EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Timor-Oriental De jeunes catholiques de Dili participent à une mission d’évangélisation dans l’enclave d’Oecussi-Ambeno

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Timor-Oriental

Imprimer

De jeunes catholiques de Dili participent à une mission d’évangélisation dans l’enclave d’Oecussi-Ambeno [ Bulletin EDA n° 496 ]

01/12/2008

Du 4 au 10 octobre derniers, de jeunes catholiques de Dili, capitale du Timor-Oriental, ont participé à une mission d’évangélisation auprès des habitants de l’Oecussi-Ambeno (1), enclave côtière située dans la partie occidentale du Timor, sous souveraineté indonésienne, et qui appartient au diocèse est-timorais de Dili.

« Il est très difficile de se rendre en Oecussi-Ambeno ; la région est cernée par le territoire indonésien. Mais y être présent est très important afin de pouvoir y répandre la joie, l’expérience et la connaissance de la Bible », déclarait, début novembre, à l’agence Ucanews Agapito Lopes, à son retour de mission.

 

Ce jeune catholique de 20 ans est l’un des cent jeunes qui n’ont pas hésité à parcourir 240 km pour enseigner la Bible et témoigner de leur foi auprès des chrétiens de l’Oecussi-Ambeno. Il n’existe pas de route reliant le district d’Oecussi-Ambeno au Timor-Oriental. Il n’est accessible que par hélicoptère ou par un ferry qui assure la liaison avec Dili deux fois par semaine. Sur place, le réseau routier du district est en très mauvais état. Cette situation géographique particulièrement difficile est l’héritage d’une histoire compliquée, depuis la colonisation par les Hollandais et les Portugais qui se partagèrent l’île de Timor jusqu’à l’accession récente à l’indépendance du Timor-Oriental après l’occupation indonésienne (1).

 

« Ce que nous avons fait pour les gens d’ici n’est qu’une goutte d’eau dans la mer. Il y a tellement à faire », poursuit Agapito Lopes, expliquant que la population de l’Oecussi-Ambeno a de grands besoins dans tous les domaines, qu’il s’agisse des soins médicaux, de l’alimentation ou même des infrastructures de base.

 

La région ne comptant qu’une seule paroisse avec un prêtre et dix religieuses franciscaines pour 47 000 catholiques (2), les jeunes de Dili ont axé leur catéchèse sur la Bible, fondement de la foi chrétienne. A Pante Macassar, chef-lieu du district, les jeunes missionnaires logeaient chez l’habitant, parlant de Jésus et des Evangiles, encourageant les fidèles à prier tous les jours et à aller à la messe dominicale. Ils ont également souligné l’importance de la confession.

 

Denis da Conceicao de Jesus, qui a reçu quelques-uns de ces jeunes chez lui à Pante Macassar, a déclaré à Ucanews que les visiteurs l’avaient aidé à mieux comprendre la vie de Jésus et comment Le suivre. « La façon dont ces jeunes ont transmis la Bible a ouvert mon cœur et mon esprit sur la façon d’être un véritable catholique. »

 

A la tête du groupe d’évangélisation, le P. Angelo Salsinha, responsable du Service pour la jeunesse du diocèse de Dili, explique que les jeunes missionnaires ont été formés aux techniques de l’encadrement et de la pastorale, comme celle de rapprocher des passages de la Bible des événements de la vie quotidienne. La mission d’octobre était un programme pilote, mais qui a déjà porté des fruits qui augurent bien de l’avenir : « Je suis ravi que les équipes aient été si bien accueillies par les catholiques locaux. Cela leur donne le courage de continuer. »

 

Le P. Salsinha espère également mettre en place d’autres programmes dans l’enclave isolée. « Nous envisageons d’organiser des formations professionnelles pour les jeunes d’Oecussi-Ambeno, mais c’est encore en projet », dit-il, soulignant que la population du district a besoin d’aide non seulement pour la pastorale mais aussi pour ses besoins matériels, très importants.

Notes

(1) Oecussi-Ambeno est aussi désigné sous le nom d’Ocussi, Oekussi ou bien encore Oekusi. Le Timor-Oriental, constitué de la moitié orientale de l’île de Timor, est officiellement indépendant depuis 2002. Colonie portugaise durant quatre siècles, le Timor-Oriental a été occupé par l’Indonésie de 1975 à 1999. Le territoire d’Oecussi-Ambeno constitue une enclave est-timoraise dans la province indonésienne du Timor occidental. Le Timor-Oriental est classé parmi les pays les plus pauvres de la planète et la région d’Oecussi-Ambeno, de par son isolement et le contrôle de ses frontières par l’Indonésie, est considérée par les Nations Unies comme la région la plus pauvre du Timor-Oriental. Voir aussi EDA 397 (Cahier de documents : « Timor-Oriental - Oecussi : une minuscule enclave en quête de paix »). (2) La population de l’Oecussi-Ambeno compterait 62 000 habitants, selon l’UNOPS (rapport 2008).