EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud Bangladesh Sous la menace des islamistes, une librairie en ligne retire les ouvrages du « blogueur de la diaspora »

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud - Bangladesh

Imprimer

Sous la menace des islamistes, une librairie en ligne retire les ouvrages du « blogueur de la diaspora »

Sous la menace des islamistes, une librairie en ligne retire les ouvrages du « blogueur de la diaspora »

20/03/2014

Le site Rokomari.com, considéré comme la plus importante librairie en ligne du Bangladesh, a dû retirer de la vente les ouvrages du blogueur et écrivain bangladais Avijit Roy, après avoir reçu des menaces de mort envoyées par des islamistes.

Avijit Roy, dont la censure dans son pays d’origine est rapportée par le blog athéiste Freethinker, ce jeudi 20 mars, vit aujourd’hui aux Etats-Unis où il est devenu un écrivain reconnu (1).

Celui que l’on appelle « le blogueur de la diaspora » est aujourd’hui célèbre pour ses ouvrages traitant de questions philosophiques, scientifiques ou encore de la situation des droits de l’homme.

Dimanche 16 mars, le directeur de Rokomari.com, Mahmudul Hasan Sohag, a reconnu auprès du Dhaka Tribune avoir « retiré temporairement les livres d’Avijit Roy » sous la pression des islamistes qui l’avaient menacé de mort sur sa page Facebook.

Il s’agit plus précisément de Farabi Shafiur Rahman, un membre du parti islamiste Jamaat-e-Islami, bien connu des militants en faveur des droits de l’homme au Bangladesh auxquels il s’attaque régulièrement.

Accusant Avijit Roy d’être un « diffamateur de l’islam et de Mahomet », Farabi a reproché à Mahmudul Hasan Sohag de « promouvoir l’athéisme » en proposant à la vente les ouvrages de l’écrivain-blogueur.

Dans son post sur Facebook, l’islamiste donne l’adresse des bureaux de Rokomari.com, appelant ses « amis musulmans » habitant dans les environs à attaquer le libraire. Il menace ensuite Mahmudul Hasan Sohag de « subir le même sort qu’Ahmed Rajib Haider », un blogueur connu sous le pseudonyme de Thaba Baba, assassiné l’an dernier par des islamistes.

Lundi 17 mars, Rokomari.com a publié sur sa page Facebook un communiqué à l’intention de ses lecteurs où il explique la « nouvelle politique » de son site de vente en ligne : « Après les récentes polémiques, nous avons reçu un message nous signifiant qu’il était désormais nécessaire de mettre en place un règlement sur la diffusion de nos livres sur le site Web. Un comité de supervision a déjà commencé à travailler à un règlement selon lequel aucun livre pouvant prêter à controverse ne pourra être présenté sur notre site. »

Se déclarant « surpris et choqué » de cette décision, Avijit Roy a déclaré être navré de constater que « Rokomari avait cédé aux pressions de Farabi ». Il a rappelé que ses ouvrages n’avaient jamais auparavant engendré de plaintes concernant leur contenu et que l’un d’entre eux était même en tête des best-sellers de l’année au Bangladesh. « Mes livres parlent essentiellement de sciences et de philosophie. Ils ne critiquent ni les Ecritures saintes, ni aucune religion en particulier. Ce sont des ouvrages principalement scientifiques cités par des journaux réputés, des quotidiens ou bien des publications érudites », a précisé l’auteur bangladais à l’agence Ucanews.

L’écrivain-blogueur a fait également remarquer que le site Rokomari.com avait choisi de trahir son propre code moral en interdisant ses livres, sans même avoir essayé de le contacter, lui ou son éditeur. Si Avijit Roy a déclaré qu’il n’envisageait pas d’entreprendre des poursuites judiciaires à l’encontre du site, les lecteurs et sympathisants de l’auteur bangladais ont couvert le libraire de critiques, ouvrant même une page Facebook pour inciter au boycott de Rokomari.com.

Les « blogueurs athées » sont devenus ces dernières années l’une des cibles principales des extrémistes musulmans, certains d’entre eux payant de leur vie leurs publications. Asif Mohiuddin, militant et blogueur athée connu, a été laissé pour mort en janvier 2013 devant son bureau de Dacca, après avoir été poignardé par des extrémistes proches d’al-Qaida. Ahmed Rajib Haider (Thaba Baba) a été quant à lui retrouvé mort le 15 février 2013, assassiné à coups de machette à quelques pas de son domicile, en plein cœur de la capitale. Depuis, sept étudiants et un religieux musulman ont été inculpés pour meurtre.

Farabi Shafiur Rahmana a déjà été arrêté pour « incitation au meurtre » après avoir menacé de tuer le religieux musulman qui avait officié aux funérailles de Rajib. « Cet apostat (Ahmed Rajib Haider) doit être abandonné sans prière comme un animal dans le zoo de Dacca », avait-il fulminé. Il avait cependant été rapidement relâché sous caution.

Peu après l’assassinat de Rajib, les groupes islamistes avaient lancé une manifestation générale dans le pays réclamant l’exécution de tous les blogueurs athées et la promulgation d’une loi anti-blasphème, déclenchant de violents heurts avec les forces de l’ordre.

Ces derniers mois, cédant à la pression de l’opposition, le gouvernement a bloqué des dizaines de sites et de blogs susceptibles d’« attenter aux sentiments religieux ». Il a également créé un comité de surveillance comprenant des responsables des services de renseignement, afin de traquer les contenus « potentiellement blasphématoires » dans les médias.

Depuis janvier 2013, plus de 500 personnes, selon les ONG locales, sont été tuées dans des émeutes où s’affrontent partisans de l’Awami League, parti au pouvoir qui vient de remporter les élections, et les groupes islamistes conduits par le BNP et le Jamaat.

(eda/msb)

Notes

(1) Parmi ses dernières publications, figure un livre en bengali intitulé L’homosexualité, une enquête scientifique et socio-psychologique, paru en 2013, dont de nombreux chapitres publiés sur différents blogs ont provoqué la colère des islamistes.