EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud Inde Mère Teresa sera canonisée à Rome le 4 septembre 2016

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud - Inde

Imprimer

Mère Teresa sera canonisée à Rome le 4 septembre 2016

Mère Teresa sera canonisée à Rome le 4 septembre 2016

15/03/2016

 

Mère Teresa sera canonisée à Rome le 4 septembre 2016. L’annonce a été faite ce mardi 15 mars 2016 au Vatican, lors de la tenue du consistoire ordinaire public, la réunion des cardinaux qui permet de décréter l’organisation des canonisations.

D’après des précisions apportées par l’agence I.Média, ...

..., la fondatrice des Missionnaires de la Charité sera déclarée sainte lors d’une messe célébrée au Vatican par le pape François, le 4 septembre étant la veille de sa fête liturgique et du jour anniversaire de sa mort, en pleine Année Sainte de la Miséricorde.

Une canonisation à Rome plutôt qu'à Calcutta

L’Eglise en Inde avait pourtant fortement souhaité que la canonisation de Mère Teresa puisse se dérouler à Calcutta, là où la religieuse a fondé les Missionnaires de la Charité. Durant leur assemblée plénière, qui s’est tenue à Bangalore la semaine dernière, les évêques indiens avaient officiellement envoyé une invitation au pape François à se rendre en Inde, suggérant que sa visite puisse coïncider avec la cérémonie de canonisation de Mère Teresa.

Politiquement, il était néanmoins difficile d’envisager sereinement une canonisation à Calcutta, en présence du pape, alors que ce sont les nationalistes hindous du BJP qui dirigent le pays depuis 2014, et que les minorités religieuses – chrétiennes notamment – voient l’étau des pressions et des persécutions se resserrer sur leurs communautés.

Selon le cardinal Baselios Cleemis, président de la Conférence des évêques catholiques indiens (CBCI), interrogé par l’agence Ucanews, ce sont de hauts responsables du Vatican qui l’ont directement informé du lieu de la canonisation de la fondatrice des Missionnaires de la Charité. « Déjà, les deux cérémonies de canonisation de saints indiens, dont la dernière en date, celle de Sainte Alphonsa, s’étaient déroulées à Rome », a fait savoir le P. Joseph Chinnayyan, secrétaire général de la CBCI.

Exceptionnelle rapidité de la cause de canonisation

La fondatrice des Missionnaires de la Charité, décédée le 5 septembre 1997, à l’âge de 87 ans, avait été béatifiée au Vatican par Jean-Paul II, le 19 octobre 2003, soit six ans après sa mort – un délai exceptionnellement rapide –, au cours d’une cérémonie qui avait rassemblé une foule de 300 000 fidèles. Le pape polonais n’avait alors pas attendu les cinq années nécessaires pour ouvrir la cause de béatification et de canonisation de la religieuse.

Dès 2002, le Vatican avait en effet reconnu un premier miracle, celui qui a permis sa béatification. En décembre 2015, l’Eglise a également reconnu le caractère miraculeux, attribué à l’intercession de la religieuse, de la guérison, en 2008, d’un ingénieur brésilien alors âgé de 35 ans et souffrant de multiples tumeurs au cerveau.

Une Sainte qui « disait ce qu'elle voulait dire »

Née en 1910 dans une famille albanaise en Macédoine, Gonxhe Agnes Bojaxhiu était entrée dans les ordres à 18 ans, puis avait été envoyée en mission en Inde, comme enseignante. Un peu plus de vingt ans plus tard, elle fondait, en 1950, sa propre congrégation, les Missionnaires de la Charité, qui consacrent leur vie de manière radicale « aux plus pauvres d’entre les pauvres ». Œuvrant d’abord à Calcutta, la congrégation s’est peu à peu développée dans le monde entier. Actuellement, elle compte près 4 500 religieuses, dont quatre ont été assassinées la semaine dernière au Yémen. Prix Nobel de la paix en 1979, Mère Teresa est décédée en 1997 à Calcutta, où elle repose dans la maison-mère de sa congrégation.

Selon I.Média, en marge de son voyage en Albanie, en septembre 2014, le pape François avait confié avoir « admiré la force et la décision des interventions » de Mère Teresa lorsqu’il l’avait rencontrée durant le Synode des évêques de 1994. La religieuse, selon le pape argentin, ne se laissait pas « impressionner par l’assemblée des évêques » et « elle disait ce qu’elle voulait dire ». Lors de cette confidence à un interprète, rapportée par la suite par le directeur de la salle de presse du Vatican, le souverain pontife avait aussi soutenu, en plaisantant, qu’il aurait eu « peur », si cette femme très déterminée avait été sa supérieure.

(eda/nfb)