EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud Népal "Futur pays démocratique" ?

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud - Népal

Imprimer

"Futur pays démocratique" ? [ Bulletin EDA n° 90 ]

01/07/1990

Une Commission vient d'être formée pour préparer une nouvelle Constitution pour le pays; elle est chargée d'accueillir et d'examiner les suggestions que lui feront les citoyens ou les groupes intéressés à faire valoir leur point de vue sur les différents aspects de cette loi fondamentale: les associations religieuses veillent tout particulièrement à lui soumettre les points qui leur tiennent à coeur. Ainsi la Fraternité des Eglises protestantes et l'Eglise catholique sont en train de préparer des déclarations insistant auprès des nouveaux dirigeants du pays pour que le document qu'ils doivent mettre au point ne soit pas une transcription adoucie de l'ancien. Le souhait général des minorités religieuses est que soit aboli l'hindouisme comme religion officielle, et que toutes les croyances soient mises sur le même pied. Tel est le sentiment non seulement des chrétiens, mais aussi des musulmans et des bouddhistes.

Ce genre de proposition n'a pas cependant l'heur de plaire à tout le monde et, de divers côtés, des protestations se sont élevées contre les allusions faites en ce sens par tel ou tel ministre en exercice (13). Les cercles hindous conservateurs se remuent et certains ont déjà remis à la commission constitutionnelle des recommandations la mettant en garde contre un non-confessionnalisme outrancier. Dans le même sens, un mémorandum signé par 108 délégués de la "Fédération hindoue mondiale", lui ont fait parvenir, le 7 juin 1990, un mémorandum demandant de sauvegarder le caractère strictement hindou du royaume, et que restent bannies les activités qui ne s'harmoniseraient pas avec la culture hindoue.

Il n'y a pas que les religions à se manifester de la sorte. En effet, des minorités ethniques et linguistiques - on a recensé jusqu'à 36 langues différentes qui n'ont pas droit de cité - entendent bien sortir de leur effacement séculaire. Jusqu'à présent, deux grands groupes sociaux sont seuls à tenir le haut du pavé et monopolisent les rènes de l'Etat. On signale que, le 10 juin, s'est réunie une "Convention des classes opprimées", en conclusion de laquelle a été formée une association se donnant pour but la suppression de l'"intouchabilité", qui, à l'inverse de ce qui s'est passé en Inde, a conservé ici son caractère légal.

L'esprit de renouveau qui souffle sur le pays a déjà eu des conséquences non négligeables pour les missionnaires chrétiens originaires de l'Inde. Les citoyens de ce pays, n'ayant plus besoin de visa spécial, peuvent en effet travailler plus librement qu'auparavant au Népal .

Notes

(13) EDA 87, pp.5-6 et 88, p.7<br />