers de la drogue et les problèmes sociaux que son abus peut engendrer. En même temps, une école publique présentait une exposition destinée à mettre en lumière l'esclavage des drogués: plus de 10 000 visiteurs y sont venus. On y décrivait aussi le travail accompli par le diocèse dans ce domaine.

Negombo est une ville à prédominante catholique. C'est aussi là que se trouve l'aéroport international de Colombo. Or, avec l'expansion du tourisme, celui-ci est devenu un centre de transit international pour la drogue. Les jeunes de l'endroit en subissent les conséquences. Au point qu'il a fallu établir des tribunaux spéciaux pour juger des délits relatifs à la drogue.

L'usage de celle-ci existe au Sri Lanka depuis toujours, mais on utilisait surtout le "ganja" (chanvre indien) ou l'opium. Et les jeunes n'y touchaient pas. A partir des années 60, les jeunes occidentaux, de plus en plus nombreux à venir dans le pays, y ont introduit la marijuana, l'héroïne et d'autres drogues dures. En affectant l'industrie du tourisme, la guerre civile déclenchée par les Tamouls du nord, avait limité les possibilités d'accès des jeunes à la drogue.

Mais cette industrie connaît actuellement une nouvelle expansion. D'où la campagne lancée il y a quelques mois par le gouvernement. Elle s'adresse surtout à la tranche d'âge des 15 à 35 ans. Les lois existantes seront appliquées plus strictement, et d'autres seront créées. Curieusement, les parents acceptent facilement que leurs enfants soient arrêtés: à cause du traitement qu'ils recevront en prison et des possibilités de réadaptation qui leur sont offertes.