EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Singapour

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Singapour

Face aux développements des sciences du vivant dans la cité-Etat, les associations de médecins catholiques dénoncent l'absence de garde-fou éthique dans la recherche scientifique

Singapour 01/09/2001

Les responsables d'associations de médecins catholiques ont récemment pris la parole pour dénoncer les conséquences des progrès rapides de la recherche scientifique dans la cité-Etat. Selon eux, les autorités de Singapour ont failli à leur mission d'édicter les règles et les principes devant présider à ces recherches et un arrêt doit être donné aux recherches impliquant les cellules souches prélevées sur des embryons humains. Ces prises de position interviennent alors que des équipes de Singapour sont à la pointe de la recherche scientifique mondiale dans ce domaine et que les responsables de Singapour veulent faire des bio-technologies un des quatre piliers de l'industrie de cet Etat (1).

L'Eglise catholique s'inquiète des risques que fait courir l'amiante aux travailleurs étrangers

Singapour 16/07/2001

La Commission pour la pastorale des migrants du diocèse catholique de Singapour a publié un communiqué pour dire son souci au sujet des ouvriers du bâtiment, la plupart étrangers, qui sont exposés aux matériaux à base d'amiante. Rien qu'aux mois d'avril et de mai derniers, cinq sociétés ont été condamnées à des amendes par les autorités de la cité-Etat pour n'avoir pas déclaré au ministère du Travail qu'elles effectuaient des travaux sur des matériaux à base d'amiante ou pour ne pas avoir respecté les règlements liés à leur manipulation. Trois d'entre elles se sont vues signifier "un arrêt de chantier» par un tribunal.

Récemment nommé à la tête de l'archevêché catholique de Singapour, Mgr Nicholas Chia souhaite associer prêtres, religieux et laïcs à la définition des priorités pastorales du diocèse

Singapour 16/07/2001

Agé de 63 ans et jusqu'ici chancelier de l'archevêché, le P. Nicholas Chia a été nommé à la tête du diocèse catholique de Singapour par le pape Jean-Paul II. La nouvelle a été annoncée aux catholiques de la cité-Etat par un message du P. Francis Lau, administrateur du diocèse, message lu dans toutes les paroisses le 24 juin dernier. La nomination est intervenue un peu plus de huit mois après la démission en octobre 2000 de Mgr Grégoire Yong, atteint par la limite d'âge (1). Le nouvel archevêque a déclaré que son action s'inscrirait dans un premier temps dans trois directions : le renouveau du clergé, la "conscientisation" des laïcs et la définition, en consultation avec les prêtres, les religieux, les religieuses et les laïcs de Singapour, de priorités pastorales pour le diocèse.

GARE AU PROPHETE !

Singapour 16/05/2001

Plus rien n'est-il sacré ? A Singapour, même Dieu

Pour une meilleure compréhension mutuelle, un dialogue s'est instauré entre catholiques et musulmans

Singapour 16/05/2001

Les catholiques et les musulmans de Singapour ont inauguré une série de "rencontres informelles" pour favoriser entente réciproque et coopération. Une quarantaine de personnes étaient venues des deux communautés religieuses pour participer à la première session qui s'est tenue le 23 avril dans le district de Geylang. Ameerali Abdeali s'est adressé aux participants pour leur dire que sœur Theresa Seow, de la Congrégation des Sœurs de Canossa, et lui-même avaient pensé qu'il serait bénéfique pour tous de faire se rencontrer de temps en temps musulmans et catholiques au sein d'une réunion informelle où chacun "pourrait se sentir vraiment détendu". L'objectif serait de créer une atmosphère incitatrice de partage et de fraternité et "non de débats organisés ou de pression pour imposer ses propres croyances". Abdeali, secrétaire général de l'Association des amis de l'islam, a encore déclaré que "si une grande confiance régnait entre nous, nous pourrions faire beaucoup de choses ensemble mais, pour l'instant, il nous faut commencer petitement et avec sérieux". Quant à sœur Seow, représentante catholique au sein de l'officielle Organisation interreligieuse de Singapour, elle a fait observer que participer à une telle rencontre, c'était "répondre à une invitation de Dieu lui-même". Pour elle, il est important que les communautés musulmane et chrétienne "se rencontrent pour mieux promouvoir la vérité, la justice sociale, les valeurs morales, la paix et la liberté". Musulmans et chrétiens doivent travailler ensemble au service des ouvriers migrants, les aider, organiser des séminaires d'approfondissement de la foi, promouvoir les valeurs familiales et construire une société harmonieuse. La religieuse a également suggéré que catholiques et musulmans prient côte à côte.

