EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud Inde Vers une libération imminente du prêtre salésien enlevé au Yémen ?

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud - Inde

Imprimer

Vers une libération imminente du prêtre salésien enlevé au Yémen ?

Vers une libération imminente du prêtre salésien enlevé au Yémen ?

04/05/2016

Deux mois jour pour jour après son enlèvement, le P. Thomas Uzhunnalil, missionnaire salésien indien âgé de 56 ans, kidnappé lors du massacre perpétré chez les Missionnaires de la Charité, à Aden, au Yémen, serait en vie et pourrait être libéré sous peu. « Il y a une dizaine de jours, nous avons été ...

... contactés de manière indirecte et nous avons reçu des indications sur le P. Tom, qui est vivant et pourrait être libéré prochainement. Mais depuis, plus rien, nous sommes de nouveau sans nouvelles », a déclaré Mgr Paul Hinder, vicaire apostolique pour l’Arabie méridionale (1), joint au téléphone ce 4 mai par Eglises d’Asie.

« La dernière personne à avoir vu le P. Tom est un enfant de 10 ans, qui l’a aperçu entouré de deux des auteurs de la tuerie, au moment de son kidnapping. Ensuite, nous sommes restés sans nouvelles pendant plusieurs semaines », a indiqué Mgr Hinder, qui, tout en œuvrant à la libération du prêtre indien, est resté discret sur la nature des contacts qu’il entretient à cette fin.

Le 4 mars dernier, le missionnaire indien, aumônier des Missionnaires de la Charité au Yémen, se trouvait dans la chapelle du foyer pour personnes handicapées, géré par les religieuses à Aden, lorsque des terroristes ont fait irruption dans le bâtiment, exécutant quatre religieuses et douze collaborateurs. « Onze de ces victimes étaient musulmanes, et l’autre personne tuée était un chrétien éthiopien », a précisé Mgr Paul Hinder à Eglises d’Asie.

Sur les cinq religieuses de Mère Teresa présentes lors de l’attaque, une seule religieuse qui avait réussi à s’échapper pour prévenir le prêtre de la présence des terroristes, a réussi à ne pas être découverte pendant l’assaut. Pour Mgr Paul Hinder, « c’est un miracle qu’elle soit sortie vivante de cette tuerie ». Selon des témoins de l’attaque, le prêtre, après avoir entendu des coups de feu, aurait gagné la chapelle du foyer pour consommer les hosties consacrées et prendre les mesures nécessaires afin d’éviter toute éventuelle profanation, à l’arrivée des terroristes. C’est là qu’il aurait été pris en otage par les assaillants.

« Nous sommes actuellement dans l’attente, nous espérons et nous prions pour lui », a confié Mgr Paul Hinder, au sujet de l’avenir proche du P. Thomas.

Les personnes handicapées survivantes de l’attaque terroriste d’Aden ont depuis été placées dans les deux autres foyers tenus par les Missionnaires de la Charité, au Yémen : à Sanaa, la capitale, et à Hodeidah, près de la mer Rouge. Un troisième centre a dû fermer ses portes pour des raisons de sécurité car il se trouvait sur une ligne de front entre les rebelles chiites Houthis et l’armée yéménite (2).

Durant la Semaine Sainte, de fausses rumeurs avaient couru sur la crucifixion imminente du P. Thomas Uzhunnalil, avant d’être démenties, le 29 mars, par un communiqué officiel de la congrégation des salésiens (SDB) en Inde. Par ailleurs, lors de l’angélus du 10 avril dernier, le pape François avait appelé à la libération immédiate du P. Thomas.

(eda/nfb)

Notes

(1) Le territoire du vicariat apostolique d’Arabie méridionale couvre les Emirats Arabes Unis, le Sultanat d’Oman, le Yémen, Bahreïn, le Qatar et l’Arabie Saoudite. 3,5 millions de chrétiens vivent ces pays du Golfe, les migrants formant la quasi-totalité des catholiques de la région : 1,6 million de Philippins, auxquels il faut ajouter des dizaines de milliers de chrétiens venus d’Inde, du Sri Lanka, du Bangladesh et du continent africain (notamment d’Ethiopie).
(2) Selon l’ONU, 6 800 personnes ont péri depuis l’intervention saoudienne en mars 2015, tandis que 80 % de la population a besoin d’une assistance humanitaire.