EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Timor-Oriental

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Timor-Oriental

A l'occasion de la fin du ramadan, l'évêque catholique des diocèses de Dili et de Baucau s'est rendu dans une mosquée et a appelé à l'unité et au dialogue entre les croyants

Timor-Oriental 16/12/2003

Le 25 novembre dernier, le Premier ministre du Timor-Oriental, Mari Alkatiri, de confession musulmane, ainsi que les principaux leaders de la petite communauté musulmane de ce pays ont accueilli Mgr Basilio do Nascimento, administrateur apostolique des diocèses catholiques de Dili et Baucau, dans une mosquée. Cette visite, à la mosquée Munawarah, située dans le village d'Alor, dans la partie ouest de Dili, s'inscrit à la suite des visites que, depuis plusieurs années, le responsable de l'Eglise catholique effectue auprès de la communauté musulmane à l'occasion de al-Fitr (Aïd el-Fitr), la fête marquant la fin du mois de jeûne du ramadan (1). Mgr do Nascimento a, à cette occasion, demandé à tous les Est-Timorais de se montrer unis et résolus à approfondir le dialogue interreligieux.

Selon Mgr do Nascimento, la visite du président Gusmao au Saint-Siège a rappelé au monde l'existence du Timor-Oriental

Timor-Oriental 01/11/2003

Selon Mgr Basilio do Nascimento, administrateur apostolique des diocèses de Baucau et de Dili, les deux diocèses du Timor-Oriental, la récente visite officielle du président Xanana Gusmao au Saint-Siège a contribué à faire connaître le Timor-Oriental, dernière née des nations sur la carte du monde. "Je pense que la visite a été un pas en avant symbolique pour montrer au monde l'existence de cette nation indépendante et souveraine qu'est Timor Leste. Une bonne publicité pour ce tout petit Etat a déclaré l'évêque à la presse. Timor Leste est le nom portugais de Timor-Oriental, le portugais étant une des langues officielles de cette ancienne colonie portugaise passée sous contrôle indonésien de 1975 à 1999.

Lors de la Vigile pascale, Mgr Basilio do Nascimento a exhorté les Timorais à ne pas se laisser séduire, dans les domaines moraux et spirituels, par les "ténèbres"

Timor-Oriental 01/05/2003

Le 19 avril dernier, Mgr do Nascimento, administrateur apostolique des diocèses de Baucau et Dili, a célébré la Vigile pascale à la cathédrale de Dili. Dans une église pleine à craquer, de nombreux fidèles se tenant au-dehors faute d'avoir pu y prendre place, l'évêque a exhorté les catholiques du Timor-Oriental à ne pas se laisser séduire par de faux dieux, "les ténèbres" hantant toujours les consciences dans les domaines moraux et spirituels, dans ce pays formellement indépendant depuis moins d'un an.

Mgr Do Nascimento présente ses excuses aux représentants de la communauté musulmane locale pour l'implication de catholiques dans les émeutes qui ont secoué Dili les 3 et 4 décembre 2002

Timor-Oriental 16/01/2003

"Suivant l'exemple du Saint Père qui a, à plusieurs reprises, demandé pardon pour les méfaits commis par des catholiques à l'encontre de croyants d'autres religions, nous devons demander pardon pour les mauvaises actions commises par des catholiques ici contre des croyants d'autres religions." C'est par ces mots que Mgr Do Nascimento, administrateur apostolique des deux diocèses catholiques du Timor-Oriental, Baucau et Dili, s'est exprimé dans les derniers jours de l'année 2002 en recevant cinq représentants de la petite communauté musulmane du pays venus lui rendre une visite de courtoisie à l'occasion de Noël.

Comme chaque année, Mgr Belo a rendu visite à la petite communauté musulmane du pays à l'occasion de la fin du ramadan, une communauté éprouvée par les récentes émeutes de Dili

Timor-Oriental 16/12/2002

Le 6 décembre dernier, Mgr Belo, qui a démissionné à la fin du mois de novembre 2002 de ses responsabilités à la tête du diocèse catholique de Dili (1), s'est rendu auprès de la communauté musulmane, comme il en a l'habitude depuis plusieurs années (2) à l'occasion de la fête de al-Fitr, célébrée à la fin du ramadan. Cette année, la visite de Mgr Belo a pris un tour particulier du fait des récentes émeutes qui ont secoué Dili, capitale du Timor-Oriental, et au cours desquelles la mosquée An Nur, l'unique mosquée de la ville, a été partiellement incendiée (3).

