EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Thailande Athéisme en progrès

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Thailande

Imprimer

Athéisme en progrès [ Bulletin EDA n° 109 ]

16/04/1991

"Les temples, d'une certaine manière, appartiennent au passé: ils ne sont plus à la mode", écrit le 24 mars 1991, dans le quotidien "The Nation", le professeur Prawase Wasi, qui constate un éloignement général de la population par rapport aux valeurs et aux pratiques religieuses. Ce phénomène est particulièrement visible dans les villes, et affecte surtout les classes aisées.

Selon les observateurs, différents facteurs peuvent expliquer ce désintérêt. On cite notamment la modernisation accélérée du pays qui, sous les influences conjuguées du matérialisme et de l'Occident, pousse les gens à vouloir toujours "gagner plus d'argent, sans se soucier de l'impact sur la société; même les moines cherchent à s'enrichir".

C'est justement du côté des bonzes que se trouverait un autre élément déterminant. Depuis plusieurs mois, la presse n'en finit plus de rapporter "une série de scandales, impliquant des moines, ce qui peut légitimement conduire les fidèles à s'interroger sur la moralité du clergé". Pêle-mêle, on parle dans le public de malversations, d'histoires de faux papiers, de trafic de drogue, d'affaires de moeurs. Une de celles-ci, après plusieurs rebondissements, vient de trouver son dénouement dans la condamnation après appel, suivie de l'expulsion du coupable hors des rangs du clergé, par la plus haute instance religieuse thaïlandaise.

En ce pays où le bouddhisme est religion d'Etat, et où l'on dénombre plus de 30 000 temples, 250 000 moines et près de 25 000 novices, de tels démêlés ne vont pas sans remise en cause dans la population - à 95% bouddhiste - de l'autorité de la hiérarchie religieuse, dont on déplore "l'apparente incapacité à contrôler le comportement de ses moines". On peut croire en effet que ces circonstances ne sont pas étrangères au développement de l'agnosticisme et de l'athéisme.