EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Thailande

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Thailande

Des études révèlent qu'une forte proportion de femmes catholiques sont maltraitées par leur mari

Thailande 16/04/2006

Interrogées pour une étude sur les femmes catholiques de Thaïlande, plus de la moitié des femmes mariées ont déclaré avoir été maltraitées par leur mari. Saowanit Nitananchai, secrétaire général de la Commission catholique de la condition féminine, a précisé que, pour son enquête, elle avait interrogé 1 200 femmes catholiques mariées, issues principalement de deux communautés, l'une dans la grande banlieue de Bangkok et l'autre dans le diocèse de Tharae-Nongsaeng, au nord-est du pays.

Les écoles catholiques s'interrogent sur le bien-fondé d'une décision gouvernementale visant à installer des distributeurs de préservatifs dans les établissements scolaires

Thailande 01/04/2006

En janvier dernier, le ministre de la Santé, Pinit Jarusombat, a déclaré que ses services envisageaient d'installer des distributeurs de préservatifs dans l'enceinte des établissements scolaires. Selon la presse locale, il a mis en avant le fait qu'une telle mesure s'inscrirait dans la lutte contre l'expansion de la pandémie de sida et la prévention des grossesses non désirées chez les jeunes filles. Son homologue de l'Education nationale, Chaturon Chaisaeng, a apporté son soutien à cette initiative, mais a toutefois précisé qu'elle devait s'accompagner d'un programme d'éducation sexuelle et d'information quant aux modes de transmission du virus du sida. Dans l'archidiocèse de Bangkok, qui gère un certain nombre d'établissements scolaires, la nouvelle n'a pas été bien accueillie, les responsables de l'éducation catholique s'interrogeant sur son bien-fondé (1).

A quelques jours des élections législatives du 2 avril, les responsables des grandes religions du pays ont appelé au calme et à l'unité

Thailande 01/04/2006

Tandis que les manifestations anti-Thaksin se maintenaient à un haut niveau de mobilisation dans les rues de Bangkok, les responsables des principales religions présentes dans le pays ont appelé au calme et à l'unité dans un pays divisé entre partisans et opposants au Premier ministre Thaksin Shinawatra. "Tous les Thaïlandais sont des patriotes et désirent pour le pays le progrès et le développement. Aujourd'hui, cependant, la crise politique perturbe et soucie les gens a déclaré le cardinal-archevêque de Bangkok, Mgr Michai Kitbunchu, le 20 mars devant une assemblée de 2 000 représentants des religions bouddhiste, musulmane, chrétienne, hindoue et sikh (1).

A Bangkok, dans le cadre de la lutte contre le sida, un collectif interreligieux dit "non" à l'emploi du préservatif

Thailande 16/12/2005

A un récent forum consacré à la lutte contre le sida à Bangkok, toutes les ONG proposaient des préservatifs aux visiteurs ; seule une équipe, formée de bouddhistes, de catholiques et de musulmans, leur parlait de maîtrise de soi. Du 23 au 25 novembre, à Sanam Luang, un vaste espace public de la capitale thaïlandaise, la foule est dense à se presser autour des baraques et des kiosques de différentes ONG de lutte contre le sida. Les militants distribuaient des brochures : "Comment éviter le sida ? des prospectus : "Comment contrôler l'infection du virus de l'immunodéficience humaine (VIH), antichambre du sida ?" ; d'autres encore abordaient le traitement de la maladie et les centres de soins spécialisés. Les préservatifs étaient placés en évidence et distribués en nombre aux passants ou à ceux qui s'arrêtaient pour lire les affiches décrivant le travail de telle ou telle ONG.

Des religieuses catholiques répondent aux défis lancés par les fléaux de la prostitution et du trafic de femmes

Thailande 01/12/2005

Des religieuses catholiques entendent lutter contre la prostitution et le trafic des femmes thaïlandaises grâce à des mesures de prévention et de soutien en faveur des jeunes femmes, qui sont souvent les victimes désignées de ce commerce. Lors du stage qui s'est déroulé à Sam Phran, au centre pastoral de l'archidiocèse de Bangkok, du 23 au 29 octobre dernier, des religieuses ont proposé une formation aux travailleurs sociaux catholiques confrontés au problème de la prostitution. Vingt-huit religieuses, un prêtre en poste dans le sud de la Thaïlande et un délégué de la Commission épiscopale des migrants ont bénéficié de ce stage. Les religieuses présentes appartenaient à neuf congrégations travaillant dans huit pays différents, tels l'Inde, la Malaisie et la Thaïlande.

La Commission du travail de l'épiscopat catholique aide les travailleurs migrants thaïlandais malades ou accidentés à retourner dans leur pays et à se réinsérer

Thailande 16/11/2005

La Commission du travail de l'épiscopat catholique thaïlandais vient en aide aux migrants thaïlandais malades ou accidentés à retourner dans leur pays et à se réinsérer. Selon le ministère du Travail thaïlandais, le nombre de Thaïlandais partis travailler à l'étranger, légalement ou non, s'élève à 320 000. La recherche d'un avenir professionnel et matériel meilleur motive la plupart d'entre eux qui quittent pays et famille pour aller travailler en Asie orientale ou ailleurs, où les conditions de travail qui les attendent sont souvent précaires, voire risquées.

