EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Thailande Un religieux bouddhiste, accusé de détournement de fonds, est arrêté par la police malgré le soutien de ses fidèles, puis aussitôt libéré sous caution

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Thailande

Imprimer

Un religieux bouddhiste, accusé de détournement de fonds, est arrêté par la police malgré le soutien de ses fidèles, puis aussitôt libéré sous caution [ Bulletin EDA n° 292 ]

01/09/1999

Après avoir soutenu, avec une foule de disciples, un siège de deux jours contre la police qui avait cerné le temple où il se trouvait, le vénérable Phra Dhamachayo, maître spirituel d'une secte bouddhiste très influente, le Dhammakaya, s'est finalement rendu aux forces de l'ordre, le 25 août 1999. Il a été arrêté et formellement inculpé. Cependant, après un interrogatoire de quatre heures, il a été remis en liberté sous caution dans la soirée du même jour.

La veille, le mardi, 24 août 1999, après que la police eut lancé contre lui un mandat d'arrêt pour malversation et détournement de fonds et placé 400 de ses agents tout autour des bâtiments du temple pour en surveiller les entrées et sorties, environ 10 000 fidèles bouddhistes, selon les estimations de la police, s'étaient rassemblés dans l'enceinte et tout autour de la pagode du Dhammakaya, située dans les faubourgs de Bangkok, pour y protéger leur maître spirituel.

Les accusations qui pèsent sur le religieux depuis plusieurs mois sont venues de deux fronts, les autorités politiques et religieuses s'étant liguées contre lui (9). Il lui est reproché, d'une part, comme le suggère le mandat d'arrêt, un enrichissement trop rapide, dont la légitimité est fortement suspectée. Le temple du Dhammakaya possède aujourd'hui plus de 50 milliards de bahts (1,4 milliard de dollars) en espèces et en biens immobiliers. De multiples annexes aux Etats-Unis, en France et au Japon lui appartiennent également. Par ailleurs, le département des Affaires religieuses accuse le religieux de gauchir l'enseignement bouddhique et d'en recueillir un profit financier. Alors que l'enseignement traditionnel de Bouddha préconise sacrifice, maîtrise de soi et mépris des richesses matérielles, le temple du Dhammakaya promet aux fidèles des mérites religieux proportionnés à la largesse du don effectué en faveur de la pagode. Pour les plus généreux des donateurs, c'est le nirvana qui est offert en récompense. En ce temps de crise économique, cet enseignement et les prétendus miracles survenus dans le temple attirent les éléments plus pauvres et les moins cultivés de la population thaïlandaise, qui s'enfoncent ainsi encore plus profondément dans leur misère.

Dans la matinée du 24 août, le premier ministre lui-même, Chuan Leepkai, avait appelé au calme et sommé le religieux de se rendre. Il avait également annoncé qu'il avait demandé au ministre de l'Intérieur, qui, en Thaïlande est chargé des Affaires religieuses, d'intervenir auprès du bonze pour que celui-ci n'entrave pas le bon fonctionnement de la justice. Par ailleurs, le porte-parole de la police avait fait monter la pression en fixant à 10 heures du soir l'heure limite pour la reddition du bonze incriminé. Passé cet ultimatum, les forces de police menaçaient d'agir en conséquence.

Cependant les proches du religieux, les autorités du temple Dhammakaya et la foule qui s'était rassemblée à cet endroit, se sont montrés résolus à soutenir leur maître et ne l'ont laissé sortir du temple qu'après avoir obtenu l'assurance qu'il ne lui arriverait rien de fâcheux. Bien avant la reddition, le personnel de la pagode avait entrepris des négociations avec les autorités aussi bien policières que politiques. Avant d'accepter la reddition de leur maître, les négociateurs ont demandé un certain nombre de garanties. Leur porte-parole avait fait savoir que celle-ci serait possible, si l'on garantissait auparavant au religieux la possibilité de bénéficier d'une libération sous caution.

Notes

(9) EDA 289<br />