EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Timor-Oriental Le nouvel évêque de Dili veut ouvrir toutes grandes les portes de la réconciliation

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Timor-Oriental

Imprimer

Le nouvel évêque de Dili veut ouvrir toutes grandes les portes de la réconciliation [ Bulletin EDA n° 397 ]

16/05/2004

Le nouvel évêque de Dili (1) a promis de travailler à la réconciliation de tous les Timorais de l'est, où qu'ils se trouvent. "Je suis prêt à ouvrir toutes grandes les portes de la réconciliation et de la paix à tous les Timorais où qu'ils se trouvent, quelles que soient leur appartenance et leurs opinions politiques. Comme tout berger, je veux réunir tous les catholiques et entretenir de bonnes relations avec tous les croyants a déclaré Mgr Alberto Ricardo da Silva à l'occasion de son ordination épiscopale à Dili, le 2 mai (2).

Il a été ordonné par Mgr Basilio do Nascimento, évêque de Baucau qui, jusqu'alors, administrait également le diocèse de Dili depuis le mois de novembre 2002. Sept évêques étaient présents venus d'Australie, d'Indonésie, du Japon, de Macau et du Portugal. L'ordination à laquelle assistait une foule de près de 3 000 personnes, s'est déroulée à Marian Park en présence du secrétaire de la nonciature indonésienne, Mgr Novatus Rugamwa, du président est timorais, Alexandre Xanana Gusmao et de son Premier ministre, Mari Alkatiri, de tout le conseil des ministres et des diplomates étrangers.

Dans son allocution, le président Gusmao a rappelé l'événement historique que fut pour ce pays majoritairement catholique, sa véritable naissance en tant que nation, le 20 mai 2002 (3). Le nouvel évêque a déclaré également que, d'après les informations qu'il avait reçues, les Timorais de l'est qui avaient rejoint l'Indonésie en 1999 après le vote en faveur de l'indépendance étaient sortis d'affaire. Certains, avec l'accord du gouvernement indonésien vivent dans la province East Nusa Tenggara dont la frontière est commune avec celle du Timor oriental. D'autres ont suivi le programme gouvernemental indonésien pour la migration et se sont installés dans d'autres provinces. "Le plus important aujourd'hui est que tout les citoyens du Timor Lorosae, où qu'ils soient, gardent au cour et dans la tête le même désir de réconciliation et de paix a dit encore Mgr da Silva. En tetun, le dialecte local, Timor Lorosae est le nom que donnent les Timorais de l'est à leur pays. L'évêque a aussi fait remarquer que, tout comme ils rendent visite à leur parenté du Timor occidental, "ceux qui habitent en Indonésie, peuvent très bien venir en visite au Timor Lorosae". Pour lui ces visites sont "l'expression de l'unité et de la fraternité". Il a ainsi souligné la présence de Mgr Petrus Turang, archevêque de Kupang et de Mgr Anton, Pain Ratu, évêque d'Atambua comme signe de coopération et d'accueil en vue des futures visites des Timorais de l'est aux diocèses indonésiens.

La devise du nouvel évêque, "Servus Verbi Domini" (au service de la Parole de Dieu), indique le souci qui l'anime de voir les catholiques "travailler ferme pour une meilleure formation de la foi de tout le peuple de Dieu comme il l'a lui-même expliqué.

Mgr da Silva, ancien supérieur du grand séminaire de Dili, est né en 1943, du temps où le Timor oriental était colonie portugaise. Ordonné prêtre en 1972, il fut vicaire général de 1980 à 1992 après des études de théologie à l'Université grégorienne de Rome. C'est lui qui, en tant que vicaire général, le 12 novembre 1991, célébrait les funérailles de Sebastio Gomes, un militant indépendantiste tué par l'armée, au moment où les troupes indonésiennes firent feu sur la procession dans le cimetière de la Sainte Croix de Dili. Ce qui fit près de 270 morts et autant de disparus. La sortie d'un film de la fusillade pris en vidéo provoqua l'indignation et le soutien du monde entier en faveur de l'indépendance du Timor oriental.

Notes

(1)Le diocèse de Dili ne compte pas moins de 500 000 catholiques<br />(2)Sur le rôle de l'Eglise catholique au Timor oriental, voir EDA Documents N°202 et 364<br />(3)Sur l'histoire du Timor oriental, voir EDA, Dossier N° 9/92 : "Le Timor oriental n'est-il qu'une question politique ?" et Document N° 1/2000 : "Naissance d'une nation"<br />