THAILANDE DU SUD : L'APPROCHE SECURITAIRE PREND LE PAS SUR LA RECONCILIATION

Thailande 16/09/2005

Le décret sur l'administration gouvernementale sous état d'urgence a été adopté au lendemain d'une attaque spectaculaire des insurgés séparatistes contre la ville de Yala. Mais pour beaucoup, ce raid, qui a causé la mort de deux policiers, a servi de prétexte commode au gouvernement pour faire passer la pilule amère d'un décret prêt depuis deux mois. Malgré de très vives critiques du parti démocrate d'opposition et de la société civile, le décret a été entériné à la fin août 2005 par les deux chambres du Parlement, prenant ainsi force de loi. Cette législation permet entre autres d'arrêter et de détenir des suspects pendant trente jours sans qu'ils soient inculpés, de censurer la presse, de contrôler les communications téléphoniques et postales, d'interdire les réunions et les rassemblements, d'interdire aux gens de sortir de chez eux, d'expulser les étrangers et de détruire des bâtiments si la sécurité de l'Etat l'exige. La disposition la plus controversée est l'article 17 qui accorde une immunité juridique presque totale aux agents de l'Etat qui enfreindraient les lois ou bafoueraient les droits de l'homme dans l'exercice de leurs fonctions de maintien de la sécurité. La majorité des analystes s'accordent pour reconnaître que les lois existantes offraient déjà un arsenal juridique nettement suffisant pour faire face à la crise dans les trois provinces du Sud - Pattani, Yala et Narathiwat - en proie à des violences qui ont causé près de 900 mort depuis janvier 2004. "Le problème n'est pas la loi, mais l'incompétence de ceux qui l'appliquent est un refrain qui revient sans cesse dans les commentaires sur le décret.

Dans le Sud thaïlandais, le climat de violence pèse sur le fonctionnement des écoles, y compris les quelques écoles catholiques présentes dans cette région majoritairement musulmane

Thailande 16/09/2005

Dans les trois provinces méridionales de Yala, Narathiwat et Pattani, les violences, quasi quotidiennes, entre insurgés séparatistes musulmans et forces gouvernementales rendent la vie quotidienne de plus en plus difficile (1). Si les catholiques sont une toute petite minorité dans cette région, les rares prêtres et les religieuses qui dirigent les écoles catholiques témoignent du fait qu'ils ne sont pas directement pris pour cibles, mais qu'ils doivent, comme tous les autres habitants de ces trois provinces, prendre de multiples précautions pour continuer à mener leur apostolat. Si la vie des paroisses n'a pas été trop perturbée à ce jour, les écoles catholiques rencontrent, elles, des difficultés croissantes.

Dans le Nord-Ouest du pays, des paysans, empoisonnés par des rejets toxiques de l'industrie minière, sont aidés par des catholiques

Thailande 01/09/2005

Dans le district de Mae Sot, situé dans la province de Tak, à environ 400 km. au nord-ouest de Bangkok, des habitants de plusieurs villages souffrent d'empoisonnement. Meekee, une Karenne âgée de 54 ans, est clouée au lit ; elle ne peut plus se déplacer et le moindre mouvement la fait souffrir. Sour Marilou Camacho, de la congrégation des Filles de la charité, explique que les médecins ont diagnostiqué de graves disfonctionnement des reins, dû à un empoisonnement au cadmium. Les douleurs de Meekee sont si intenses que les seules pensées qui l'habitent sont des pensées suicidaires, rapporte la religieuse.

L'APRES-TSUNAMI : LA RECONSTRUCTION A BESOIN DES TOURISTES

Thailande 01/07/2005

Les vagues du 26 décembre ont laissé leur empreinte sur les rivages de six provinces du sud pour quelque temps encore. Le bilan officiel, qui fait état de 5 395 personnes décédées (dont 2 245 étrangers), pourrait être deux fois supérieur selon des sources sur place. Plus de deux mille corps restent à identifier, ce qui devrait prendre encore plusieurs mois, voire des années selon les experts. Dans cette tragédie, dix mille foyers ont été affectés, des milliers de personnes déplacées, et plusieurs dizaines de milliers d'emplois ont été perdus et bien d'autres encore sont menacés. A cela s'ajoute le traumatisme psychologique auquel les pertes économiques n'arrangent rien. Cependant, six mois après la catastrophe, la reconstruction semble aller bon train, même s'il reste encore des mois, voire des années de travail. Les progrès sont inégaux selon les endroits, fonction du degré de dévastation mais aussi de la capacité - ou de la volonté - des autorités à venir en aide aux sinistrés. Les plages de Phuket ont été rapidement restaurées tandis que Khao Lak et Koh Phi Phi se relèvent peu à peu grâce aux nombreux volontaires. Quoi qu'il en soit, dans un contexte de tourisme en crise, le seul soutien de la société civile et de l'ONU ne suffira pas à sauver de nombreuses entreprises de la faillite.