EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud Inde Gujarat : de nouveaux témoignages mettent en cause l'attitude des autorités de l'Etat au cours des troubles de février-mars 2002

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud - Inde

Imprimer

Gujarat : de nouveaux témoignages mettent en cause l'attitude des autorités de l'Etat au cours des troubles de février-mars 2002 [ Bulletin EDA n° 402 ]

01/09/2004

Après avoir gardé le silence pendant près d'un an et demi, les responsables de la police et de l'administration du Gujarat ont commencé à faire un certain nombre de révélation sur les événements qui se sont produits au cours des troubles ayant mis l'Etat à feu et à sang à partir de la fin du mois de février 2002 et dans les semaines qui ont suivi (1).

Au cours des dernières semaines une commission d'enquête sur les troubles, composée de deux juges, a recueilli les témoignages d'un certain nombre de hauts fonctionnaires qui, à l'époque, avaient la responsabilité de contenir ces débordements. Au début de l'enquête, beaucoup ont déclaré aux juges qu'ils avaient oublié les détails des événements tumultueux qui avaient éclaté au lendemain de l'incendie, à Godhra, le 27 février 2002, d'un train transportant des militants hindous revenant de Ayodhya. Cinquante-neuf d'entre eux avaient péri dans les flammes. Le massacre de ces premières victimes dont la mort avait été aussitôt attribuée à des musulmans avait donné lieu à des représailles au cours desquelles plus de 2 000 personnes, principalement des musulmans, avaient perdu la vie.

Cependant, passés les premiers jours de l'enquête, il s'est révélé que, lors des événements, beaucoup de responsables appartenant au Bharatiya Janata Party (Parti du peuple indien, BJP), qui détenait le pouvoir dans l'Etat, ont bien souvent fermé les yeux sur les atrocités commises et parfois même ont volontairement encouragé les passions des émeutiers. Une série d'informations très précieuses ont été ainsi livrées à la commission d'enquête. Ces éléments d'information soulignent la complicité de certains éléments de l'administration avec les fauteurs de trouble.

Dès le lendemain de l'incendie du train de Godhra, le 28 février 2002, un massacre de cent musulmans avait eu lieu sur un territoire placé sous la juridiction de l'inspecteur de police K.K. Mysorewala. La nouvelle de cette tuerie ne parvint à la connaissance de la police de la ville et de l'Etat que dans la nuit suivante. Alors qu'on lui demandait pourquoi les nouvelles des massacres avaient mis plusieurs heures pour parvenir aux plus hauts responsables, l'inspecteur a rapporté que le centre de contrôle de police avait émis un ordre interdisant de relayer des informations concernant les troubles sur des ondes radio dont les fréquences étaient trop aisées à capter.

D'autres informations ont été données à la commission d'enquête concernant la décision prise par le ministre-président Narendra Modi, le jour même du massacre de Godhra, de transporter les cadavres des victimes hindoues jusqu'à la ville d'Ahmedabad. L'arrivée des cadavres dans une cité connue pour ses flambées intercommunautaires et la tension qui y régnait alors avait, selon nombre de commentateurs, constitué le signal du début des massacres. Un témoignage apporté à la commission d'enquête par un haut fonctionnaire a confirmé que le ministre-président était responsable de cette décision qui avait entraîné d'énormes pertes en vies humaines comme en dommages matériels. Le même témoin a affirmé que bien que, dès le 28 février, la situation de la ville d'Ahmedabad s'était détériorée considérablement, mettant en danger la vie et la sécurité des musulmans, Narendra Modi avait encore tardé à appeler des renforts de police.

Un rapport de 172 pages, fourni à la commission par l'ancien principal responsable du service de renseignements de l'Etat, constitue une précieuse source d'information sur le comportement de la police. Selon lui, le service de renseignements de l'époque avait fourni aux fonctionnaires de la police de nombreuses indications sur les activités des groupes fondamentalistes qui ont joué un rôle de premier plan au cours des troubles. Cependant, les policiers ont préféré recevoir les ordres des politiciens plutôt que de leurs supérieurs, les premiers étant plus capables d'assurer leur promotion et de les maintenir à leur poste.

Il ne s'agit encore là que des premiers témoignages recueillis par la commission d'enquête qui devrait continuer ses recherches jusqu'à la fin de l'année et présenter un rapport au mois de mars prochain.

Notes

(1)Voir EDA 349, 350, 351, 354, 371, 379, 380, 385, 395<br />