EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud Népal Un nouveau vicaire apostolique d’origine aborigène lepcha

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud - Népal

Imprimer

Un nouveau vicaire apostolique d’origine aborigène lepcha

Un nouveau vicaire apostolique d’origine aborigène lepcha

28/04/2014

Le 25 avril dernier, le pape François a accepté la renonciation pour raison d’âge de Mgr Anthony Francis Sharma, vicaire apostolique du Népal, et a nommé son successeur en la personne du P. Paul Simick, curé de la cathédrale de Darjeeling, en Inde.

Conformément au canon 401 du Code de droit canonique, Mgr Sharma, âgé désormais de plus de 75 ans, a présenté au Saint-Père sa démission. Il veillait sur la communauté catholique du Népal depuis 1984 alors que l’Eglise n’y était encore organisée que sous la forme d’une mission sui juris. Il était devenu préfet apostolique en 1997 lorsque l’Eglise du Népal avait été élevée au rang de préfecture, puis vicaire apostolique de la même manière en 2007.

Le P. Paul Simick, n’est quant à lui pas un inconnu pour les fidèles népalais, bien qu’il vienne du diocèse indien de Darjeeling. Issu d’une fratrie de neuf enfants, le futur vicaire apostolique du Népal est né le 7 août 1963 à Gitdubling, dans l’Etat du Bengale Occidental. Sa paroisse d’origine est située sur le territoire du vaste diocèse de Darjeeling, auquel est rattaché le Sikkim et qui, traditionnellement, sert de base missionnaire pour l’évangélisation des pays proches, comme le Népal et le Bhoutan.

Paul Simick est ordonné prêtre le 9 avril 1992 dans ce même diocèse de Darjeeling, où il effectuera la presque totalité de ses missions d’enseignement et de pastorale.

Après des études de philosophie et de théologie au renommé Morning Star Regional Seminary de Barrackpore à Calcutta, Paul Simick obtient un master d’anglais puis un doctorat en théologie biblique à l’Université pontificale urbanienne de Rome (2006).

Il dirige une école dans le Sikkim (1992-93), puis devient curé de la paroisse de Suruk, à Darjeeling (jusqu’en 1995), avant d’enseigner l’Ecriture sainte au Morning Star College de Calcutta (1995-2000). A son retour de Rome, il devient curé de la paroisse du Christ-Roi à Pakyong (Sikkim), puis est nommé en 2007 économe de l’école Saint-Xavier à Pakyong et enfin en 2009, directeur adjoint de l’institution. En 2011, il devient curé de la cathédrale de l’Immaculée Conception de Darjeeling.

Agé aujourd’hui de 50 ans, le P. Simick connaît bien le Népal où il s’est rendu à de nombreuses reprises, notamment dans le cadre d’événements et de célébrations religieuses diverses. Il y a tout juste un an, il y est venu fêter le jubilé d’argent de sa sœur Cecilia Simick, religieuse de la congrégation des Sœurs de la Charité de Nazareth, qui travaille dans ce pays de l’Himalaya depuis plusieurs dizaines d’années.

Un autre des frères du futur vicaire apostolique est également prêtre et exerce également son ministère au Népal. Le P. Samuel Simick, jésuite, a été ordonné le 31 décembre 2011 à l’âge de 32 ans, dans la paroisse de Maheshpur, considérée comme « la plus pauvre du pays », située dans une région de plantations de thé, à quelque 600 kilomètres à l’est de Katmandou.

Comme l’indique son patronyme ‘Simick’, les origines ethniques du nouveau vicaire apostolique sont lepcha, une population aborigène de langue tibéto-birmane vivant depuis des millénaires dans la région des Hills, soit du sud du Népal à l’ouest du Bhoutan, et en Inde de la région de Darjeeling à l’actuel Sikkim. Si la majorité des membres de la communauté lepcha sont adeptes du bouddhisme bön, un grand nombre d’entre eux se sont convertis au catholicisme, en particulier dans la région de Darjeeling. Ils sont estimés à l’heure actuelle à environ 75 000 individus.

Le P. Paul Simick sera ordonné vicaire épiscopal le 29 juin prochain dans l’église Notre-Dame de l’Assomption à Katmandou et prendra la tête d’une communauté qui compte aujourd’hui près de 9 000 catholiques, 71 prêtres et 170 religieux.
 

(eda/msb)