EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud Népal

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud - Népal

Les autorités décrètent une trêve dans la région qui accueille une conférence bouddhiste internationale

Népal 01/12/2004

Le 23 novembre dernier, les autorités népalaises ont décrété une trêve unilatérale de trois jours dans la région de Lumbini, le lieu de naissance de Bouddha, dans le sud-ouest du pays où une Conférence internationale sur le bouddhisme doit avoir lieu du 30 novembre au 2 décembre 2004. "L'Etat n'entreprendra aucune action militaire (dans la zone de Lumbini) durant la Conférence internationale sur le bouddhisme a déclaré le ministre de la Culture, Dip Kumar Upadhyay, dont les propos ont été rapportés par France-Presse. La guérilla maoïste, en lutte contre le pouvoir depuis 1996, n'a pas réagi à cette annonce.

Le deuxième sommet mondial du bouddhisme se tiendra prochainement au Népal

Népal 01/10/2004

Le Népal va accueillir une conférence internationale du bouddhisme du 30 novembre au 2 décembre prochain à Lumbini, le lieu de naissance de Bouddha. "Plus de vingt-cinq religieux de haut rang, des invités venus spécialement de 35 nations différentes sont attendus a déclaré le 9 septembre dernier Dip Kumar Upadhyay, ministre de la Culture, du Tourisme et de l'Aviation civile. Ce sommet mondial du bouddhisme, le deuxième du genre, est organisé par le Lumbini Trust Development (LDT) qui supervise l'aide au développement de cette ville du sud-ouest du Népal vénérée par les bouddhistes du monde entier.

En matière liturgique, l'Eglise catholique cherche à accommoder au mieux les instructions venues de Rome et les innovations prises par elle au nom de l'acculturation

Népal 16/09/2004

Dans l'église de l'Assomption à Katmandou, au cours de la messe dominicale célébrée en népali tous les samedis (1), les jeunes enfants qui n'ont pas encore fait leur première communion et les visiteurs non catholiques avaient jusqu'à récemment l'habitude, après la communion des fidèles, de venir à l'autel recevoir des pétales de fleurs. Cette pratique avait été mise en place dès l'inauguration de l'église, dont la construction avait été permise lorsqu'en 1990, la Constitution du pays avait reconnu la liberté religieuse. Ce rite s'inspirait de ce qui se faisait dans les temples hindous et bouddhistes du Népal où les croyants reçoivent des pétales de fleurs à l'occasion d'une prière ou d'une offrande (2). Le 7 août dernier, une annonce officielle a été faite, informant les catholiques et les non-catholiques que les pétales de fleurs ne seraient désormais plus distribuées au cours de la messe mais seulement à la sortie de la messe. Ce changement n'est pas passé inaperçu au sein de la petite communauté catholique de Katmandou.

Pour la troisième fois en quatre ans, une école catholique a été détruite par des rebelles maoïstes

Népal 16/09/2004

A Gorkha, dans le centre-ouest du pays, une école catholique, l'école pour garçons Saint Joseph, a été détruite par la rébellion maoïste. Le 12 septembre dernier, à la nuit tombée, un groupe de sept rebelles maoïstes, âgés de 18-20 ans, s'est fait remettre les clefs de l'établissement et y a fait exploser une bombe de forte puissance, avant de disparaître à la faveur de l'obscurité. Menée sous la menace d'armes à feu, l'action n'a pas fait de victimes, le gardien et le P. Denis D'Souza, principal de l'école, n'ayant pas été battus par les rebelles. "La façon la plus adéquate de décrire les lieux tels qu'ils se présentent aujourd'hui, a déclaré le lendemain le P. D'Souza, est de dire que tout est détruit. Nous n'avons rien pu sauver."

