EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud Népal

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud - Népal

Dans le centre du pays, une école catholique a été attaquée et son personnel battu par des hommes se réclamant de la guérilla maoïste

Népal 01/10/2002

Dans la nuit du 11 septembre dernier, neuf hommes et femmes se réclamant de la rébellion maoïste ont attaqué l'école catholique Saint Joseph, située un peu à l'écart de la localité de Gorkha, dans la partie centre-ouest du pays. Selon le principal de l'école, le P. Denis D'Souza, les assaillants ont bâillonné le garde de nuit avant de mettre le feu aux bâtiments administratifs du rez-de-chaussée de l'établissement scolaire. Puis deux d'entre eux sont montés dans les étages de la résidence des prêtres, réveillant, insultant puis maltraitant physiquement le P. D'Souza, un séminariste et un religieux, Frère Jomon James. Sous la menace d'armes à feu, le prêtre et le séminariste ont été contraints de sortir une motocyclette, récemment acquise, avant que les rebelles n'y mettent le feu. Une fois les assaillants partis, l'incendie provoqué n'a pu être éteint immédiatement, les rebelles ayant déclaré qu'ils avaient laissé des bombes au milieu des flammes. Selon le P. D'Souza, les dégâts matériels se sont élevés à 600 000 roupies (7 800 euros).

D'après le dernier et tout récent recensement, les chrétiens représentent moins d'un demi pour cent de la population népalaise

Népal 16/05/2002

Le dernier et récent recensement officiel du gouvernement népalais indique que les chrétiens représentent moins d'un demi pour cent de la population, chiffre contesté par un certain nombre de responsables chrétiens. D'après ce recensement, dont les résultats ont été publiés le 17 avril par le Bureau central des statistiques du royaume, la population du Népal était, au milieu de l'année 2001, de 23,1 millions d'habitants. Du point de vue religieux, 80,6 % sont hindous, 10,7 % bouddhistes et 4,2 % musulmans. L'ethnie kirati des plateaux représente 3,6 % de la population et les chrétiens seulement 0,45 %.

Le parlement a voté à l'unanimité moins une voix la légalisation de l'avortement

Népal 16/05/2002

Le 14 mars dernier, à la quasi-unanimité (147 voix pour et 1 voix contre), le parlement népalais a voté la légalisation de l'avortement. Le texte, qui doit être signé prochainement par le roi Gyanendra Bir Bikram Shah Dev pour avoir pleinement force de loi, faisait partie d'un projet législatif plus large au sujet des droits de la femme et comprenait d'autres volets tels que l'affirmation du droit de propriété pour les femmes. Classé parmi les crimes jusqu'à cette date et assimilé à un infanticide (1), l'avortement sera désormais légal et sans condition s'il est demandé au cours des douze premières semaines de grossesse et pourra être requis jusqu'à dix-huit semaines de grossesse en cas de viol, d'inceste ou si la santé de la mère est en danger ou bien encore en cas de malformation du fœtus.

Malgré les combats entre les forces de sécurité et la guérilla maoïste, l'Eglise catholique tient à rouvrir ses écoles

Népal 16/05/2002

Le 30 avril dernier, Mgr Anthony Sharma, préfet apostolique du Népal, a annoncé à une délégation de trente personnes venues de Bandipur, localité située à 150 km à l'ouest de la capitale, qu'une de ses priorités était la réouverture des deux écoles catholiques fermées du fait des maoïstes il y a un an (1). "Parce qu'ils y tiennent par-dessus tout, j'ai décidé de rouvrir en mai l'école pour les plus jeunes enfants, jusqu'à la classe 5", a déclaré Mgr Sharma, ajoutant qu'il essayait de persuader les religieuses de Notre-Dame au Japon de renvoyer au Népal au moins une religieuse afin d'assurer le redémarrage de l'établissement scolaire. Il y a un an, la fermeture de deux écoles à Bandipur et d'une troisième école à Gorkha, toutes trois tenues par des religieuses japonaises des Sœurs des écoles de Notre-Dame avait fait grand bruit et avait été rapportée par la presse locale comme un signe supplémentaire des conséquences désastreuses de la lutte entre le gouvernement et les maoïstes. Par ailleurs, Mgr Sharma a affirmé ce même 30 avril, sa détermination à maintenir ouverte l'école "Petite Fleur" à Naryanghat, au sud de Katmandou, en dépit des menaces adressées par les maoïstes, qui n'acceptent pas que des personnels non népalais servent dans les écoles du pays.

