EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Timor-Oriental "L'Indonésie n'est pas un ennemi," déclare "Xanana" Gusmao en visite à Djakarta

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Timor-Oriental

Imprimer

"L'Indonésie n'est pas un ennemi," déclare "Xanana" Gusmao en visite à Djakarta [ Bulletin EDA n° 299 ]

16/12/1999

Au cours d'une visite de quatre jours à Djakarta, Jose Alexandre "Xanana" Gusmao, dirigeant historique de la résistance est-timoraise, a rencontré le président indonésien, Abdurrahman Wahid, afin de poser les bases des relations futures entre l'Indonésie et le Timor-Oriental. Le dirigeant est-timorais est arrivé dans la capitale indonésienne le 29 novembre à l'invitation du président indonésien. Il était accompagné de Jose Ramos Horta, co-lauréat du prix Nobel de la paix, de Mari Alkatari, un musulman est-timorais, et de Tarnat Samuel, représentant de l'ONU.

"Nous entamons désormais une nouvelle relation entre le Timor-Oriental et l'Indonésie. Nous sommes déterminés à faire de notre mieux afin de bâtir des relations de coopération amicales," a déclaré Xanana Gusmao le 30 novembre. "Nous ne venons pas réclamer des réparations, ni demander des comptes sur ce qui s'est passé au Timor-Oriental," a-t-il ajouté, précisant qu'à ses yeux, les événements qui ont mené à la crise des mois précédents sont "des erreurs [qui appartiennent] au passé".

"L'Indonésie n'est pas, pour nous, un ennemi. Elle est désormais notre voisin. Nous souhaitons établir de bonnes relations et coopérer à l'avenir," a déclaré celui qui sera très probablement le premier président du Timor-Oriental. Le président indonésien est allé dans le même sens, précisant que "les deux nations peuvent regarder de l'avant et oublier le passé". "Nous serons toujours ouverts à la nation est-timoraise," a conclu Abdurrahman Wahid.

Le président indonésien a répondu favorablement à la demande de Xanana Gusmao de voir libérer les prisonniers est-timorais encore détenus en Indonésie. Dès le 10 décembre, 70 détenus étaient libérés et remis au Comité international de la Croix-Rouge avant d'être rapatriés au Timor-Oriental. Abdurrahman Wahid s'est aussi engagé à ce que son pays autorise les étudiants est-timorais à poursuivre des études dans les universités indonésiennes. Il a enfin chargé le dirigeant est-timorais de transmettre ses salutations aux deux administrateurs apostoliques de l'Eglise à Timor-Oriental, Mgr Belo et Mgr do Nascimento.

A propos des futures institutions de Timor-Oriental, Xanana Gusmao a dit qu'il espérait mettre rapidement sur pied un Conseil consultatif national dont le rôle sera d'assister l'administration provisoire actuelle, sous mandat de l'ONU, à reconstruire le territoire et à préparer les élections générales destinées à désigner un gouvernement permanent. Ce Conseil consultatif rassemblera des membres de l'Eglise catholique, des représentants des organisations politiques du territoire - y compris les mouvements favorables à l'autonomie dans l'Indonésie - et enfin des délégués des Nations Unies. Ces élections générales pourraient être organisées d'ici un an à un an et demi. Tous les partis politiques seront autorisés à y prendre part.

A la suite de l'administrateur apostolique de Dili (23), Xanana Gusmao a aussi déclaré que les Timorais de l'Est qui choisissent de devenir citoyens indonésiens sont bienvenus et libres de venir se rendre en visite au Timor-Oriental.

Par ailleurs, au Timor occidental, la police indonésienne a dû faire usage de tirs de semonce pour empêcher un groupe de miliciens anti-indépendantistes de pénétrer dans une maison des pères du Verbe divin. Ces prêtres, comme les autres membres du clergé au Timor occidental, aident et hébergent une partie des réfugiés est-timorais qui ne sont pas encore retournés au Timor-Oriental. Les miliciens souhaitaient empêcher les prêtres de faire ce travail. "Si tous les réfugiés sont rapatriés, rien ne restera pour soutenir la cause 'pro-intégration' au Timor occidental et il n'y aura plus de raison, pour nous, de demander des fonds au gouvernement et à l'armée," a déclaré Alfredo Araujo, un dirigeant de milice pro-intégration. "A franchement parler, nous vivons des fonds alloués aux réfugiés par l'armée et le gouvernement indonésiens," a-t-il confié.

Notes

(23) Voir EDA 297<br />