EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Singapour Un prêtre catholique, curé de paroisse, a été mis en examen pour détournement de fonds

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Singapour

Imprimer

Un prêtre catholique, curé de paroisse, a été mis en examen pour détournement de fonds [ Bulletin EDA n° 373 ]

16/04/2003

Le 9 avril dernier, un tribunal civil de Singapour a prononcé l'inculpation d'un prêtre de l'Eglise catholique locale, l'accusant d'avoir détourné à son profit personnel des fonds de la paroisse dont il était le curé. Les actes reprochés se sont produits de juillet 1998 à février 2002, période durant laquelle le prêtre en question, le P. Joachim Kang Hock Chai, âgé de 54 ans et curé de la paroisse Ste Teresa de 1989 à 2002, aurait détourné, en treize versements distincts, 4,3 millions de dollars de Singapour (2,3 millions d'euros). Placé en garde à vue dans les premiers jours du mois d'avril, le P. Joachim Kang s'est vu signifier la prolongation de sa détention pour une semaine supplémentaire avant que le tribunal ne statue sur son maintien ou non en détention. Une demande de remise en liberté sous caution, déposée par ses deux avocats, a été rejetée. Dans un communiqué de presse publié le jour de l'inculpation du prêtre, Mgr Nicholas Chia, archevêque de Singapour, s'est déclaré "choqué et profondément attristé" par la nouvelle, précisant qu'il ne livrerait aucun commentaire, l'affaire étant en cours d'instruction. Toutefois, écartant implicitement l'hypothèse d'une réduction à l'état laïc du P. Joachim Kang, il a précisé que, au cas où l'ancien curé de Ste Teresa est reconnu coupable, il ne lui serait plus confié la responsabilité d'une paroisse.

Selon le Straits Times qui rapporte l'affaire dans son édition du 10 avril, les virements des comptes de la paroisse Ste Teresa opérés par le P. Joachim Kang sur son compte bancaire personnel ont concerné des sommes allant de 20 000 à 1 million de dollars de Singapour. En outre, du fonds dédié aux investissements immobiliers de la paroisse, 300 000 dollars de Singapour ont été par lui détournés. Selon certaines sources locales, le Conseil financier de la paroisse ne s'est pas aperçu des détournements car le P. Joachim Kang aurait profité de l'existence de deux comptes ouverts au profit de la paroisse pour virer des sommes de l'un sur l'autre. Propriétaire de deux appartements de luxe, acquis respectivement pour 800 000 et 1,6 millions dollars de Singapour, le P. Joachim Kang aurait fini par attirer l'attention du fisc singapourien, intrigué par la prospérité financière d'un simple curé de paroisse. S'il est reconnu coupable, le P. Joachim Kang risque une peine maximale de dix ans de prison et une forte amende.

Curé de Ste Teresa durant douze années, avant son transfert à la paroisse de la Sainte Trinité de Tampines l'an dernier, le P. Joachim Kang était un prêtre apprécié. Selon Mgr Nicholas Chia, les motifs du P. Joachim Kang et les circonstances dans lesquelles il a détourné ces fonds ne sont pas connus. Dans son communiqué du 9 avril, l'archevêque a rappelé que, selon les procédures actuelles, chacune des paroisses du diocèse soumet chaque mois un rapport financier détaillé et doit répondre immédiatement des incohérences éventuellement constatées dans les comptes par les services centraux du diocèse. Cependant, a-t-il ajouté, "nous allons procéder à une révision de notre système comptable avec l'aide de consultants. Au cas où une vulnérabilité apparaîtrait, des mesures correctives seront prises". La veille de l'inculpation du P. Joachim Kang, Mgr Nicholas Chia avait convoqué une réunion extraordinaire du presbyterium afin d'informer de l'affaire l'ensemble de ses prêtres. Selon certains observateurs, même si le P. Joachim Kang est un cas isolé, l'affaire témoigne du malaise existant au sein de l'Eglise catholique de Singapour où, bridée par un pouvoir politique cherchant à circonscrire les activités de l'Eglise dans la sphère privée et confrontée à l'absence de direction pastorale sous le prédécesseur de Mgr Chia, une partie du clergé local s'est lancée dans les années 1990 dans les constructions, dépensant des sommes importantes que certains auraient voulu voir employées ailleurs (1).

Notes

(1)Voir EDA 328<br />