EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Timor-Oriental Mgr Belo s'oppose à la venue du "Bateau de la paix"

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Timor-Oriental

Imprimer

Mgr Belo s'oppose à la venue du "Bateau de la paix" [ Bulletin EDA n° 129 ]

16/03/1992

Mgr Ximenes Belo, administrateur apostolique de Dili, a condamné l'entreprise du navire portugais "Lusitania Expresso", affrêté par des exilés politiques originaires de Timor Oriental, des militants de mouvements pacifistes internationaux, et des étudiants qui veulent accoster sur la côte timoraise pour une "Mission de paix". "Je connais la situation à Timor Oriental et je désapprouve cette initiative; le bateau n'amènera pas la paix mais le désordrea déclaré l'évêque, le 2 mars 1992.

Dans une interview au "Jakarta Post" du 28 février, il avait estimé que cette initiative, à son avis intempestive, ne pouvait que créer des problèmes pour les habitants de Timor Oriental, alors que les passagers du bateau pourraient sans doute retourner paisiblement au Portugal.

De leur côté, les étudiants de l'université de Dili ont publié un communiqué condamnant l'entreprise du "Lusitania Expresso" qui ne ferait que "jeter de l'huile sur le feuIls demandent aux dissidents timorais et aux étudiants étrangers qui les accompagnent sur le bateau de renoncer à leur voyage. Ils affirment aussi que Timor Oriental est partie intégrante de l'Indonésie et qu'aucune puissance étrangère n'a le droit d'intervenir dans les affaires intérieures d'un pays souverain.

Le "Lusitania Expresso" a quitté le port de Darwin, en Australie, le 5 mars 1992, et devait arriver à Dili quelques jours plus tard. Une centaine de personnes se trouvent à bord dont un certain nombre de journalistes et l'ancien président du Portugal, M. Eanes. Selon leurs déclarations à la presse internationale, les passagers du "Lusitania Expresso" voudraient déposer des gerbes au cimetière de Dili à la mémoire des victimes du massacre du 12 novembre 1991 (15).

La marine indonésienne a déployé des forces considérables pour empêcher le bateau d'entrer dans les eaux territoriales. Selon des nouvelles de dernière minute, deux frégates indonésiennes auraient intercepté le "Lusitania Expresso" en vue des côtes de Timor, le 11 mars, et le "Bateau de la paix" aurait remis le cap sur Darwin, renonçant apparemment à accoster à Dili.

Notes

(15) EDA 121, 122, 123, 126<br />