EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Singapour

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Singapour

Afin de minimiser les risques de diffusion de l'épidémie de pneumopathie atypique, l'archevêque catholique de Singapour autorise, entre autres mesures, les absolutions générales

Singapour 16/04/2003

Le 4 avril dernier, à l'approche de la Semaine Sainte et des cérémonies pascales, l'archevêque catholique de Singapour, Mgr Nicholas Chia, a rendu publiques une série de mesures destinées à prévenir l'extension de l'épidémie de pneumopathie atypique. En plus du port, déjà généralisé, du masque sur le visage lors des cérémonies liturgiques, le responsable de l'Eglise de Singapour a autorisé ses prêtres à procéder à des absolutions générales. Il a également dispensé les prêtres et les agents pastoraux d'assister à la crémation - obligatoire - de la dépouille des personnes décédées après avoir été contaminées par le virus en question. Enfin, pour les liturgies du Vendredi Saint, il a vivement déconseillé aux fidèles d'embrasser le crucifix. L'Eglise catholique s'inscrit ainsi dans la lignée de l'action préventive déployée par les autorités de la cité-Etat pour circonscrire la diffusion d'un virus qui, à la date du 9 avril, a causé la mort de neuf personnes à Singapour (1).

Les écoles catholiques ont des responsabilités à assumer envers l'Eglise autant qu'envers l'Etat, affirme Mgr Nicholas Chia, archevêque de Singapour

Singapour 16/03/2003

A l'occasion d'une session du Conseil catholique de l'éducation (CECorganisme créé par le diocèse il y a quatre ans, l'archevêque de Singapour, Mgr Nicholas Chia, a pris la parole devant vingt-huit chefs d'établissement réu-nis, représentants les congrégations religieuses enseignantes présentes dans la cité-Etat et responsables des 34 établissements catholiques de l'archidiocèse (trente-trois écoles primaires ou secondaires et une université du premier cycle). "Votre rôle n'est pas facile, leur a-t-il déclaré. Vous dépendez de deux autorités : l'Eglise et l'Etat. Vous partagez la responsabilité de l'archevêque quant à l'éducation de tous les enfants dans la foi."

Le gouvernement persiste dans ses efforts d'ingénierie sociale avec une nouvelle campagne pour inciter les Singapouriens à procréer

Singapour 16/03/2003

Le gouvernement de Singapour a toujours pensé, depuis le milieu des années 1980, que la prospérité économique de la cité-Etat ne pourrait perdurer que s'il arrivait à inverser significativement des tendances démographiques lourdes qui font que les Singapouriens se marient de moins en moins et ont de moins en moins d'enfants. Régulièrement, des campagnes ont été menées dans ce but.

L'Eglise catholique s'inquiète du sort des enfants victimes du sida

Singapour 16/01/2003

Une doctoresse, Chong Chia Yin, qui dirige le Service des maladies contagieuses de l'Hôpital K.K. (Kandang Kerbau) de gynécologie et de pédiatrie de Singapour, est intervenue au cours d'une messe, début décembre 2002, pour alerter les paroissiens sur le sort des enfants victimes du sida. Elle a demandé pour eux de l'aide non seulement financière mais affective. Ces enfants sont mis au ban de la société et privés d'une enfance normale. Plus encore, il ne leur est même pas permis de pleurer quand meurt un de leurs parents, a-t-elle déclaré. "Il ne faut pas avoir peur de ces enfants. Vous pouvez partager un repas avec eux, les prendre dans vos bras et les embrasser. Le virus du sida ne se transmet pas en embrassant un enfant", a-t-elle encore assuré.

Représentant 123 groupes, associations et entreprises, des musulmans de Singapour ont publié un communiqué pour dire leur rejet de la violence terroriste

Singapour 01/11/2002

Selon l'édition internationale du Straits Times, datée du 12 octobre dernier, un ensemble de 123 groupes, associations et entreprises ayant en commun d'appartenir à la communauté musulmane de Singapour a publié un communiqué pour dire son rejet de la violence terroriste. Les signataires de ce texte, aussi bien des groupes de lecture du Coran que des agences de voyage spécialistes des pèlerinages à La Mecque, mettent en avant le fait que, depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis et l'arrestation de membres de la Jemaah Islamiyah à Singapour, les musulmans et l'islam sont l'objet d'une attention particulière. Pour les signataires de ce texte, "le fait que des groupes terroristes utilisent le nom de l'islam rend nécessaire pour nous de prendre la parole et d'expliquer la véritable position de l'islam vis-à-vis du terrorisme". Tant en conscience qu'en raison des implications que ce contexte crée à Singapour (1), les signataires "réitèrent [leur] rejet de tels groupes et du terrorisme". Parmi les raisons qui fondent ce rejet de la violence terroriste, le communiqué cite, premièrement, le fait que l'islam n'autorise pas l'usage de la violence contre des innocents, hommes, femmes ou enfants, et, deuxièmement, le fait que les musulmans fidèles à leur religion doivent se montrer des citoyens loyaux vis-à-vis de leur pays de naissance et de résidence.

