EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Timor-Oriental

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Timor-Oriental

Les deux évêques du Timor-Oriental s'engagent pour hâter le retour des réfugiés est-timorais toujours bloqués au Timor occidental en territoire indonésien

Timor-Oriental 01/06/2001

Du 28 au 31 mai, Mgr Basilio Do Nascimento, administrateur apostolique du diocèse de Baucau, au Timor-Oriental, a visité les camps de réfugiés est-timorais installés autour de Kupang, chef-lieu de la province indonésienne du Timor occidental. Lors d'une conférence de presse donnée en présence de Pieter Alexander Tallo, gouverneur de la province, Mgr Do Nascimento a déclaré que sa visite s'inscrivait dans un cadre purement "humanitaire" et que son but était d'ouvrir la porte à la réconciliation entre Timorais de l'Est. Quelques semaines auparavant, l'évêque de Baucau et son homologue de Dili, Mgr Carlos Ximenes Belo, s'étaient adressés, dans une lettre commune, aux réfugiés des camps du Timor occidental. Dans cette lettre, les deux prélats reconnaissaient que des blessures restaient ouvertes du fait de la guerre civile des années 1974-1975 et des violences qui ont suivi le référendum d'août 1999. Cependant, écrivaient les deux évêques, ces blessures ne doivent pas maintenir séparés les Est-Timorais. Plutôt que de se fier à des informations mensongères, les réfugiés doivent se rendre au Timor-Oriental et constater par eux-mêmes la situation qui y prévaut. "Le chemin pour retourner au Timor-Oriental passe par un cœur ouvert et pacifique, prêt à pardonner et à oublier les expériences amères du passé", déclaraient encore les deux évêques.

Mgr Belo réclame plus de participation pour les Timorais de l'Est dans le processus d'édification de leur nouvel Etat

Timor-Oriental 01/03/2001

Remarquant que ce dont avaient le plus souffert les Timorais de l'Est sous le drapeau indonésien était l'absence d'un Etat de droit, Mgr Belo, administrateur apostolique du diocèse de Dili, a déclaré que les Timorais de l'Est ne pourraient faire confiance aux institutions de l'Etat timorais en cours d'édification que s'ils avaient une voix active au chapitre. Mgr Belo a insisté sur la nécessaire implication de ses concitoyens dans le processus d'élaboration des nouvelles lois de l'Etat est-timorais. "Il n'est pas possible de bâtir un nouveau système juridique dans lequel les gens aient confiance s'ils ne jouent aucun rôle dans sa construction", a-t-il plaidé, ajoutant qu'un principe central en démocratie était que les lois "doivent être écrites et débattues par les représentants du peuple souverain". Invité par l'Association des avocats catholiques de Malaisie, Mgr Belo est intervenu le 17 février dernier à l'église St François-Xavier à Petaling Jaya, dans la banlieue de Kuala Lumpur.

Selon Mgr Belo, le Saint-Siège a accepté de créer un troisième diocèse au Timor-Oriental

Timor-Oriental 01/02/2001

Dans un entretien par téléphone le 20 janvier avec les journalistes de l'agence Ucanews, Mgr Belo, administrateur apostolique du diocèse de Dili, capitale du Timor-Oriental, a annoncé que le pape Jean-Paul II avait accepté de créer un nouveau diocèse au Timor-Oriental. Avec Dili, créé en 1940, et Baucau, créé en 1996 (1), Same va ainsi devenir le troisième diocèse de cette nation en construction et qui doit normalement accéder officiellement à l'indépendance à la fin de cette année 2001. Toujours selon Mgr Belo, "la date de l'érection effective de ce nouveau diocèse ne sera annoncée par le Vatican qu'après la proclamation de l'indépendance du Timor-Oriental". Le Timor-Oriental est actuellement placé sous l'administration directe des Nations Unies où l'UNTAET travaille à mettre en place les structures administratives et politiques du nouvel Etat.

Les évêques catholiques du Timor occidental et de Timor-Oriental demandent au gouvernement indonésien de faciliter le rapatriement des réfugiés est-timorais présents au Timor occidental

Timor-Oriental 16/01/2001

Rassemblés à Dili, au Timor-Oriental, à l'initiative de Mgr Renzo Fratini, nonce apostolique en poste à Djakarta, les évêques des deux diocèses du Timor occidental (partie indonésienne de l'île de Timor) et les représentants des deux diocèses de Timor-Oriental ont publié le 6 janvier un communiqué commun. Ces évêques catholiques appellent le gouvernement indonésien à assurer la sécurité dans les camps de réfugiés au Timor occidental et à faciliter le retour au Timor-Oriental des personnes qui souhaitent effectivement y retourner.

Le Timor-Oriental devra attendre un ou deux ans avant de pouvoir se dire indépendant, déclare Mgr Belo

Timor-Oriental 01/10/2000

Mgr Carlos Belo, administrateur apostolique de Dili, a déclaré que le Timor-Oriental devrait attendre "un ou deux ans" avant de déclarer son indépendance, du temps étant nécessaire pour se préparer à ce changement. L'Administration transitoire des Nations Unies au Timor-Oriental (UNTAET) envisage l'indépendance pour la fin de 2001 mais Mgr Belo a déclaré le 15 septembre qu'il restait prudent sur la question. L'évêque salésien a tenu une conférence de presse au cours du Forum international du jubilé de l'an 2000 pour les réfugiés et les migrants, organisé par la Commission de la coopération internationale de la Conférence épiscopale du Japon.

