EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Timor-Oriental

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Timor-Oriental

La décision du gouvernement indonésien d'organiser le référendum en août sous surpervision des Nations Unies provoque de nombreuses critiques

Timor-Oriental 01/05/1999

Le président indonésien B.J. Habibie a annoncé, le 27 avril, qu'un référendum sur l'autonomie dans l'Indonésie ou, éventuellement, l'indépendance de Timor Oriental aurait lieu le 8 août sous la supervision des Nations Unies. Cette décision a été prise à la suite d'une rencontre de M. Habibie avec le premier ministre australien, John Howard, sur l'île de Bali.

Les milices pro-indonésiennes, appuyées par l'armée, tentent de saboter le processus électoral qui pourrait conduire à l'indépendance du territoire

Timor-Oriental 16/04/1999

Les conversations entre le Portugal et l'Indonésie, qui devaient mettre au point les derniers détails du processus de consultation populaire sur une large autonomie ou éventuellement sur l'indépendance de Timor Oriental, ont été retardées d'une semaine, jusqu'aux 20, 21 et 22 avril, à la demande du gouvernement indonésien. Bien que le porte-parole du ministère indonésien des Affaires étrangères ait affirmé que "ce retard est sans rapport avec les événements récentsc'est-à-dire l'offensive sanglante des milices pro-indonésiennes du territoire, certains observateurs commencent à douter de la bonne volonté de Jakarta de mener à bien le processus de consultation électorale. Peut-être les autorités indonésiennes craignent-elles que l'indépendance éventuellement accordée à Timor Oriental n'encourage les velléités séparatistes d'autres provinces troublées telles que Aceh, au nord de Sumatra ou l'Irian Jaya. Un diplomate occidental, en poste dans la capitale indonésienne, affirme même : "La situation sur le terrain (à Timor) se détériore très rapidement (...) On peut avoir l'impression que ceux qui, à Jakarta et à Dili sont opposés à une solution, pourraient finalement obtenir gain de cause

L'accord pour une consultation directe de la population du Timor oriental est accueilli avec une grande prudence par les principaux intéressés

Timor-Oriental 16/03/1999

Les dirigeants du mouvement indépendantiste, les personnalités les plus écoutées du Timor oriental et les nations intéressées ont réservé un accueil prudent, quelquefois mitigé, à l'accord intervenu entre le Portugal et l'Indonésie pour l'organisation d'une consultation directe de la population, sous l'égide de l'ONU, sur un projet d'autonomie de l'ancienne colonie portugaise.

Partisans de l'indépendance et tenants de l'intégration se joignent dans une même association pour une action commune

Timor-Oriental 16/03/1999

A la fin du mois de février, les dirigeants des principaux groupes et partis de Timor oriental, ceux qui militent pour l'indépendance de la région comme leurs adversaires qui soutiennent l'intégration, se sont réunis dans une association commune, "l'Association du peuple de Timor pour la paixque les fondateurs considèrent comme un instrument au service de la paix et de la réconciliation du peuple timorais. Le nouveau mouvement s'emploiera à favoriser le dialogue entre les dirigeants de toutes les factions afin d'aboutir à un consensus et rendre acceptable la solution qui sera proposée par les Nations Unies. Ensemble, en présence de l'envoyé des Nations-Unies, tous les membres de la nouvelle association ont signé une déclaration de paix. Les signataires sont les responsables de la branche politique du Fretilin (Front révolutionnaire pour un Timor oriental indépendant), connu sous le nom de CNRT (Conseil national de la Résistance du Timor), et les dirigeants de quatre partis partisans de l'intégration.

L'évêque de Dili, Mgr Belo, se prononce pour un plus grand dialogue entre Jakarta et les dirigeants politiques de Timor Oriental

Timor-Oriental 01/03/1999

L'administrateur apostolique de Dili, Mgr Carlos Filipe Ximenes Belo, dans un entretien avec les médias, le 12 février dernier, s'est livré à un commentaire des propos récemment tenus par le président Bacharuddin Jusuf Habibie, affirmant que l'Indonésie comptait ne plus être embarrassée par le problème de Timor Oriental à partir de l'an 2000. "Si telle est sa position, a précisé l'évêque, j'espère qu'il le déclarera dans un arrêté".

Pour la première fois, le gouvernement indonésien parle d'indépendance pour le territoire ; beaucoup de Timorais restent perplexes

Timor-Oriental 01/02/1999

C'est d'abord dans l'euphorie que les habitants de Dili, capitale du Timor Oriental, ont accueilli, le 25 janvier, les déclarations d'Ali Alatas, ministre indonésien des Affaires étrangères, affirmant que, si la population de Timor ne voulait pas de l'autonomie proposée par Jakarta, l'Indonésie accepterait que le territoire devienne indépendant. Les déclarations d'Ali Alatas ont été renforcées le lendemain par le chef de l'armée, le général Wiranto, qui a dit que les militaires ne s'opposeraient pas à une éventuelle indépendance de Timor Oriental.

Xanana Gusmao, chef emprisonné de la résistance, demande que le retrait des forces indonésiennes du territoire soit indépendamment vérifié

Timor-Oriental 01/11/1998

Dans une lettre publiée le 21 octobre par le quotidien américain Washington Post, Xanana Gusmao, chef de la résistance timoraise emprisonné à Jakarta, demande aux Nations Unies de vérifier le retrait des troupes indonésiennes, qui a été promis par le gouvernement de Kakarta, mais qui donne lieu à des informations contradictoires. Selon le dirigeant de la résistance, "la promesse indonésienne restera ineffective si les Nations Unies ne vérifient pas régulièrement que les retraits de troupes sont effectifs". Il ajoute que les groupes de la résistance timoraise, avec lesquels il est en contact, affirment que plutôt que de retirer ses troupes, Jakarta est en train de renforcer leur présence à Timor Oriental depuis plusieurs semaines.

L'évêque de Baucau appelle à une trêve entre l'armée et les rebelles pendant la durée de la consultation de Kastel Krumbach

Timor-Oriental 01/11/1998

"J'appelle le personnel des forces armées et les guérillas de la forêt à manifester de la modération et à ne pas rechercher la confrontation pendant la durée du dialogue", a déclaré, le 21 octobre, Mgr Basilio do Nascimento, évêque de Baucau, à Timor Oriental. Son appel fait référence à la quatrième consultation qui réunit toutes les factions timoraises à Kastel Krumbach, du 31 octobre au 2 novembre, sous l'égide de Kofi Annan, secrétaire général des Nations Unies.

Une réunion de toutes les factions politiques de Timor Oriental a été organisée par l'Eglise catholique du territoire

Timor-Oriental 16/09/1998

Les 10 et 11 septembre 1998, une réunion organisée sous l'égide de l'Eglise catholique de Timor Oriental a réuni toutes les factions politiques du territoire dans le but affiché d'instaurer un processus de réconciliation et de dialogue. Mgr Carlos Ximenes Belo, administrateur apostolique de Dili, avait annoncé à l'avance que les discussions ne toucheraient pas directement les questions politiques mais qu'il s'agissait avant tout de "partager des idées générales sur la paix et l'avenir de Timor Oriental