EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud Bangladesh Droits des tribus

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud - Bangladesh

Imprimer

Droits des tribus [ Bulletin EDA n° 98 ]

01/11/1990

Depuis quelque temps le gouvernement s'intéresse au sort des tribus, constate M. Promode Mankin, directeur de la "Caritas" pour la région de Mymensingh. Il se réjouit de voir que ses efforts commencent à porter fruit. Président de l'Association pour le soutien aux membres des minorités ethniques, M. Promode Mankin a été appelé à faire partie du tout nouveau "Bureau des Affaires spéciales" créé par les autorités pour aider les tribus à résoudre leurs problèmes et à améliorer leur condition. Il cite notamment l'exemple d'une restitution de terrain - une trentaine d'hectares - opérée par le gouvernement à la requête de plusieurs groupes de défense des droits de l'homme : c'est au mois de juin 1990 qu'eut lieu leur intervention; en juillet, une délégation conduite par M. Mankin rencontrait le président Ershad pour lui exposer le cas et le remercier de l'attention qu'il porte aux droits des minorités ethniques. En octobre, l'affaire était réglée.

En l'occurrence, il s'agissait de bonnes terres arables traditionnellement occupées par une tribu. Celle-ci en avait été spoliée lors de la guerre de libération en 1971: les documents officiels avaient été falsifiés, et des "sédentaires" s'étaient impunément installés sur les lieux. Depuis longtemps, la Commission "Justice et Paix" du diocèse avait dénoncé cette injustice, et elle a joué un rôle important dans le processus qui a abouti au rétablissement de la légalité.

Par ailleurs, le vice-président, M. Moudud Ahmed, a annoncé à Dacca, le 7 octobre, qu'il se proposait de réunir bientôt une conférence nationale à laquelle prendraient part des fonctionnaires de plusieurs ministères et des représentants de toutes les tribus. Il est indispensable, a-t-il dit, que des canaux de communication soient établis entre les diverses tribus, pour accroître dans le pays la paix, le progrès et la prospérité. M. Michael S. Adhikari, conseiller auprès de la présidence pour les organisations non gouvernementales, a été chargé de mener à bien cette initiative.