Malgré l'importante assistance dont bénéficie le Timor-Oriental, la famine menace dans certaines parties isolées du pays

Timor-Oriental 16/09/2000

Selon le P. Amatus Woi, de l'ONG "Des équipes de bénévoles pour l'humanité", les habitants des régions isolées du Timor-Oriental, particulièrement dans la partie nord du pays, souffrent de la faim et il est à craindre que de nombreuses personnes soient déjà mortes de faim. Le P. Woi, qui est basé sur l'île de Florès, dans l'Indonésie voisine, tient cette information des séminaristes est-timorais qui, après avoir passé les vacances d'été au Timor-Oriental, ont regagné le grand séminaire Saint-Paul de Ledalero, à Florès, où ils poursuivent leurs études en l'absence d'infrastructures adéquates au Timor-Oriental (34).

L'indonésien est choisi comme langue d'enseignement dans les écoles du pays

Timor-Oriental 01/09/2000

Un prêtre missionnaire indonésien qui travaille au Timor-Oriental estime que, en dépit d'un légitime orgueil national, la décision d'utiliser le bahasa indonésia (langue nationale indonésienne) pour enseigner dans les écoles est un choix judicieux puisque tous les jeunes le comprennent et le parlent. Le P. Lazarus Mau dirige le collège catholique Beato Arnoldus Janssen à Maliana, la principale ville du district de Bobonaro, à 60 km au sud-ouest de Dili. Le Conseil national timorais de la résistance (CNRT) et le Conseil national consultatif du Timor-Oriental ont pris leur décision en mai, après avoir longuement délibéré sur le choix de la langue officielle et de la langue nationale du Timor-Oriental. Leurs recommandations ont été acceptées par l'Administration transitoire des Nations Unies pour le Timor-Oriental (Untaet) qui supervise la transformation du territoire en un Etat.

Mgr Belo ordonne trois nouveaux prêtres originaires du Timor-Oriental

Timor-Oriental 01/09/2000

Mgr Carlos Filipe Ximenes Belo, administrateur apostolique de Dili, a ordonné au mois de juillet trois nouveaux prêtres. Tous les trois sont originaires du Timor-Oriental. Le P. Henrique de Deus vient d'Ermera, le P. Luis G. Leito de Dili et le P. Armindo Britto de Bobonaro. Tous trois été formés en Indonésie. "Je viens aujourd'hui d'ordonner trois nouveaux prêtres. Les trois sont originaires du Timor-Oriental mais ils ont fait leurs études à 'L'Ecole de philosophie et de théologie Widya Sasana' de Malang (partie est de Java)", a expliqué Mgr Belo qui a tenu à préciser que le jour même de l'ordination, il avait très tôt téléphoné aux prêtres responsables de l'école pour leur exprimer sa gratitude. "Ces jeunes prêtres n'oublieront pas le peuple indonésien, spécialement ceux qui ont participé à leur formation", a déclaré l'évêque qui a indiqué qu'ils seraient envoyés l'un à Rome, l'autre en Angleterre et le troisième au Portugal pour des études de théologie, des sciences de la communication et de langue et littérature portugaises.

Les milices pro-indonésiennes réfugiées au Timor occidental poursuivent leurs incursions au Timor-Oriental

Timor-Oriental 01/09/2000

Les incursions au Timor-Oriental des milices pro-indonésiennes, basées en Indonésie, au Timor occidental, sont de plus en plus nombreuses. Selon Mgr Ximenes Belo, administrateur apostolique du diocèse de Dili, ces incursions ont pour but de harceler la population. Mgr Belo a lancé un appel au Conseil national de la résistance du Timor-Oriental (CNRT) pour lui demander de rassurer la population et de "trouver un moyen d'empêcher » ces incursions de miliciens pro-indonésiens. "Les gens ont peur. Il est urgent que le CNRT pense à leur sécurité. Rassurer avec des mots, certes, mais en même temps chercher comment arrêter ces miliciens », a-t-il déclaré le 23 août à des journalistes portugais.

Une Eglise protestante doit réduire son activité à Timor-Oriental par manque de pasteurs

Timor-Oriental 01/05/2000

Une Eglise protestante de Timor-Oriental se voit dans l'obligation de réduire très fortement ses activités après le départ de ses pasteurs hors du pays pour fuir les atrocités qui ont suivi le référendum du 30 août dernier. C'est ce qu'a déclaré à Dili, le 9 avril, un pasteur, le révérend Luis Andre Pinto : "Des milliers de chrétiens de la Gereja Kristen Timor Timur (GKTT - Eglise chrétienne de Timor-Oriental) et des douzaines de pasteurs ont fui après la publication des résultats du référendum en septembre 1999. Quelques-uns seulement sont revenus".