EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Timor-Oriental Les membres d'un gang responsables d'un massacre commis en septembre 1999 ont été reconnus coupables de crimes contre l'humanité et condamnés à des peines de prison fermes

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Timor-Oriental

Imprimer

Les membres d'un gang responsables d'un massacre commis en septembre 1999 ont été reconnus coupables de crimes contre l'humanité et condamnés à des peines de prison fermes [ Bulletin EDA n° 343 ]

16/12/2001

Le 11 décembre dernier, les trois juges du Tribunal spécial pour crimes graves, mis en place par l'administration transitoire des Nations Unies au Timor-Oriental, ont reconnu coupables de crimes contre l'humanité dix des membres d'un gang pour des crimes commis lors de la mise à sac du Timor-Oriental en septembre 1999. Il s'agit des premières condamnations pour crimes contre l'humanité prononcées en lien avec les violences qui avaient marqué ce territoire après le référendum du 30 août 1999 où les Timorais de l'Est avaient opté à une très large majorité pour l'indépendance. On se souvient que des milices à la solde de l'armée indonésienne avaient alors mis à feu et à sang le Timor-Oriental.

Le 25 septembre 1999, le gang "Tim Alpha" avait attaqué un convoi qui fuyait Los Palos (1). Deux religieuses catholiques, trois prêtres, un journaliste indonésien ainsi qu'un passant et deux personnes employées par l'Eglise catholiques avaient été tués. Au total, le Tribunal spécial a reconnu les dix hommes coupables de 13 meurtres ainsi que de torture, persécution et déportation forcée. Un onzième homme, un officier des forces spéciales indonésiennes, a également été jugé par contumace et reconnu coupable. Quatre des dix hommes ont reçu des peines de prison multiples et la plus lourde sentence cumulée prononcée se monte à 33 ans et 4 mois de prison.

Ce Tribunal spécial, présidé par le juge Marcello da Costa, de nationalité brésilienne, a été formé l'an dernier pour juger des cas de génocide, crimes de guerre, crimes contre l'humanité, meurtres, crimes sexuels et torture. Les deux autres juges sont respectivement de nationalité burundaise et est-timoraise. Le procès du gang "Tim Alpha" pour les exactions commises à Los Palos avait débuté au mois de juillet dernier.

Notes

(1)Voir EDA 294<br />