EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Timor-Oriental

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Timor-Oriental

Les évêques catholiques du Timor occidental et de Timor-Oriental demandent au gouvernement indonésien de faciliter le rapatriement des réfugiés est-timorais présents au Timor occidental

Timor-Oriental 16/01/2001

Rassemblés à Dili, au Timor-Oriental, à l'initiative de Mgr Renzo Fratini, nonce apostolique en poste à Djakarta, les évêques des deux diocèses du Timor occidental (partie indonésienne de l'île de Timor) et les représentants des deux diocèses de Timor-Oriental ont publié le 6 janvier un communiqué commun. Ces évêques catholiques appellent le gouvernement indonésien à assurer la sécurité dans les camps de réfugiés au Timor occidental et à faciliter le retour au Timor-Oriental des personnes qui souhaitent effectivement y retourner.

Le Timor-Oriental devra attendre un ou deux ans avant de pouvoir se dire indépendant, déclare Mgr Belo

Timor-Oriental 01/10/2000

Mgr Carlos Belo, administrateur apostolique de Dili, a déclaré que le Timor-Oriental devrait attendre "un ou deux ans" avant de déclarer son indépendance, du temps étant nécessaire pour se préparer à ce changement. L'Administration transitoire des Nations Unies au Timor-Oriental (UNTAET) envisage l'indépendance pour la fin de 2001 mais Mgr Belo a déclaré le 15 septembre qu'il restait prudent sur la question. L'évêque salésien a tenu une conférence de presse au cours du Forum international du jubilé de l'an 2000 pour les réfugiés et les migrants, organisé par la Commission de la coopération internationale de la Conférence épiscopale du Japon.

Malgré l'importante assistance dont bénéficie le Timor-Oriental, la famine menace dans certaines parties isolées du pays

Timor-Oriental 16/09/2000

Selon le P. Amatus Woi, de l'ONG "Des équipes de bénévoles pour l'humanité", les habitants des régions isolées du Timor-Oriental, particulièrement dans la partie nord du pays, souffrent de la faim et il est à craindre que de nombreuses personnes soient déjà mortes de faim. Le P. Woi, qui est basé sur l'île de Florès, dans l'Indonésie voisine, tient cette information des séminaristes est-timorais qui, après avoir passé les vacances d'été au Timor-Oriental, ont regagné le grand séminaire Saint-Paul de Ledalero, à Florès, où ils poursuivent leurs études en l'absence d'infrastructures adéquates au Timor-Oriental (34).

L'indonésien est choisi comme langue d'enseignement dans les écoles du pays

Timor-Oriental 01/09/2000

Un prêtre missionnaire indonésien qui travaille au Timor-Oriental estime que, en dépit d'un légitime orgueil national, la décision d'utiliser le bahasa indonésia (langue nationale indonésienne) pour enseigner dans les écoles est un choix judicieux puisque tous les jeunes le comprennent et le parlent. Le P. Lazarus Mau dirige le collège catholique Beato Arnoldus Janssen à Maliana, la principale ville du district de Bobonaro, à 60 km au sud-ouest de Dili. Le Conseil national timorais de la résistance (CNRT) et le Conseil national consultatif du Timor-Oriental ont pris leur décision en mai, après avoir longuement délibéré sur le choix de la langue officielle et de la langue nationale du Timor-Oriental. Leurs recommandations ont été acceptées par l'Administration transitoire des Nations Unies pour le Timor-Oriental (Untaet) qui supervise la transformation du territoire en un Etat.

Mgr Belo ordonne trois nouveaux prêtres originaires du Timor-Oriental

Timor-Oriental 01/09/2000

Mgr Carlos Filipe Ximenes Belo, administrateur apostolique de Dili, a ordonné au mois de juillet trois nouveaux prêtres. Tous les trois sont originaires du Timor-Oriental. Le P. Henrique de Deus vient d'Ermera, le P. Luis G. Leito de Dili et le P. Armindo Britto de Bobonaro. Tous trois été formés en Indonésie. "Je viens aujourd'hui d'ordonner trois nouveaux prêtres. Les trois sont originaires du Timor-Oriental mais ils ont fait leurs études à 'L'Ecole de philosophie et de théologie Widya Sasana' de Malang (partie est de Java)", a expliqué Mgr Belo qui a tenu à préciser que le jour même de l'ordination, il avait très tôt téléphoné aux prêtres responsables de l'école pour leur exprimer sa gratitude. "Ces jeunes prêtres n'oublieront pas le peuple indonésien, spécialement ceux qui ont participé à leur formation", a déclaré l'évêque qui a indiqué qu'ils seraient envoyés l'un à Rome, l'autre en Angleterre et le troisième au Portugal pour des études de théologie, des sciences de la communication et de langue et littérature portugaises.

