EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud Bhoutan Des chrétiens sommés par la police de renoncer à leur foi

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud - Bhoutan

Imprimer

Des chrétiens sommés par la police de renoncer à leur foi [ Bulletin EDA n° 147 ]

16/01/1993

Le 22 novembre 1992, dans le district de Gaylegphug au sud du Bhoutan, la police a dispersé une réunion dominicale de chrétiens, retenu dix d'entre eux pour interrogatoire et menacé de détruire leur temple si les membres de la communauté ne renonçaient pas au christianisme.

Au témoignage du voyageur récemment revenu du petit royaume bouddhiste himalayen qui a rapporté le fait, le service, suivi par vingt-cinq chrétiens du pays, a été interrompu par cinq policiers venus leur reprocher de s'être convertis au christianisme. La police a confisqué les bibles et les livres de chant, puis emmené les hommes présents pour les interroger deux heures durant sur leur conversion. Le témoignage ne fait pas état de violence. Relâchés le jour même, ces chrétiens furent sommés de conférer avec leurs familles et de revenir aviser la police qu'ils abandonnaient le christianisme. Il n'est pas rapporté qu'un seul d'entre eux ait obtempéré à cet ordre.

Selon la même source, à Chirang Dzongkhag, autre district du sud à l'est de Gaylegphug, les représentants du peuple viennent d'inviter l'Assemblée nationale du Bhoutan à bannir complètement le christianisme et à interdire à ceux qui ont embrassé cette religion de la pratiquer. Le rapport du comité politique de Chirang à l'Assemblée nationale indique que le christianisme gagne dans le district et y devient "un sérieux problème". Pour l'instant, rien n'indique que l'Assemblée nationale ait répondu à cet appel. Selon la constitution du pays, les Bhoutanais jouissent de la liberté de religion, mais n'ont pas le droit de faire du prosélytisme.

La population du Bhoutan, dans sa majorité, adhère au bouddhisme tibétain. Les chrétiens indigènes sont estimés à 5 000, dans un pays fermé à tous les étrangers jusqu'en 1965 et encore privé de toute expression publique du christianisme. Aux dires de voyageurs qui en reviennent, la pression des fondamentalistes bouddhistes sur les chrétiens bhoutanais se fait de plus en plus pesante, la foi chrétienne étant perçue comme une menace pour la religion traditionnelle (1).

Notes

(1) A propos du fondamentalisme bouddhiste bhoutanais voir EDA 97, 115, 122, 135<br />