Le président Gusmao a appelé au calme après les émeutes qui ont fait de deux à cinq morts à Dili, les 3 et 4 décembre 2002

Timor-Oriental 16/12/2002

Le 4 décembre dernier au soir, le président 'Xanana' Gusmao a lancé un appel, demandant à tous les Est-Timorais, et particulièrement aux lycéens et aux étudiants, de garder le calme. Son appel est intervenu après que Dili, la capitale de ce nouvel Etat dont l'indépendance date de moins de six mois, a été le théâtre de violentes émeutes.

"L'INDEPENDANCE DE TIMOR LORASAE DOIT AMENER L'EGLISE A INVENTER UNE NOUVELLE LIGNE PASTORALE" - Une interview exclusive de Mgr Basilio do Nascimento, administrateur apostolique du diocèse catholique de Dili -

Timor-Oriental 01/12/2002

Eglises d'Asie : Voilà quelques mois que le nouvel Etat de Timor Lorasae (Timor-Oriental) est né. Quelles sont selon vous les perspectives à court et moyen termes dans le domaine socio-économique ?

Par le travail de la Commission pour la recherche de la vérité et la réconciliation, les Est-Timorais s'approprient peu à peu leur passé et les souffrances endurées

Timor-Oriental 01/12/2002

Mise en place en février 2002 par l'UNTAET, l'administration transitoire de l'ONU qui a accompagné la pleine accession à l'indépendance du Timor-Oriental, la Commission pour la recherche de la vérité et la réconciliation poursuit son travail (1). Les 11 et 12 novembre derniers, un millier de personnes sont venues écouter les témoignages de quatorze Est-Timorais, originaires des treize districts qui forment le pays, qui ont raconté comment leurs droits avaient été bafoués.

La très minoritaire communauté musulmane du pays a remercié Mgr Belo pour son aide au sujet du démenti apporté à certaines rumeurs ayant trait à l'attentat de Bali

Timor-Oriental 01/12/2002

Après l'attentat de Bali, en Indonésie, qui, le 12 octobre dernier, a causé la mort de près de 190 personnes (1), la tension est montée dans la capitale du Timor-Oriental, Dili, à cause de rumeurs faisant état de la présence de deux des responsables de l'attentat dans la mosquée de la ville. Cependant, avant que le mois du ramadan ne commence, le 6 novembre dernier, Mgr Carlos Filipe Ximenes Belo, administrateur apostolique du diocèse catholique de Dili, a rencontré les dirigeants de la communauté musulmane et, en leur présence, a déclaré publiquement qu'il ne croyait pas que les musulmans est-timorais se montreraient si "naïfs" au point de cacher des criminels dans leur lieu de culte. Mgr Belo a ajouté que les musulmans est-timorais pouvaient contribuer à l'harmonie entre les différentes religions dans le pays. "Montrez par votre vie de tous les jours que vous êtes bons, droits et justes afin que les gens sachent que les musulmans ne sont pas des terroristes a déclaré Mgr Belo.

Le pape a accepté la démission, pour raison de santé, de Mgr Belo, administrateur apostolique du diocèse de Dili, et a nommé Mgr do Nascimento comme son successeur

Timor-Oriental 01/12/2002

Par un communiqué en date du 26 novembre dernier, le Saint-Siège a fait savoir que le pape avait accepté la démission de Mgr Carlos Belo, administrateur apostolique du diocèse catholique de Dili, et avait nommé Mgr Basilio do Nascimento, actuel administrateur apostolique du diocèse de Baucau, comme son successeur (1). Mgr do Nascimento continue par ailleurs d'assumer la charge du diocèse de Baucau. Selon le communiqué du Vatican, la démission a été acceptée au titre de l'article 401, paragraphe 2, du Code de droit canon, qui autorise un évêque à démissionner pour raison de santé. A Dili, la nouvelle a été confirmée par Agio Pereira, chef de cabinet du président du Timor-Oriental, Xanana Gusmao, qui a déclaré que Mgr Belo avait publié un communiqué annonçant qu'il demandait au Saint-Siège d'accepter sa démission pour raison de santé. "J'ai besoin de repos et d'un traitement pendant un à deux ans", a expliqué en substance Mgr Belo.