EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Timor-Oriental Mgr Carlos Ximenes Belo demande solennellement à Mme Megawati et à son parti de respecter les résultats éventuels du référendum

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Timor-Oriental

Imprimer

Mgr Carlos Ximenes Belo demande solennellement à Mme Megawati et à son parti de respecter les résultats éventuels du référendum [ Bulletin EDA n° 292 ]

01/09/1999

A la suite de sa rencontre, le 10 août, avec Mme Megawati Sukarnoputri , candidate à la présidence indonésienne, Mgr Carlos Felipe Ximenes Belo, administrateur apostolique de Dili, lui a solennellement demandé de respecter les résultats, quels qu'ils soient, du référendum populaire du 30 août à Timor Oriental : "Nous espérons que 'Ibu' Megawati et son parti respecteront les aspirations du peuple après le référendum du 30 août". Dans le même communiqué, l'évêque ajoute que Megawati devrait aussi "rechercher une solution politique satisfaisante pour les frères et soeurs d'Aceh et d'Irian Jaya

Mgr Belo n'a sans doute pas tort de s'inquiéter des intentions réelles de Mme Megawati si elle est élue présidente de l'Indonésie. Elle a en effet souvent critiqué le président Habibie pour avoir offert le choix de l'indépendance au peuple de Timor Oriental. Elle n'a pas encore clairement affirmé qu'elle respecterait la volonté des Timorais si ceux-ci refusaient l'autonomie proposée au sein de l'Indonésie. Elle a cependant vigoureusement critiqué les fauteurs de violence sur le territoire au cours de la campagne électorale pour le référendum. Ceux-ci sont très majoritairement les membres de milices pro-indonésiennes, soutenus par l'armée.

De très violents incidents provoqués par ces milices ont eu lieu au cours de la semaine précédant le référendum . Selon les journalistes présents sur le territoire il y a eu au moins cinq morts. L'objectif des milices pro-indonésiennes et d'une partie de l'armée indonésienne semble être de tout faire au cours des derniers jours pour que le référendum n'ait pas lieu.