EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud Bangladesh Les autorités prévoient de déporter la population rohingya sur une île déserte

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud - Bangladesh

Imprimer

Les autorités prévoient de déporter la population rohingya sur une île déserte

Les autorités prévoient de déporter la population rohingya sur une île déserte

09/03/2017

Poussés par des opérations de sécurité de l’armée birmane, plus de 70 000 Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh voisin ces cinq derniers mois. Au total, le Bangladesh abriterait près de 400 000 Rohingyas, ces musulmans apatrides considérés comme immigrés illégaux de chaque côté de la frontière des deux ...

... pays. Depuis le 28 février dernier, les autorités bangladaises recensent les réfugiés dans le but de les relocaliser sur une île inhabitée.

Personne ne souhaite les accueillir. Mais les Rohingyas parviennent tout de même à passer les frontières. Le gouvernement bangladais souhaite les rassembler et les réinstaller sur l’île de Thengar Char, située dans le Golfe du Bengale. Cette opération a pour but de les empêcher de « se mélanger » avec les Bangladais et de « minimiser les conflits » entre les deux populations. L’île choisie est déserte. Elle est apparue il y a moins de dix ans, formée par l’accumulation d’alluvions à l’embouchure du fleuve Meghna. Elle s’étend sur 24 km² environ. La moitié de l’année, pendant la mousson, elle est complètement immergée. A marée haute, elle disparaît également. Régulièrement, elle est balayée par des cyclones, fréquents au Bangladesh. Elle ne compte pas un seul habitant pour le moment et la bourgade la plus proche est située à une trentaine de kilomètres, sur une autre île. Il n’y a pas d’eau potable sur Thengar Char. En d’autres termes, l’île est pour le moment inhabitable. Les autorités du Bangladesh en ont d’ailleurs convenu. « Il est impossible pour les Rohingyas d’installer quelque abri ou maison que ce soit pour y vivre », a admis au Guardian un responsable local des affaires foncières. Pourtant, depuis le 28 février, quatre cents fonctionnaires parcourent les districts du sud-ouest du Bangladesh pour recenser les Rohingyas, en vue de relocaliser tout ou partie de la population sur Thengar Char. Les autorités ont indiqué que ce déplacement nécessiterait des aménagements pour accueillir les réfugiés.

Des atrocités constitutives de « crimes contre l’humanité »

Depuis des décennies, le Bangladesh reçoit sur son territoire des vagues de migrants rohingyas en provenance de Birmanie. Ces cinq derniers mois, l’armée birmane a mené des « opérations de sécurité » à la recherche de suspects qui auraient attaqué trois postes frontières le 9 octobre dernier. Des centaines de personnes ont été arrêtées et abattues dans le nord de l’Etat de l’Arakan, frontalier du Bangladesh, loin des regards des personnels humanitaires et des journalistes. « La population rohingya dans son ensemble est punie collectivement pour des actions potentiellement commises par une petite fraction de la population », a critiqué fin février Yanghee Lee, l’envoyée spéciale des Nations Unies pour les droits de l’homme en Birmanie. Dans un rapport intermédiaire, la diplomate coréenne a listé les atrocités qui lui ont été rapportées par des dizaines de réfugiés rohingyas au Bangladesh : des personnes égorgées, des exécutions, des personnes ligotées dans leurs maisons incendiées, des viols collectifs, des enfants brûlés vifs, etc. « Tous les témoignages étaient atroces », relate l’envoyée spéciale.

La conseillère d’Etat Aung San Suu Kyi ne contrôle pas les ministères de la Défense et de l’Intérieur. Ils sont dirigés par des militaires, nommés par le chef de l’armée. Et ce sont eux qui commandent les forces de l’ordre sur le terrain dans l’Arakan. Néanmoins, la Prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi et ses ministres civils contrôlent les ministères des Affaires étrangères et de l’Information, qui, eux, sont responsables de gérer la communication liée à cette crise humanitaire. Et ils nient les allégations de violations des droits de l’homme de la minorité rohingya. Depuis cinq mois, la réaction du gouvernement birman ne varie pas sur ce point.

Les Nations Unies ont demandé à maintes reprises au gouvernement birman de mener une enquête indépendante sur ces soupçons de crimes. Dirigée par un responsable militaire, une commission a été nommée et, sans surprise, son rapport préliminaire n’a rien révélé de troublant. Il a conclu que l’armée et la police « [avaient] respecté la loi » sur le terrain. Seuls trois policiers birmans ont été condamnés à des peines comprises entre un et trois ans de prison pour « négligence » après avoir maltraité des suspects rohingyas. Les violences qu’ils avaient infligées aux personnes appréhendées avaient été filmées et rendues publiques. « Les autorités affirment que c’est un cas isolé, ce dont je doute fermement, a encore commenté Yanghee Lee. Il semble qu’une enquête ait maintenant été ouverte sur la mort de plusieurs personnes alors qu’elles étaient en détention. J’avais déjà évoqué ces affaires lors de ma visite en Birmanie et ce que l’on m’avait répondu, à savoir que ces décès étaient liés à l’état de santé de ces personnes avant leur arrestation, semble remis en cause. » Dans son rapport remis en début de mois au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève, la diplomate a demandé la création d’une commission d’enquête pour faire la lumière sur « les discriminations systématiques, structurelles et institutionnelles (…) ainsi que les persécutions dont souffrent de longue date les Rohingyas et d’autres minorités dans l’Etat de l’Arakan ». Selon elle, le dernier épisode de violences pourrait être qualifié « de crimes contre l’humanité ».

Des opinions publiques indifférentes

Ce n’est pas la première fois que les autorités du Bangladesh ou de Birmanie songent à déporter les Rohingyas. Le projet de relocalisation sur l’île de Thengar Char date de 2015. Il vient d’être réactivé après l’afflux massif de réfugiés ces cinq derniers mois. En 2012 déjà, l’ancien président birman U Thein Sein avait proposé aux Nations Unies de prendre les Rohingyas sous leur responsabilité pour les envoyer dans des pays tiers. Le Haut Commissariat aux réfugiés avait immédiatement refusé.

Bien que la déportation puisse elle aussi être qualifiée de crime contre l’humanité, ce projet de ségrégation sur l’île de Thengar Char n’émeut pas beaucoup en Birmanie. Les Rohingyas sont considérés comme des immigrés illégaux et, à ce titre, privés de tous leurs droits. Ils n’ont plus le droit de vote depuis 2015. Ils n’ont pas le droit de se déplacer d’un village à un autre sans autorisation spéciale, même pour subir des soins médicaux dans un hôpital situé dans un district voisin du leur. Dans l’Arakan, cent mille d’entre eux vivent dans des camps de déplacés dont ils ne peuvent pas sortir depuis les violences interethniques de 2012. Seules des organisations de défense des droits de l’homme, particulièrement des associations internationales, s’insurgent contre ce projet de déportation. Human Rights Watch l’a qualifié de « ridicule », « cruel » et « infaisable ». L’organisation rappelle le Bangladesh à ses obligations internationales même si le pays n’a pas signé la Convention relative au statut des réfugiés de 1951. « Une personne ne devient pas réfugiée car elle est reconnue comme telle, mais parce qu’elle remplit les conditions définies pour le devenir. Les réfugiés au Bangladesh ne perdent donc pas leurs droits simplement parce que les autorités ne reconnaissent pas leur statut », précise Human Rights Watch.

Le recensement des réfugiés rohingyas dans la région de Chittagong et Cox’s Bazar, au sud-ouest du pays, doit normalement se terminer le 10 mars prochain.

(eda/rf)