Les sciences du vivant étant appelées à être un des piliers du développement économique de la cité-Etat, l'Eglise catholique se dote d'une commission chargée des questions de bioéthique

Singapour 16/04/2001

Les dirigeants de Singapour investissent beaucoup d'argent et d'espoir dans les sciences du vivant, certains analystes estimant que les autorités de la cité-Etat comptent faire de ce secteur l'un des quatre piliers de l'industrie manufacturière du pays. Pour répondre à cette évolution, l'Eglise catholique à Singapour s'est dotée d'une commission chargée des questions de bioéthique. Initiée l'an dernier alors que Mgr Gregory Yong était encore archevêque du diocèse de Singapour, cette commission s'est réunie pour la première fois en février dernier. Selon l'un de ses deux président, le docteur John Lee, l'objectif de cette commission est de "fournir des suggestions complètes et constructives au gouvernement en se fondant sur l'enseignement de l'Eglise catholique". "Les sciences du vivant sont aujourd'hui un sujet d'actualité [à Singapour] et certaines expérimentations peuvent soulever des questions éthiques majeures", a-t-il souligné.

La Fédération bouddhiste de Singapour demande aux autorités de restreindre l'utilisation par les commerçants de termes religieux dans leurs publicités

Singapour 01/04/2001

La Fédération bouddhiste de Singapour a demandé aux autorités de la cité-Etat de mettre un frein à l'utilisation des termes religieux dans les placards publicitaires des commerçants. Restaurants, bijouteries, épiciers et marchands de spiritueux insèrent de plus en plus fréquemment dans leurs enseignes publicitaires des mots comme Foh (Bouddha) ou Zen sans aucune référence de leur part à une pratique quelconque du bouddhisme, accuse la Fédération. Son trésorier, Seck Sian Siang, a indiqué que le Bureau des enregistrements des sociétés et des affaires commerciales avait demandé à la Fédération de lui fournir une liste des mots qui seraient interdits d'utilisation en publicité. Il a aussi a déclaré que la Fédération écrirait au Bureau des enregistrements pour que celui-ci contrôle, avant de les enregistrer, l'origine des organisations qui associeraient à leur marque des mots ou expressions bouddhistes. "Nous trouvons beaucoup de ces mots utilisés actuellement mais qui n'ont rien à voir avec la religion, a-t-il précisé. C'est une injure faite à la religion, quelle qu'elle soit. Je ne comprends pas pourquoi ils veulent les utiliser".

La tâche s'annonce particulièrement délicate pour le futur archevêque qui n'a pas encore été nommé

Singapour 01/04/2001

La communauté catholique de Singapour attend toujours la nomination du successeur de Mgr Grégoire Yong, atteint par la limite d'âge, dont la démission a été acceptée par le Vatican au mois d'octobre 2000. Depuis lors, Mgr Francis Lau, ancien vicaire général, assume la direction de l'archidiocèse en tant qu'administrateur diocésain. Mgr Grégoire Yong était archevêque de Singapour depuis 1977.

Le gouvernement réitère l'interdiction faite aux jeunes musulmanes de porter le voile à l'école publique

Singapour 16/11/2000

S'adressant, le 5 novembre, à la deuxième convention nationale des membres musulmans des professions libérales, le Premier ministre, Goh Chok Tong, a expliqué que le gouvernement ne pouvait permettre aux jeunes musulmanes malaises  le port du voile à l'école publique : "Si nous le faisons, il y aura ensuite d'autres demandes, telles que la ségrégation des garçons et filles musulmans, ou la création d'espaces de prière pour les musulmans dans toutes les écoles 

Le gouvernement continue de refuser toute organisation indépendante à la communauté malaise musulmane

Singapour 16/11/2000

La proposition, avancée par l'Association malaise des professions libérales, de doter la communauté malaise musulmane de Singapour d'une organisation indépendante des partis politiques et du gouvernement a été sèchement refusée, le 7 novembre, par le Premier ministre, Goh Chok Tong.