EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Singapour Une loi va permettre aux personnes âgées de contraindre leurs enfants à les soutenir financièrement

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Singapour

Imprimer

Une loi va permettre aux personnes âgées de contraindre leurs enfants à les soutenir financièrement [ Bulletin EDA n° 179 ]

16/06/1994

Les dirigeants de Singapour laissent rarement passer une occasion de montrer du doigt les pays occidentaux qui auraient oublié les valeurs familiales et où, disent-ils, les personnes âgées seraient souvent abandonnées par leurs enfants dans des hospices publics.

La population de Singapour vieillit rapidement et, depuis plusieurs années, le gouvernement s'inquiète du fardeau financier que représente une population inactive et improductive de plus en plus nombreuse. Par ailleurs, bien qu'ils s'enorgueillissent de leurs valeurs familiales "orientales", les dirigeants singapouriens semblent admettre implicitement aujourd'hui qu'avec les changements rapides de la société, il se pourrait bien que des personnes âgées soient de plus en plus souvent abandonnées par leurs enfants dans une société où la sécurité sociale n'est pas très développée.

Un projet de loi va donc être débattu au parlement. Quand la loi sera votée, les personnes âgées et inactives pourront exiger de leurs enfants un soutien financier en cas de besoin. Il y a aujourd'hui 165 000 personnes âgées de plus de 65 ans pour une population de 2 700 000. Le rapport sera de 600 000 à 3 300 000 dans moins de trente ans.

Dans la population, les réactions sont mitigées. "Je ne citerai jamais ma famille devant un tribunal, dit par exemple Varadarajan Somu, un photographe âgé de 58 ans; si vos enfants vous donnent de l'argent ou du temps, il faut que ce soit par amour et non parce qu'un juge en a décidé ainsiCadre dans un établissement commercial, Angela Sng déclare de son côté : "Si les parents élevaient leurs enfants comme il faut, il n'y aurait pas besoin de lois de ce genreQuant à Michael Lim, employé de banque, il reconnaît que "le tissu social s'est dégradé et certains ne se soucient guère de ce que leurs parents soient abandonnés dans des maisons de retraite