Après les émeutes anti-musulmanes qui ont agité Katmandou, les appels au calme et à l'harmonie interreligieuse se sont multipliés

Népal 16/09/2004

Les responsables politiques et religieux du Népal ont multiplié les appels au calme et au retour à l'harmonie interreligieuse après l'éruption de violences anti-musulmanes qui a suivi l'annonce de l'exécution en Irak de douze travailleurs népalais. Le 31 août dernier, une vidéo diffusée sur différentes chaînes de télévision montrait la décapitation d'un des otages et les corps des onze autres, tués d'une balle dans la tête ou le dos. Enlevés le 20 août par un groupe islamiste irakien, les douze travailleurs étaient partis en Irak où ils étaient employés par une société jordanienne. Dans les heures qui ont suivi la diffusion de la vidéo, une foule en colère a pris d'assaut la mosquée Jama Masjid, principale mosquée de Katmandou, ainsi que les locaux de compagnies aériennes moyen-orientales et les bureaux d'agence de placement pour candidats à l'expatriation. La police a fait largement usage de gaz lacrymogène pour disperser la foule et un couvre-feu de cinq jours a été mis en place à Katmandou et à Lalitpur. Les heurts ont fait deux morts et une cinquantaine de blessés.

Petite communauté de 6 000 fidèles, l'Eglise catholique a inauguré un Centre pastoral

Népal 16/06/2004

En vingt ans, l'Eglise catholique au Népal a parcouru beaucoup de chemin. C'est en substance ce que Mgr Pedro Lopez Quintana, nonce apostolique pour l'Inde et le Népal, a déclaré le 27 mai dernier à l'occasion de l'inauguration du Centre pastoral de Godavari. Installé dans la vallée de Katmandou, à environ 15 km. de la capitale népalaise, ce centre est le premier du genre pour la jeune et petite Eglise catholique au Népal. Mgr Quintana, qui réside habituellement à New Delhi et qui était venu en visite au Népal pour l'occasion, a souligné combien le centre représentait "une nouvelle étape sur le chemin menant à l'édification de l'Eglise au Népal".

Sans faire de victime, une bombe a explosé dans une école catholique

Népal 16/06/2004

Le 6 juin dernier, une bombe a explosé dans une école catholique. L'attentat s'est produit dans la loca-lité de Narayanghat, située au centre-ouest du pays, à 150 Km au sud-ouest de Katmandou et n'a pas fait de victime. Le P. George Panachickalkarott, présent sur les lieux avant l'explosion, raconte qu'il a vu un homme âgé de 25-30 ans lui faire de grands signes avant de crier : "Fuyez ! Il y a une bombe." Le prêtre s'est précipité vers la porte de l'école en pressant devant lui les quelques enfants qui jouaient dans la cour et il y a eu une forte explosion, causant seulement d'importants dégâts matériels. Les maoïstes de la rébellion communiste ayant appelé à la grève générale, une grève étendue aux écoles, et l'attentat ayant été commis un dimanche, la quasi-totalité des 800 élèves que compte habituellement l'école étaient absents des lieux.

Malgré une situation politique difficile, les baptêmes d'adultes ont été nombreux dans les paroisses de la région sud-est

Népal 16/05/2004

Cette année encore, dans le sud-est du Népal (1), ils ont été 126 catéchumènes adultes à être baptisés tant dans l'Eglise catholique que dans l'Eglise pentecôtiste. Dans cette région, en effet, les troubles politiques et la rébellion armée sont moins présents que dans l'ensemble du pays mais la discrétion durant les célébrations pascales n'en a pas moins été de rigueur.

Les violations des droits de l'homme se multiplient dans le royaume

Népal 01/05/2004

Publié le 9 avril dernier, le rapport annuel du principal groupe népalais de défense des droits de l'homme souligne à quel point les affrontements entre rebelles maoïstes et forces armées gouvernementales provoquent une forte augmentation des violations des droits fondamentaux des Népalais. Le douzième rapport annuel d'INSEC (Informal Sectors Services), une ONG locale, détaille au fil de ses 650 pages les violences qui ont causé la mort de 2 236 personnes en 2003.

En dépit des tensions sociales et politiques qui agitent le pays, les chrétiens ont pu célébrer à peu près normalement les fêtes de Pâques

Népal 16/04/2004

Au Népal où les affrontements entre la guérilla maoïste et les forces armées font quasi quotidiennement des morts tandis que l'opposition organise d'importantes manifestations de rue à Katmandou pour demander le retour à un régime parlementaire, la petite communauté chrétienne a pu célébrer à peu près normalement les fêtes de Pâques. Dans ce pays majoritairement hindou, les fêtes chrétiennes ne sont pas chômées.