EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Timor-Oriental

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Timor-Oriental

Pour la première fois, le gouvernement indonésien parle d'indépendance pour le territoire ; beaucoup de Timorais restent perplexes

Timor-Oriental 01/02/1999

C'est d'abord dans l'euphorie que les habitants de Dili, capitale du Timor Oriental, ont accueilli, le 25 janvier, les déclarations d'Ali Alatas, ministre indonésien des Affaires étrangères, affirmant que, si la population de Timor ne voulait pas de l'autonomie proposée par Jakarta, l'Indonésie accepterait que le territoire devienne indépendant. Les déclarations d'Ali Alatas ont été renforcées le lendemain par le chef de l'armée, le général Wiranto, qui a dit que les militaires ne s'opposeraient pas à une éventuelle indépendance de Timor Oriental.

Xanana Gusmao, chef emprisonné de la résistance, demande que le retrait des forces indonésiennes du territoire soit indépendamment vérifié

Timor-Oriental 01/11/1998

Dans une lettre publiée le 21 octobre par le quotidien américain Washington Post, Xanana Gusmao, chef de la résistance timoraise emprisonné à Jakarta, demande aux Nations Unies de vérifier le retrait des troupes indonésiennes, qui a été promis par le gouvernement de Kakarta, mais qui donne lieu à des informations contradictoires. Selon le dirigeant de la résistance, "la promesse indonésienne restera ineffective si les Nations Unies ne vérifient pas régulièrement que les retraits de troupes sont effectifs". Il ajoute que les groupes de la résistance timoraise, avec lesquels il est en contact, affirment que plutôt que de retirer ses troupes, Jakarta est en train de renforcer leur présence à Timor Oriental depuis plusieurs semaines.

L'évêque de Baucau appelle à une trêve entre l'armée et les rebelles pendant la durée de la consultation de Kastel Krumbach

Timor-Oriental 01/11/1998

"J'appelle le personnel des forces armées et les guérillas de la forêt à manifester de la modération et à ne pas rechercher la confrontation pendant la durée du dialogue", a déclaré, le 21 octobre, Mgr Basilio do Nascimento, évêque de Baucau, à Timor Oriental. Son appel fait référence à la quatrième consultation qui réunit toutes les factions timoraises à Kastel Krumbach, du 31 octobre au 2 novembre, sous l'égide de Kofi Annan, secrétaire général des Nations Unies.

Une réunion de toutes les factions politiques de Timor Oriental a été organisée par l'Eglise catholique du territoire

Timor-Oriental 16/09/1998

Les 10 et 11 septembre 1998, une réunion organisée sous l'égide de l'Eglise catholique de Timor Oriental a réuni toutes les factions politiques du territoire dans le but affiché d'instaurer un processus de réconciliation et de dialogue. Mgr Carlos Ximenes Belo, administrateur apostolique de Dili, avait annoncé à l'avance que les discussions ne toucheraient pas directement les questions politiques mais qu'il s'agissait avant tout de "partager des idées générales sur la paix et l'avenir de Timor Oriental

Les dirigeants indonésiens recherchent le dialogue mais n'ont pas encore franchi le seuil qui permettrait de véritables négociations

Timor-Oriental 15/07/1998

Même si certaines limites ne sont pas encore franchies, les nouveaux responsables indonésiens ont encore fait quelques pas en avant dans leur tentative de trouver une solution indonésienne à la question de Timor Oriental. Le 24 juin dernier, le président Habibie avait entretenu Mgr Belo, administrateur apostolique de Dili, de son projet d'un retrait progressif des forces armées indonésiennes hors du territoire contesté (9). Dans l'interview qu'il a accordée à des journalistes européens, samedi 11 juillet, le nouveau chef d'Etat indonésien a détaillé un plan global de solution, spécialement destiné à l'attention de la communauté internationale. Les limites de la nouvelle offre ont été précisées avec beaucoup de fermeté. L'ancienne colonie portugaise doit rester, selon le président Habibie, partie intégrante du territoire indonésien, ce qui reste pour la communauté internationale comme pour les dirigeants du mouvement d'indépendance largement inacceptable. Si ce postulat était accepté, dit le président, beaucoup d'autres points seraient négociables, en premier lieu, un statut d'autonomie semblable à celui dont jouissent certaines régions indonésiennes. L'autonomie proposée par le président ne concernerait pas les domaines de la politique étrangère, de l'économie et des finances.

Lors d'une rencontre avec Mgr Carlos Belo, le président Habibie promet un retrait graduel des troupes indonésiennes hors du territoire du Timor oriental

Timor-Oriental 01/07/1998

Au Timor oriental, les événements se précipitent. Ils ont culminé le 24 juin dans la rencontre à Jakarta entre le président Habibie et Mgr Carlos Belo, prix Nobel de la paix, évêque de Dili. La rencontre avait été officiellement annoncée dès le lundi 22, par la présidence. Elle avait été précédée, la veille, de bruyantes mais non-violentes manifestations dans les rues de Dili, où des milliers de personnes avaient défilé en réclamant le dialogue alors que les forces de police étaient pratiquement absentes.

Amnesty International ne constate aucune amélioration dans le respect des droits de l'homme

Timor-Oriental 16/03/1998

La situation des droits de l'homme au Timor Oriental ne montre aucun signe d'amélioration. Au contraire, les autorités indonésiennes semblent plutôt durcir leurs positions contre les dissidents. C'est ce qu'indique un rapport International publié la semaine dernière à Bangkok. Les trois pages du rapport disent que les forces de sécurité de l'Indonésie torturent les détenus et procèdent à des exécutions extra-judiciaires "dans une presque totale impunité. Les observateurs estiment que plus de 280 personnes, y compris des militants pacifistes, ont été soumis à des détentions arbitraire de courte durée au cours de l'année écouléesignale le rapport, qui ajoute que ce genre de détention est d'ordinaire "incommunicado"Le risque de torture et de mauvais traitements demeure quelque chose d'habituel au Timor Oriental, surtout durant la période de détention incommunicado

Mgr Belo demande au gouvernement indonésien d'ouvrir un dialogue avec un nouveau groupe pour la "réconciliation"

Timor-Oriental 16/01/1998

Mgr Carlos Ximenes Belo, administrateur apostolique de Dili, a demandé au gouvernement indonésien d'ouvrir un dialogue avec un groupe nouvellement établi de militants politiques pour la "réconciliation".

Après une fusillade qui a fait une quinzaine de blessés à l'université de Dili, Mgr Belo condamne "l'incroyable brutalité" des militaires

Timor-Oriental 01/12/1997

Le 14 novembre 1997, à la suite d'une querelle opposant des policiers en civil et des étudiants à l'intérieur de l'université Timor Timur de Dili, l'armée a pénétré sur le campus et ouvert le feu sur les étudiants. Selon Mgr Filipe Ximenes Belo, administrateur apostolique de Dili, une quinzaine de personnes auraient été blessées au cours des affrontements. Parlant à une radio portugaise, le prélat a qualifié l'intervention de l'armée indonésienne de "brutalité incroyablePlusieurs bâtiments ont été endommagés par les balles des militaires et des cailloux apparemment lancés par les étudiants.