EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud Bangladesh Le plan de l’Église bangladaise pour la prochaine décennie

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud - Bangladesh

Imprimer

Le plan de l’Église bangladaise pour la prochaine décennie

Le plan de l’Église bangladaise pour la prochaine décennie

06/09/2018

La conférence épiscopale bangladaise a publié, suite à son rassemblement annuel du 28 au 31 août à Dhaka, un rapport en douze points fixant les priorités de l’Église catholique au Bangladesh pour les dix prochaines années, intitulé « Communion : le témoignage de l’Église au Bangladesh ». Ces priorités comprennent des questions pastorales comme la formation de la foi, l’évangélisation, l’éducation, la vie de famille et la pastorale auprès des communautés marginalisées. Le pays compte environ 600 000 chrétiens sur une population de 160 millions d’habitants, dont 350 000 catholiques. 

L’Église catholique au Bangladesh a décidé de se pencher en priorité, ces les dix prochaines années, sur la vie familiale et la pauvreté, ainsi que sur la protection de l’environnement et la situation des migrants. Les nouvelles directives qu’elle s’est fixée se veulent un « témoignage » de l’Église bangladaise. Elles ont été publiées en douze points dans un rapport du rassemblement annuel des évêques bangladais, qui s’est tenu à Dhaka du 28 au 31 août. Ces douze points, annoncés autour du thème « Communion : le témoignage de l’Église au Bangladesh », comprennent des priorités pastorales telles que la spiritualité de la communion dans la vie personnelle, familiale et sociale, la formation de la foi et l’évangélisation. Le rapport évoque également l’éducation, la vie familiale et la pastorale auprès des pauvres et des communautés marginalisées. De plus, le rapport donne la priorité au développement socio-économique et à l’autonomie, à l’harmonie interreligieuse et à l’unité des chrétiens, tout en appelant le développement des vocations religieuses.
Les évêques évoquent également, dans leur rapport, la protection de l’environnement, la sensibilisation sur les droits civils, le développement des services de soins, l’engagement politique, l’adoption des nouvelles technologies et les médias. La session a rassemblé près de deux cents participants, dont tous les archevêques et évêques des huit diocèses catholiques du pays, ainsi que des représentants du clergé, de la vie religieuse et des laïcs, aux côtés de responsables sociaux et politiques du pays. Les priorités pastorales de l’Église veulent faire face aux enjeux majeurs de notre temps, explique l’archevêque de Chittagong, Mgr Moses M. Costa, président du comité d’organisation de la session. Les priorités annoncées deviendraient l’éclairage de l’Église pour soutenir l’esprit de communion des fidèles, ajoute-t-il. Elles seront distribuées dans les diocèses, et ceux-ci devront déterminer comment les mettre en œuvre, explique Mgr Costa.

Unité et engagement des fidèles

L’évêque précise que les défis auxquels l’Église est confrontée pourraient causer des troubles parmi les fidèles, mais il ajoute que beaucoup peut être fait en travaillant ensemble. Des ateliers pastoraux diocésains pourraient être organisés afin de mettre en œuvre ces priorités, explique Mgr James Romen Boiragi, évêque de Khulna dans le sud du Bangladesh, une région confrontée au réchauffement planétaire. Beaucoup de catholiques approuvent ces nouvelles priorités pour l’Église bangladaise, mais leur mise en œuvre pourrait être difficile. « Aujourd’hui, beaucoup de fidèles s’éloignent peu à peu du clergé et des religieux, surtout parce qu’ils s’intéressent moins aux visites pastorales et familiales », regrette Babli Talang, une catholique de l’ethnie Khasia, du nord-est du diocèse de Sylhet. « Les prêtres et les religieux doivent être proches des gens pour pouvoir mettre en œuvre le plan pastoral. »
« Des enjeux comme l’immigration, le changement climatique ou la pastorale auprès des pauvres et des communautés indigènes sont très importants », approuvent Kerubin Hembrom, un catholique de l’ethnie Santal, dans le nord du diocèse de Dinajpur. « Mais je crains que le clergé ne puisse pas mettre cela en œuvre si les laïcs ne sont pas fortement impliqués. Dans beaucoup de régions, les gens ne sont pas fermement attachés à l’Église même s’ils en font partie. L’Église a beaucoup à faire pour unir les fidèles et travailler pour le bien commun. » Le Bangladesh, majoritairement musulman, compte environ 600 000 chrétiens pour une population de 160 millions d’habitants, soit un peu moins de 0,5 %. On compte près de 350 000 catholiques répartis en huit diocèses différents.

(Avec Ucanews, Dhaka)

Copyright

Photo Stephan Uttom / Ucanews