EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Timor-Oriental Jose Ramos-Horta et Mgr Belo expriment des doutes quant aux résultats du vote par lequel les réfugiés est-timorais au Timor occidental ont dit vouloir rester en Indonésie

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Timor-Oriental

Imprimer

Jose Ramos-Horta et Mgr Belo expriment des doutes quant aux résultats du vote par lequel les réfugiés est-timorais au Timor occidental ont dit vouloir rester en Indonésie [ Bulletin EDA n° 334 ]

01/07/2001

"Je crois qu'il y a eu recours à l'intimidation pour que plus de 95 % des réfugiés [est-timorais présents au Timor occidental] choisissent de rester en Indonésie" (1Tels sont les propos que Mgr Belo, évêque catholique de Dili, a tenu le 12 juin dernier à Dili au journaliste du Suara Pembaruan ( La voix du renouveau'), un quotidien protestant de Djakarta. Dans la même édition de ce journal, Jose Ramos-Horta, co-lauréat en 1996 du prix Nobel de la paix avec Mgr Belo, a dit son étonnement devant le grand nombre de réfugiés est-timorais que ce vote a permis de dénombrer et l'importance de la proportion de ceux qui ont choisi de demeurer en Indonésie. Selon les deux hommes, contrairement aux résultats de cette consultation, la majorité des réfugiés est-timorais présents au Timor occidental souhaitent revenir au Timor-Oriental mais il est de l'intérêt de "certains groupes" de tout faire pour empêcher leur retour effectif.

Présent à Djakarta les 12 et 13 juin pour un colloque, Xanana' Gusmao, figure emblématique du Timor-Oriental libre et probable président du futur Etat indépendant, a déclaré le 13 juin au journal Kompas qu'il regrettait les résultats du vote mais qu'il respectait le droit des réfugiés à vivre où bon leur semble. Il a ajouté qu'il espérait seulement que les autorités indonésiennes pourront donner à tous les réfugiés qui ont choisi de demeurer en Indonésie une chance de refaire leur vie ailleurs et dans de meilleures conditions que dans les camps où ils vivent encore. "Ce que je peux dire est que nous maintiendrons notre frontière ouverte à tous ceux qui changeront d'avis et qui souhaiteront revenir au Timor-Oriental", a-t-il conclu.

Mgr Belo a renouvelé son appel aux réfugiés pour qu'ils regagnent le Timor-Oriental. "Rassemblons-nous et unissons nos efforts pour construire notre pays. Il se peut que nous connaissions des difficultés au début, mais il vaut mieux connaître ces difficultés dans notre pays plutôt que de continuer à souffrir dans un pays qui n'est pas le nôtre", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il n'avait jamais entendu que des réfugiés revenus au Timor-Oriental aient été battus ou maltraités par leurs concitoyens. Le peuple est-timorais acceptera certainement les réfugiés qui reviennent, et pardonnera même ceux qui ont fait du mal, pour autant que ces réfugiés-là demandent pardon.

Au Timor occidental, la situation dans les camps de réfugiés n'a pas évolué. Le gouverneur de la province de Nusa Tenggara Timur (NTT), Pieter Alexander Tallo, a réitéré ses propos selon lesquels il ne sera pas possible de réinstaller dans sa province les 111 540 réfugiés qui ont choisi de rester en Indonésie. La province de NTT, qui comprend le Timor occidental, l'île de Florès et l'île de Sumba, pourra accueillir un maximum de 6 000 familles sur les 52 000 familles présentes dans les camps, a-t-il précisé en substance. La visite du ministre indonésien de la Sécurité, accompagné de généraux ainsi que des ministres de la Transmigration et des Infrastructures régionales, était annoncée au Timor occidental pour le 27 juin, l'Indonésie souhaitant montrer à la communauté internationale qu'elle prenait ce problème au sérieux.

Notes

(1)Au sujet des résultats de la consultation électorale menée les 6 et 7 juin dernier au Timor occidental auprès des réfugiés est-timorais, voir EDA 333<br />