EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Timor-Oriental

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Timor-Oriental

Le ministre indonésien des Affaires étrangères respecte la mission religieuse de Mgr Belo mais critique ses déclarations dites politiques

Timor-Oriental 01/07/1995

Au cours d'une réunion avec les hauts responsables de la section locale du Golkar, parti dirigeant indonésien, qui s'est tenue à Timor Oriental du 13 au 15 mai 1995, le ministre des Affaires étrangères de l'Indonésie, M. Ali Alatas, a porté un jugement à deux volets sur la personnalité et les prises de position de l'évêque salésien, Mgr Belo, administrateur apostolique de Dili. La critique du ministre concernant ce qu'il estime être les prises de position politiques de l'évêque a été tempérée par le grand respect qu'il a exprimé pour sa personnalité et son oeuvre religieuse.

La réunion de Schlaining a consacré la position incontournable de Mgr Belo dans les efforts de réconciliation entre les Timorais de l'intérieur et ceux de l'exil

Timor-Oriental 01/07/1995

Organisé à Schlaining, en Autriche, sous les auspices des Nations Unies, du 3 au 5 juin 1995, le dialogue entre Timorais de l'intérieur et ceux de l'exil n'a pas pu produire de résultat pratique significatif dans la mesure où l'Indonésie n'avait accepté le principe d'une telle réunion qu'à condition que le statut politique de Timor Oriental ne soit pas à l'ordre du jour (7).

L'Eglise catholique lance un appel à la communauté internationale : les enlèvements d'enfants timorais sont de plus en plus nombreux

Timor-Oriental 16/06/1995

Depuis la mi-avril 1995, cinquante-cinq enfants d'âge scolaire habitant les régions rurales de Timor oriental ont disparu de leurs familles et les premières enquêtes donnent à penser qu'ils ont été kidnappés. Ils ont été d'abord attirés à Dili par des promesses de bourses scolaires et d'admissions dans des pensionnats. Puis, ils ont été envoyés hors de Timor oriental.

Des cadres administratifs et des personnalités politiques dénoncent les atteintes aux droits de l'homme

Timor-Oriental 01/06/1995

Au dire d'un ancien chef du district de Covalina, Rui Emiliano Teixera Lopez, des officiers de sécurité étaient derrière les terroristes ninjas, ces individus en cagoules noires qui, à la fin de 1994 et au début de cette année, surgissaient la nuit en bandes dans les villes et les villages de la province, lançaient des pierres dans les fenêtres des maisons et rouaient les gens de coups (14). Les autorités militaires ont parlé d'agitateurs hostiles au gouvernement. Mais beaucoup de gens du pays pensent que les ninjas étaient en réalité aidés par les militaires. "Quand j'étais chef de district, raconte Lopez, un officier m'a demandé de favoriser le recrutement de ninjas chez les jeunes pour faire peur aux partisans de l'intégration et discréditer ainsi le Fretilin (15). J'ai rejeté cette méthode du 'diviser pour régner'. C'est la population qui est sacrifiée dans ces actions de vendetta

A la demande de l'Indonésie, la réunion de Salzbourg est reportée à une date ultérieure

Timor-Oriental 16/04/1995

La réunion de Salzbourg, qui devait rassembler du 24 au 26 avril, sous l'égide de l'ONU, toutes les parties impliquées dans le conflit de Timor Oriental (13), a été reportée à la demande du gouvernement indonésien, qui estime que tout n'est pas encore prêt pour de telles négociations.

Invité à participer à la réunion de Salzbourg réunissant toutes les parties en conflit, Mgr Belo proposera sa médiation

Timor-Oriental 01/04/1995

Mgr Carlos Ximenes Belo, administrateur apostolique de Dili, a été invité par M. Boutros Boutros Ghali, secrétaire général des Nations Unies, à participer à la réunion de Salzbourg en Autriche qui réunira, du 24 au 26 avril 1995, toutes les parties impliquées dans le contentieux qui déchire le territoire.

Un forum interreligieux est créé sous les auspices de l'autorité civile

Timor-Oriental 16/03/1995

Le chef du bureau provincial des affaires religieuses, François Susanto Purbokusumo, qui est un catholique de Java, a présidé le 28 février 1995 l'assemblée constitutive d'un forum d'échanges entre les cinq religions officiellement reconnues : bouddhisme, islam, hindouisme, catholicisme et protestantisme. Mgr Belo, administrateur apostolique du diocèse de Dili, était représenté par le père Jose Antonio da Costa, vicaire général. A côté des responsables des cinq religions, des représentants du gouvernement local et des autorités militaires assistèrent à la réunion.

Après la tuerie de Liquisa, l'évêque voudrait que l'armée présente ses excuses à la population

Timor-Oriental 16/03/1995

Les autorités indonésiennes ont admis qu'en tuant six Timorais le 12 janvier à Liquisa, à soixante kilomètres à l'ouest de Dili, les forces de sécurité avaient violé les procédures militaires normales. Mais l'armée prétend que les hommes abattus étaient des guérilleros séparatistes, alors que d'autres, comme les représentants de l'Eglise, affirment que c'étaient des civils. A l'issue d'un entretien avec la fille aînée du président indonésien Soeharto, Sitti Hardiyanti Rukmana, présidente de l'association d'amitié Indonésie-Portugal, Mgr Carlos Belo, administrateur apostolique de Dili, a déclaré, au sujet des morts de Liquisa: "Les autorités militaires devraient s'excuser de leur erreur. Si elles le font, les gens pardonneront et l'affaire sera close. L'Eglise catholique est prête à coopérer avec toutes les parties pour maintenir la paix et l'harmonie à Timor oriental. Elle respecte la dignité humaine, la vérité et la justice, plus que tout. Ne dites que la vérité, qu'elle soit noire ou blanche."

Le président Suharto se rendra à Dili pour inaugurer la statue géante du Christ

Timor-Oriental 16/02/1995

Selon un fonctionnaire de Timor Oriental parlant à la presse, le 27 janvier 1995, le président Suharto est attendu à Dili au début de l'année 1996 pour inaugurer la statue géante du Christ que le gouvernement indonésien et la compagnie aérienne indonésienne Garuda font élever à Dili, face à la mer. Un comité a été formé pour organiser cette inauguration et une route est en train d'être construite entre Dili et Tanjung Pasir Puteh où la statue est érigée (18). La construction de ce monument fait partie de la campagne menée par le gouvernement indonésien pour démontrer sa bonne volonté à la communauté internationale et au peuple de Timor Oriental.

Un centaine de femmes demandent à l'évêque d'intervenir pour que cesse le harcélement dont elles sont victimes

Timor-Oriental 16/02/1995

Le 24 janvier 1995, une centaine de femmes de Dili ont rendu visite à Mgr Carlos Ximenes Belo, administrateur apostolique, pour lui demander d'intervenir auprès des autorités indonésiennes : elles se plaignent d'être harcelées toutes les nuits par des inconnus qui errent dans les quartiers d'Akadiruhun et de Bairo, jettent des pierres sur les maisons et essaient de terroriser la population. D'autres résidants de Dili se plaignent aussi depuis quelques semaines que des bandes "incontrôlées" sèment la terreur dans la ville et que l'armée indonésienne semble avoir reçu l'ordre de les laisser faire.