L'état d'urgence décrété par les autorités pour lutter contre la guérilla maoïste étant toujours en vigueur, les chrétiens de Katmandou ont célébré les fêtes de Pâques dans la discrétion

Népal 16/04/2002

Les chrétiens de Katmandou ont célébré les fêtes de Pâques dans la discrétion, l'état d'urgence imposé par le gouvernement depuis près de quatre mois pour lutter contre le mouvement maoïste étant toujours en vigueur. La plupart des offices se sont tenus tôt dans la journée. L'heure et le lieu des offices avaient été affichés dans quelques rares restaurants et hôtels de la ville. Des soldats en armes contrôlaient véhicules et passants à de nombreux points de contrôle dans la ville, protégés par des sacs de sable et des rouleaux de fil de barbelés (1).

Amnesty International : le Népal est pris dans une spirale de violences dont la population est la première victime

Népal 16/04/2002

Depuis six ans que dure le conflit entre la guérilla maoïste et les forces gouvernementales, les actes de violences particulièrement meurtriers ne se comptent plus. Enlèvements, disparitions, tortures et condamnations à mort illégales se font écho de part et d'autre, constate Amnesty International qui reprend les rapports de Nepal-Amnesty (1). La situation s'est encore aggravée depuis le mois de novembre dernier, date à laquelle les pourparlers de paix et un cessez-le-feu en vigueur durant quatre mois ont été rompus par une attaque sanglante des maoïstes contre l'armée et la police. Le gouvernement a répondu par l'état d'urgence décrété le 26 novembre dernier. "Beaucoup de civils sont à compter parmi les 1 300 personnes tuées par les forces de sécurité et présentées par elles comme des maoïstes. Les groupes maoïstes ont de leur côté tué près de 440 civils soupçonnés par eux d'être des ennemis de la révolution". Le 21 février dernier, l'état d'urgence a été reconduit pour trois mois après une nouvelle offensive. L'état d'urgence suspend tous les droits constitutionnels, y compris la liberté de parole, la liberté de la presse et le droit de réunion, écrit, de Lausanne, Amnesty International, dans son rapport daté du 4 avril. Plus de 2 700 personnes ont été tuées depuis que les maoïstes, en 1996, ont lancé leurs attaques pour faire du Népal une république communiste.

Conséquence des affrontements entre la guérilla maoïste et les forces de sécurité gouvernementa-les, la chute du tourisme accule à la disette des milliers de moines bouddhistes

Népal 01/03/2002

A Lumbini, lieu de naissance de Bouddha, des milliers de moines bouddhistes népalais et la plupart des habitants des environs dont l'économie est étroitement liée au tourisme sont menacés de disette par la soudaine diminution du nombre des touristes étrangers et des pèlerins. La guerre qui oppose les forces de sécurité gouvernementales et les rebelles maoïstes bouleverse l'économie traditionnelle du pays.

Trois mois après la proclamation de l'état d'urgence par les autorités pour lutter contre la rébellion maoïste, la communauté catholique tente de s'adapter

Népal 16/02/2002

Au Népal, où les autorités ont proclamé l'état d'urgence le 26 novembre dernier afin de lutter contre les actions de la rébellion maoïste (1), la tension reste vive et les catholiques, à l'image des autres habitants du royaume, tentent de s'adapter à cette nouvelle situation. Un laïc témoigne ainsi de la nécessité qu'il ressent "à tenir les enfants éloignés du poste de télévision à l'heure des informations" tant les images diffusées, montrant les corps des rebelles abattus par les forces de sécurité, sont dures. Les gens ont peur et propagent des récits où l'on entend que l'armée a tué des personnes parties dans la campagne à la recherche de bois de chauffage ou de plantes comestibles.

Au cours d'une cérémonie religieuse qui a lieu une fois tous les 50 ans, le roi du Népal a été révéré par les bouddhistes du royaume comme étant une réincarnation de Bouddha

Népal 01/02/2002

Le 14 janvier dernier, des milliers de Népalais se sont massés le long des rues de Katmandou pour voir passer le cortège menant le roi de son palais au temple Swyambhunath, principal lieu de culte bouddhiste de la capitale du royaume népalais. Ils ont assisté à la cérémonie connue sous le nom de Samyak Puja ( vénération propice') qui se déroule une fois tous les cinquante ans et au cours de laquelle les bouddhistes du Népal vénèrent le roi comme étant une réincarnation de Bouddha.

Le Premier ministre s'attaque au système des castes et au racisme dont sont victimes les "intouchables"

Népal 01/02/2002

Le Premier ministre népalais, Sher Bahadur Deuba, dimanche 27 janvier, a déclaré la guerre à la discrimination raciale et au système des castes qui transforment des êtres humains en "intouchables". "La discrimination raciale et le système des castes sont des crimes contre notre société et nous y sommes impliqués depuis des milliers d'années. Maintenant il nous faut joindre nos forces pour lutter contre ce fléau", a déclaré Deuba devant l'auditoire d'un séminaire organisé par la Commission nationale des droits de l'homme du Népal (HRC). La société népalaise, a-t-il dit, ne pourra "avancer sur le chemin du progrès" tant que ces deux maux n'auront pas disparu du pays.