EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Vietnam

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Vietnam

Des prêtres vietnamiens visitent leurs compatriotes au Cambodge.

Vietnam 16/01/1991

Du 7 au 10 novembre 1990, 15 prêtres vietnamiens ont effectué un voyage au Cambodge pendant lequel ils ont rendu visite à la communauté de catholiques vietnamiens de Vat Champa, à 12 km au sud de Phnom Penh. Ce voyage était organisé par le Comité d'union des catholiques patriotes de Hô Chi Minh-Ville. Au mois de juillet 1989, un prêtre venu du Vietnam s'était déjà rendu auprès cette communauté.

Handicapés: appel à la solidarité nationale

Vietnam 16/01/1991

Mgr Nguyen Van Binh vient récemment d'offrir une somme de 6 600 dollars destinée à la construction d'une maison pour un invalide de guerre. Cette maison a été édifiée sur un terrain appartenant au diocèse de Hô Chi Minh-Ville, par de jeunes volontaires catholiques.

FIDELITE ET ESPERANCE Une interview de Mgr Nguyen Minh Nhât, évêque de Xuân Lôc, président de la Conférence épiscopale du Vietnam

Vietnam 16/12/1990

Depuis un an, monseigneur, vous présidez la Conférence épiscopale. Pouvez-vous nous parler de son fonctionnement et, éventuellement, des difficultés que vous rencontrez ?

Pas de privilèges, la liberté seulement !

Vietnam 01/12/1990

Le 24 novembre 1990, le jour de la fête des 117 martyrs du Vietnam, le pape Jean Paul II, devant les 21 évêques vietnamiens présents à Rome, s'est félicité du dialogue qui s'est instauré entre le Saint-Siège et la République du Vietnam à l'occasion du récent voyage à Hanoï d'une délégation romaine. Rendant compte des résultats de cette même visite, le cardinal Etchegaray avait parlé d'un "timide printemps" après un hiver rigoureux.

Le 7ème plenum et l'avenir des catholiques patriotes.

Vietnam 01/12/1990

A l'issue du 7ème plenum du Comité central du Parti, qui s'est tenu à Hanoï du 17 au 26 novembre 1990 (10), on peut s'interroger sur l'importance à venir d'une institution que, jusqu'ici, l'Etat et le Parti ont toujours privilégiée: le Comité d'union des catholiques patriotes. Selon le communiqué final, en 1991, année de rigueur extrême (11), sera mise en oeuvre "une compression du personnel administratif et des appareils ... dans les organisations de masse" dont le Comité fait partie. Par ailleurs, selon des sources vietnamiennes bien informées, les nouveaux statuts du Parti, qui seront proposés à la discussion publique avant leur adoption par le prochain congrès, prévoient une séparation de l'Etat et du Parti. Ce dernier devrait donc, de plus en plus, se désengager de la gestion de la société civile, et, par conséquent, des organismes intermédiaires au moyen desquels il exerçait cette tâche. Le Comité d'union des catholiques patriotes est un de ces organismes.

Le cardinal Roger Etchegaray rencontre le premier ministre, M. Dô Muoi

Vietnam 16/11/1990

Comme "Eglises d'Asie" l'avait annoncé (15), la délégation du Saint-Siège, conduite par le cardinal Roger Etchegaray, est arrivée le 7 novembre 1990 à Hanoi où elle a été officiellement reçue par le président de la Conférence épiscopale du Vietnam, accompagné de trois autres évêques. Les négociations avec le gouvernement, en l'occurrence les responsables du Bureau des Affaires religieuses auprès du premier ministre, ont commencé dès le lendemain (16). Elles ont porté principalement, selon des sources vietnamiennes autorisées, sur l'épineuse question des nombreux diocèses sans titulaires. La délégation s'est rendue vendredi 9 novembre à Huê, ville qui a été récemment frappée par un violent typhon. Il est à noter aussi que le dernier archevêque de Huê, Mgr Nguyen Kim Diên, est décédé depuis deux ans et n' a pas été remplacé. Lundi 12 novembre, la veille de son retour à Rome, la délégation devait rencontrer le premier ministre, Mr Dô Muoi.

Procès de Ho Chi Minh-Ville (12): un complément d'information

Vietnam 16/11/1990

Des sources d'information privées permettent de préciser et de corriger la version des faits présentée par le tribunal de Hô Chi Minh-Ville et la presse officielle de Saigon. Le Mouvement sacerdotal marial a été fondé à Milan en 1973 par Don Stefano Gobbi. Il a très rapidement connu une audience internationale. C'est en 1982 que les prêtres vietnamiens impliqués dans le procès du mois d'août ont connu ce mouvement de spiritualité par l'intermédiaire d'un livre fort répandu, édité à Milan et intitulé "La Vierge à ses fils de prédilection: les prêtres" (13). Ce livre, avant d'arriver entre les mains du P. Nguyen Van Dê, avait été examiné par la censure gouvernementale qui y avait apposé cette mention: "Approuvé - l'intéressé a le droit de lire et d'étudier ce livreC'est cet ouvrage que le père a traduit et diffusé. Après son arrestation, le père Nguyên Van Dê, selon le témoignage d'un codétenu, a subi une centaine d'interrogatoires au cours desquels il lui a été demandé de reconnaître ses visées contre-révolutionnaires. Pour étayer leurs accusations, les cadres de la Sûreté avaient relevé une phrase extraite du livre en question, "L'athéisme est entré dans beaucoup d'âmes et y a éteint la lumière de la foi et l'amour: c'est le dragon rouge dont a parlé la Bible" (14). Le P. Nguyen Van Dê, depuis son arrestation en novembre 1987, a refusé de solliciter la grâce des autorités et a toujours demandé à être jugé publiquement. Selon certains témoignages non encore vérifiés, un prêtre de Can Tho, arrêté en même temps que le Père Dê, pour la même affaire, serait mort en prison, quelques jours après son incarcération.

Condamnés pour "spiritualité contre-révolutionnaire"

Vietnam 16/11/1990

"S'est servi de la religion à des fins de propagande contre-révolutionnaire". Ce motif d'accusation, tant de fois utilisé dans le passé, n'a pas encore disparu du discours officiel. Il a de nouveau été invoqué par le procureur du Tribunal populaire de Hô Chi Minh-Ville, les 15 et 16 août 1990, à l'encontre d'un groupe de 11 catholiques appartenant aux diocèses de My Tho et Can Tho. Leur procès (10), différé à plusieurs reprises, semble avoir été organisé avec une grande précipitation et sans notification préalable. Les principaux accusés attendaient de passer en jugement depuis leur arrestation au mois de novembre 1987.