EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud Pakistan Loi sur le blasphème : la famille de Salman Taseer refuse « le prix du sang »

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud - Pakistan

Imprimer

Loi sur le blasphème : la famille de Salman Taseer refuse « le prix du sang »

Loi sur le blasphème : la famille de Salman Taseer refuse « le prix du sang »

12/03/2015

Hier, 11 mars 2015, la famille de Salman Taseer, gouverneur de la province du Pendjab assassiné le 4 janvier 2011 par l’un de ses gardes du corps, a catégoriquement rejeté l’offre faite la veille par un groupement de partis politiques islamistes d’accepter « le prix du sang » en échange de l’acquittement du meurtrier ...

... de leur parent. La famille a déclaré qu’elle était toutefois prête à un dialogue avec ces partis, non pour négocier « le prix du sang » mais pour « ouvrir un débat sur les lois sur le blasphème », un sujet extrêmement sensible au Pakistan.

Le 9 mars dernier, la Haute Cour d’Islamabad statuait sur le procès en appel de Mumtaz Qadri, le garde du corps de Salman Taseer qui avait abattu son patron d’une rafale de Kalachnikov avant de revendiquer son geste comme le châtiment mérité pour « un apostat indigne de se dire musulman », coupable d’avoir « soutenu la blasphématrice Asia Bibi ». A la surprise de beaucoup au Pakistan, où l’on s’attendait à voir les juges revenir sur la peine de mort prononcée en première instance à l’encontre de Mumtaz Qadri, la Haute Cour a confirmé la sentence capitale ; seule la qualification d’acte terroriste retenue contre le meurtrier lors de sa condamnation, le 1er octobre 2011, par les juges de Rawalpindi a été abandonnée. Ce procès en appel, ajourné en janvier dernier tant l’affaire est sensible, s’est déroulé sous haute sécurité, les autorités craignant les manifestations des partisans de Mumtaz Qadri.

Le lendemain, les soutiens de Mumtaz Qadri ont déclaré qu’ils porteraient l’affaire devant la Cour suprême – comme le Code de procédure pénale leur en donne le droit. Ils ont également convoqué une conférence de presse au Club de la presse de Karachi pour annoncer qu’ils proposaient à la famille du gouverneur assassiné « le prix du sang », à savoir l’acceptation par les proches de la victime d’une somme d’argent en échange de l’arrêt des poursuites judiciaires contre le coupable, Mumtaz Qadri en l’occurrence.

Lors de l’enquête qui avait suivi l’assassinat de Salman Taseer, il était apparu que Mumtaz Qadri appartenait à un parti islamiste, le Dawat-e-Islami. Ce mardi 10 mars, ce ne sont pas les responsables de ce parti qui se sont exprimé mais ceux d’autres partis appartenant à la même école Barelvi, branche du sunnisme majoritaire au Pakistan ; quatre partis étaient représentés, le Jamiat Ulema-i-Pakistan (JUP), le Jamaat Ahle Sunnat, le Pakistan Sunni Tehreek et la Pakistan Sunni Alliance.

Le 11 mars, Shaan Taseer, fils aîné du gouverneur assassiné, a répondu par ces mots : « Au nom de ma famille, je déclare dans les termes les plus clairs qu’une telle offre ne peut être perçue que comme un affront à la mémoire de mon père, qui a donné sa vie pour défendre un principe. Il ne saurait y avoir aucune discussion au sujet du ‘prix du sang’ avec moi ou aucun membre de ma famille. Par conséquent, [ces quatre partis politiques islamistes] sont instamment priés de ne pas laisser penser qu’une telle offre peut être faite. »

Shaan Taseer a poursuivi ainsi : « De plus, [les partis politiques] ont mentionné qu’ils étaient ‘prêts pour un vrai dialogue sur l’affaire Mumtaz Qadri’. J’accueille bien volontiers cette offre en comprenant qu’un tel dialogue inclura un débat sur la loi sur le blasphème, mais pas sur le prix du sang. Au cas où ces partis envisagent ‘un vrai débat’, ils doivent en premier lieu condamner le recours à la violence ou à la menace à l’encontre des personnes ou des partis qui ne partagent pas leur point de vue. »

Dans un pays profondément divisés où chacun, de l’homme de la rue aux parlementaires en passant par les leaders d’opinion et les intellectuels, se garde d’exprimer son opinion sur les lois anti-blasphème par crainte des dangers dont les menacent les extrémistes, le fils du gouverneur assassiné a invité ces partis religieux à fixer le lieu et l’heure d’un tel débat. « Faisons [de ce débat] le début d’une nouvelle ère de coopération et de dialogue entre les tenants d’opinions différentes, et unissons-nous tous pour faire face aux graves dangers que l’extrémisme fait aujourd’hui peser sur notre pays, a conclu Shaan Taseer. Si nous parvenons à ce résultat – un résultat pour lequel mon père a payé de sa vie –, je suis certain qu’il se réjouira pour nous tous de là où il nous observe. »

Des propos particulièrement courageux de la part d’un membre d’une famille qui a payé un lourd tribut à l’extrémisme à l’œuvre dans le pays : outre la mort de leur père, un des fils de la famille, Shahbaz Taseer, a été enlevé le 26 août 2011 à Lahore et n'a pas réapparu depuis.

Concernant la peine de mort confirmée en appel pour Mumtaz Qadri, la presse locale écrit que la perspective de le voir exécuté par pendaison est encore lointaine. Outre le fait qu’il n’a pas épuisé tous les recours judiciaires, il a vu sa condamnation pour acte terroriste levée. Or, depuis l’attaque islamiste menée en décembre dernier à Peshawar contre une école gérée par l’armée – l’attaque la plus meurtrière de l’histoire récente du pays avec 145 morts, dont 132 enfants –, le gouvernement a levé le moratoire qu’il observait depuis 2008. Depuis le 19 décembre dernier, vingt-cinq condamnés à mort, tous pour crime de terrorisme, ont été pendus. Ce 10 mars, le ministre de l’Intérieur Chaudhry Nisar a cependant déclaré que désormais le moratoire était entièrement levé, ce qui signifie que la totalité des condamnés à mort sont désormais susceptibles d’être exécutés. Le Pakistan compte 8 000 condamnés dans les couloirs de la mort de ses prisons – l’un des chiffres les plus élevés de la planète – et un millier d’entre eux ont épuisés tous leurs recours, y compris une éventuelle grâce présidentielle. Ils ont été condamnés pour terrorisme ou des crimes d’homicide, de viol, de haute trahison ou de blasphème (à l’instar de la chrétienne Asia Bibi).

(eda/ra)