Dans une actualité marquée par un débat sur la place des musulmans au sein de la société, le Premier ministre a annoncé la rédaction d'un "code d'interaction" pour les religions

Singapour 01/10/2002

Présent à Copenhague à l'occasion du sommet Asie-Europe, le Premier ministre de Singapour, Goh Chok Tong, a déclaré que son gouvernement avait décidé de rédiger un "code d'interaction" à l'usage des religions de la cité-Etat. Ce texte "pourrait devenir un guide pour les Singapouriens dans la pratique de leur religion, dans la façon de s'adapter aux croyances des autres et dans la marche commune vers une société multi-raciale a-t-il déclaré le 25 septembre dernier, en précisant que ses plans seront présentés aux responsables religieux de Singapour dans le courant du mois d'octobre afin de recueillir leurs réactions et suggestions. La dernière étape consistera à soumettre ce texte au Parlement.

Un envoyé du Vatican demande avec insistance aux paroisses de Singapour de ne pas traiter les travailleurs migrants en étrangers

Singapour 01/09/2002

En visite dans la cité-Etat, Mgr Stephan Hamao, président du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des gens du voyage, a demandé avec insistance aux paroisses catholiques de Singapour de ne pas traiter en étrangers les travailleurs migrants. Prenant la parole le 8 juillet dernier lors d'une rencontre avec des représentants des communautés philippine, indienne, birmane et sri lankaise organisée par la Commission diocésaine pour la pastorale des migrants et des gens du voyage (1), Mgr Hamao a déclaré : "L'Eglise locale est toujours responsable des migrants et des réfugiés, spécialement quand ils n'ont pas d'aumônier ou de missionnaire pour s'occuper d'eux". Accueillir les migrants "est le devoir de la communauté locale comme il est du devoir des chrétiens migrants de participer à la vie communautaire du pays qui les reçoit», a-t-il encore précisé.

Citant en exemple la querelle relative au port du "foulard islamique" dans les écoles, le Premier ministre déplore l'"inflexibilité" grandissante d'une partie de la communauté musulmane

Singapour 01/09/2002

Le 18 août dernier, prenant la parole lors d'une manifestation organisée à l'occasion de la fête nationale de Singapour, le Premier ministre Goh Chok Tong s'est déclaré soucieux de l'évolution de nombreux musulmans à travers le monde, tentés par l'extrémisme, et a ajouté que, selon lui, "des musulmans singapouriens également se montrent plus inflexibles dans la pratique de leur religion". Pour appuyer son propos, le responsable de l'exécutif singapourien a cité comme exemple l'épisode du port du tudung ("le foulard islamique") réclamé par plusieurs parents de jeunes filles scolarisées dans les établissements d'enseignement public de la cité-Etat (1). Justifiant une nouvelle fois la position de son administration en déclarant que l'interdiction du foulard dans les écoles, vieille de plusieurs décennies, était faite pour encourager les élèves à se mélanger en dépit de leurs appartenances religieuses et pour promouvoir l'harmonie entre les communautés, le Premier ministre a appelé les musulmans de Singapour à prendre position publiquement contre des évolutions qui menacent "l'harmonie de notre société multiraciale et plurireligieuse" et à "s'élever contre ceux qui prônent l'intolérance et l'extrémisme".

L'archevêque de Singapour demande aux médecins de préserver le caractère sacré de la vie

Singapour 16/06/2002

L'archevêque de Singapour a demandé aux médecins catholiques de protéger la vie, à l'heure où les avancées des bio-technologies menacent le caractère sacré de la vie (1). "Il nous faut rester fermes sur ce sujet, même si nous ne sommes que des voix qui crient dans le désert. La vie doit être protégée dès l'instant de la conception", a déclaré Mgr Nicholas Chia au cours d'une conférence prononcée à l'occasion du 50e anniversaire de la Guilde des médecins catholiques de Singapour. "Dieu a remis entre vos mains la vie et la santé des patients. Ayez un profond respect pour la vie", a-t-il ajouté, s'adressant aux 300 médecins réunis le 19 mai dernier. "Le Christ continue par votre intermédiaire son ministère de guérison. Abordez les problèmes de la santé et de la vie avec un grand respect et laissez-vous guider par le magistère de l'Eglise quand il s'agit d'éthique".