EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Timor-Oriental Le ministère de l'Education supprime les cours obligatoires de religion et les rend facultatifs

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Timor-Oriental

Imprimer

Le ministère de l'Education supprime les cours obligatoires de religion et les rend facultatifs [ Bulletin EDA n° 409 ]

16/12/2004

Le 23 novembre dernier, le ministre de l'Education du gouvernement de Timor-Oriental, Armindo Maia, a annoncé que les cours de religion, qui avaient jusqu'à présent un caractère obligatoire dans les écoles publiques, ne seront désormais proposés qu'à titre facultatif. Citant l'article 45 de la Constitution du pays, qui stipule la séparation de la religion et de l'Etat, il a aussi précisé que le gouvernement allait prochainement cesser de financer les salaires des professeurs de religion. Toujours selon le ministre, le gouvernement a pris ces décisions lors d'un récent Conseil des ministres consacré à l'étude du nouveau programme scolaire (1). "Le nouveau programme sera expérimenté sur une période d'une année scolaire avant d'être à nouveau soumis à l'examen du Conseil des ministres pour évaluation a précisé le ministre.

La hiérarchie de l'Eglise catholique locale n'a pas officiellement réagi à la nouvelle. Dans un pays où près de 98 % des 900 000 habitants se disent catholiques, l'annonce a toutefois suscité des réactions. Pour Francisco Jeronimo Martins, membre du Parlement et professeur de religion, la décision gouvernementale ne peut que provoquer un choc au sein de l'Eglise. "Il faut saisir cette occasion pour renforcer et améliorer la qualité des cours de religion en particulier et la pastorale dans son ensemble dans tout le pays a-t-il affirmé, estimant que la nouvelle ne devait pas être comprise comme une tentative menée par les autorités de marginaliser l'Eglise. "Nous sommes mis au défi de devenir plus matures dans notre propre foi a-t-il ajouté.

Pour Sour Guilhermina Marcal, consultante auprès du ministère de l'Education, le choix du gouvernement ne se justifie pas. "Le pouvoir a la responsabilité de protéger et de favoriser le développement de toutes les religions dans le pays. L'enseignement des religions est une manière de le faire. Pourquoi alors le supprimer ? s'est-elle interrogée, s'inquiétant notamment pour les religions qui n'ont pas, contrairement à l'Eglise catholique locale, d'infrastructures établies. "Le gouvernement va-t-il les laisser disparaître et mourir ? a-t-elle demandé.

Pour Sour Aurora M.L. Verdial Pires, consultante elle aussi auprès du ministère de l'Education, le fait que les cours de religion soient rendus facultatifs représente à la fois "un grand défi" et "une belle opportunité" pour l'Eglise catholique. L'Eglise va en effet, a-t-elle expliqué, être obligée de repenser l'enseignement religieux. Elle va devoir notamment se pencher de plus près sur le recrutement de professeurs de religion et choisir pour cela des laïcs bien formés. De plus, si la religion n'est plus enseignée dans les écoles, a-t-elle ajouté, il faut s'interroger sur les moyens que l'Eglise est prête ou non à consacrer à cet enseignement. "De combien de professeurs de religion dispose-t-on dans les deux diocèses [de Dili et Baucau] ? L'Eglise les rémunère-t-elle correctement ?" Telles sont les questions à se poser désormais, a conclu la religieuse canossienne.

Notes

(1)Officiellement indépendant depuis mai 2002, le Timor-Oriental est toujours en partie administré par les Nations Unies dont le mandat s'achèvera en mai 2005. Parmi les priorités de l'ONU pour le Timor-Oriental, figure en bonne place l'éducation. Il est estimé que le taux d'analphabétisme avoisinait les 50 % en 1999, date du départ de l'armée indonésienne.<br />