EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Vietnam Le P. Thaddée Nguyên Van Ly a été remis en liberté dans un état de santé préoccupant

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Vietnam

Imprimer

Le P. Thaddée Nguyên Van Ly a été remis en liberté dans un état de santé préoccupant

Le P. Thaddée Nguyên Van Ly a été remis en liberté dans un état de santé préoccupant

20/05/2016

Dans la matinée de ce 20 mai 2016, l’archevêque de Huê, Mgr Lê Van Hông, a confirmé à différentes radios étrangères la libération du P. Thaddée Nguyên Van Ly après huit années passées en détention dans le camp de Nam Ha, situé dans la province de Ha Nam, au sud de Hanoi. Les autorités religieuses ...

... de l’archidiocèse avaient été averties la veille que le P. Ly serait libéré environ trois mois avant la date officielle de l’expiration de sa peine. Dès que la nouvelle avait été connue, le diocèse avait aménagé pour le prêtre un appartement à l’intérieur de la maison de retraite du diocèse.

Selon des témoins directs, rapportés par Vietcatholic News, le P. Ly est arrivé à la maison de retraite du diocèse transporté par un minibus. Il était attendu par l’actuel archevêque, accompagné de l’archevêque émérite et d’un certain nombre de ses confrères. Au sortir de la voiture, l’ancien prisonnier est allé s’agenouiller aux pieds des deux évêques. Les témoins se sont souvenus que lors du procès du 30 mars 2007, qui l’avait condamné à huit ans de prison pour propagande antigouvernementale, il avait lancé en direction des juges en rentrant dans la salle du tribunal, le cri : « A bas le communisme ! »

Des reporters des radios étrangères ont aussi recueilli certains propos des pensionnaires et responsables de la maison de retraite du diocèse. Le P. Nguyên Van Binh a ainsi fait remarquer que tout le monde se réjouissait du retour du prêtre prisonnier. Cependant, selon lui, son état de santé s’est nettement détérioré.

Au total, vingt-deux ans en prison depuis 1977

Agé de 70 ans, le P. Nguyên Van Ly a commencé sa vie de prisonnier politique de très bonne heure. Il est encore jeune prêtre et le régime communiste n’a encore que deux ans dans le Vietnam réunifié lorsqu’il est arrêté une première fois en 1977. Il sera libéré au bout d’un an. Le second séjour en prison durera neuf années, de mai 1983 à juillet 1992. Il est alors accusé d’opposition à la révolution et de sabotage de l’union populaire.

Au mois de novembre 2000, à l’occasion de la visite du président Clinton au Vietnam, il reçoit la visite de la Commission américaine pour la liberté religieuse dans le monde. L’année suivante, un nouveau procès le condamne à quinze années de prison. Il bénéficie d’une grâce et est libéré en 2004.

Son dernier procès a eu lieu le 30 mars 2007 à Huê. Il est alors condamné à huit ans de prison et à cinq ans de résidence surveillée. Il lui était reproché de receler et de diffuser des documents de propagande contre la République socialiste du Vietnam. Le procès, qui se déroula sans qu’aucun avocat ne soit affecté à sa défense, fit l’objet de la désapprobation générale et de critiques de la part de gouvernements étrangers et de diverses organisations internationales de défense des droits de l’homme. Une photo prise pendant le procès avait en particulier fait scandale. On y voyait un policier, la main posée sur la bouche du prêtre, l’empêchant de s’exprimer devant le jury.

vietnam - baillon.jpg

 

Les huit ans de prison infligés par ce dernier procès furent interrompus en novembre 2009 lorsque le prêtre catholique fut victime d'une attaque cérébrale. En mars 2010, il est alors libéré provisoirement pour recevoir des soins chez lui. Mais, le 25 juillet 2011, il est ramené dans son camp de détention pour y achever sa peine.

Figure emblématique du combat pour les libertés dans un Vietnam communiste, le P. Ly retrouve la liberté alors que le président Barack Obama arrive à Hanoi, dimanche 22 mai, pour une visite exceptionnelle de quatre jours. Les deux événements ne sont sans doute pas sans liens. Engagées dans un spectaculaire rapprochement avec les Etats-Unis, les autorités vietnamiennes sont en effet sous pression afin d’améliorer le respect des libertés fondamentales dans leur pays. Rendu public le 2 mai dernier, le seizième Rapport sur la liberté religieuse dans le monde du département d’Etat américain a recommandé au gouvernement américain de placer, à nouveau, le Vietnam sur la liste des pays « particulièrement préoccupants en matière de liberté religieuse ». Le Vietnam avait été placé sur cette liste en 2004 et en 2005, avant d’en être retiré en 2006, peu avant de faire son entrée à l’OMC (Organisation mondiale du commerce).

(eda/jm)