Les milices pro-indonésiennes réfugiées au Timor occidental poursuivent leurs incursions au Timor-Oriental

Timor-Oriental 01/09/2000

Les incursions au Timor-Oriental des milices pro-indonésiennes, basées en Indonésie, au Timor occidental, sont de plus en plus nombreuses. Selon Mgr Ximenes Belo, administrateur apostolique du diocèse de Dili, ces incursions ont pour but de harceler la population. Mgr Belo a lancé un appel au Conseil national de la résistance du Timor-Oriental (CNRT) pour lui demander de rassurer la population et de "trouver un moyen d'empêcher » ces incursions de miliciens pro-indonésiens. "Les gens ont peur. Il est urgent que le CNRT pense à leur sécurité. Rassurer avec des mots, certes, mais en même temps chercher comment arrêter ces miliciens », a-t-il déclaré le 23 août à des journalistes portugais.

Une Eglise protestante doit réduire son activité à Timor-Oriental par manque de pasteurs

Timor-Oriental 01/05/2000

Une Eglise protestante de Timor-Oriental se voit dans l'obligation de réduire très fortement ses activités après le départ de ses pasteurs hors du pays pour fuir les atrocités qui ont suivi le référendum du 30 août dernier. C'est ce qu'a déclaré à Dili, le 9 avril, un pasteur, le révérend Luis Andre Pinto : "Des milliers de chrétiens de la Gereja Kristen Timor Timur (GKTT - Eglise chrétienne de Timor-Oriental) et des douzaines de pasteurs ont fui après la publication des résultats du référendum en septembre 1999. Quelques-uns seulement sont revenus".

De bonnes perspectives pour la cohabitation entre catholiques et musulmans à Timor-Oriental

Timor-Oriental 16/04/2000

Après l'indépendance du Timor-Oriental qui s'appelle désormais en langue tetum, Timor Lorosae, ce qui signifie Timor, terre du levant, la communauté musulmane ne constitue pas plus de 2 % d'une population où les catholiques sont 92 %, les protestants 4 %, les hindous, 0,2 %, les bouddhistes 0,1 % et les animistes 1,7 %. Selon les déclarations d'un de leurs dirigeants à Dili, Hajji Jamal Chaniago, c'est avec une certaine sérénité que, malgré leur petit nombre, les adeptes de l'islam envisagent leur cohabitation avec la majorité catholique. Déjà, ils ont commencé à vaquer à leurs occupations traditionnelles dans les restaurants, les boutiques et les commerces divers. Ils tiennent pour un signe de bon augure, le fait qu'après les violences qui ont suivi le référendum sur l'indépendance du mois d'août de l'année dernière, les catholiques ne se soient laissés aller à aucune répression sectaire. Le responsable musulman a souligné que ceux-ci ont voulu maintenir leur lutte sur le plan purement politique sans aucune interférence avec les sentiments religieux. La communauté musulmane qui, au cours des événements, a réussi à préserver ses lieux de culte, conserve, pour cette raison, un sentiment de gratitude à l'égard des dirigeants timorais.

Mgr Belo met sur pied un projet pastoral pour Timor-Oriental

Timor-Oriental 01/04/2000

Pour mieux structurer la pastorale à Timor-Oriental, Mgr Belo, entend solliciter l'aide des ethnologues spécialistes des traditions et pratiques religieuses des peuples aborigènes. Tout en confiant ces recherches aux missionnaires de la Congrégation du Verbe divin, le diocèse de Dili voudrait également envoyer des jeunes prêtres étudier à l'étranger l'évolution des méthodes pastorales et préparer ainsi l'ouverture d'un grand séminaire pour Timor-Oriental, a déclaré Mgr Belo, administrateur apostolique de Dili.

Malgré une certaine tension, la visite et les gestes accomplis par le président Wahid au Timor-Oriental ont été appréciés

Timor-Oriental 16/03/2000

Le président indonésien Abdurraman Wahid lors de sa courte visite au nouvel Etat indépendant de Timor-Oriental, le mardi 29 février, a reçu un accueil mitigé si l'on en croit les comptes-rendus de diverses agences de presse. Les quelques acclamations qu'il a reçues ici et là n'ont pas compensé les manifestations hostiles organisées par la population et sévèrement contenues par les forces de l'ordre. Cependant cette visite et les excuses présentées à cette occasion par le président indonésien ont semblé contenter le Conseil national de la résistance timoraise. Son coordinateur politique, David Ximenes, a pu déclarer au sujet du président indonésien : "Qu'il soit venu ici et qu'il ait essayé de s'excuser nous suffit (...). Ce que nous voulons avant tout, c'est la réconciliation et la normalisation, non seulement entre nous mais aussi avec l'Indonésie ! »