EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud Népal Les catholiques du Népal sont invités à lutter contre l’hindouisation de leur société

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud - Népal

Imprimer

Les catholiques du Népal sont invités à lutter contre l’hindouisation de leur société [ Bulletin EDA n° 505 ]

Les catholiques du Népal sont invités à lutter contre l’hindouisation de leur société

16/04/2009

La communauté catholique du Népal a organisé début avril à Godavari, petite ville de la vallée de Katmandou, un séminaire de formation à l’évangélisation, en vue de préparer une mission dans l’ouest de l’État himalayen. De nombreux prêtres, religieux et laïcs s’y sont rendus, à l’invitation de Mgr Anthony Sharma, vicaire apostolique du Népal.

« Nous mettons particulièrement l’accent sur la mission dans l’ouest du pays parce que nous avons déjà beaucoup progressé dans la partie est », explique le prélat (1).

Mg Thomas Menamparampil, archevêque de Guwahati en Assam, État indien proche du Népal, a été chargé de mener cette préparation à la mission, en tant que président de la Commission pour l’évangélisation de la Fédération des Conférences épiscopales d’Asie (FABC). Le prélat, âgé de 72 ans, membre de nombreuses commissions et organismes au sein de l’Église, est connu pour son travail en faveur de la paix et du dialogue, y compris dans son archidiocèse où les conflits inter-tribaux et religieux sont endémiques. Il a été cette année chargé par le pape Benoît XVI de rédiger la méditation du Chemin de croix du Vendredi saint au Colisée, en union avec les chrétiens persécutés dans le monde et en particulier les victimes des violences antichrétiennes en Orissa des mois derniers (2).

Pendant ce séminaire de trois jours, Mgr Menamparampil a insisté tout particulièrement sur les dangers de la « safranisation » de la société, phénomène actuellement en pleine expansion dans le sous-continent indien, et qui s’appuie sur le système brahmanique des castes (3) . Il a fait remarquer que, malheureusement, les minorités religieuses commençaient à être touchées. Cependant, « les bouddhistes, les jaïns (…), ainsi que les peuples aborigènes qui vivent dans la région sub-himalayenne, sont déterminés à préserver leur philosophie égalitaire en dépit des pressions exercées par le brahmanisme (…). Afin de sauvegarder leur culture et leurs traditions, les communautés opprimées et les populations rurales cherchent un nouveau Moïse qui puisse les aider à redéfinir leur identité », a déclaré Mgr Menamparampil, ajoutant qu’il incombait aux chrétiens, bien qu’ils ne soient qu’une petite minorité au Népal, de mener ces communautés à « une nouvelle traversée de la mer Rouge ».

Notes
  1. AsiaNews, 7 avril 2009.
  2. Voir EDA 504. Mgr Menamparampil est, entre autres, président de la Conférence régionale des évêques du Nord-Est de l’Inde, responsable de la Commission pour l’Éducation et la Culture de la Conférence des évêques catholiques de l’Inde (CBCI) ainsi que membre de plusieurs commissions au Vatican.
  3. Le jaune safran, couleur sacrée de l’hindouisme, est traditionnellement celle du vêtement des brahmanes. Les partis en faveur d’une hindouisation de la société comme le BJP, et les organisations extrémistes, telles le RSS, sont également appelés en Inde les « partis safran » (voir également les dépêches à la rubrique ‘Inde’ du présent Bulletin).

Légende photo : Katmandou, octobre 2008. Prêtre hindou apposant la tikka. Depuis l'arrivée au pouvoir des maoïstes, les catholiques s'inquiètent  de la « safranisation » de la société népalaise. ©Ucanews