EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Singapour Libération de Vincent Cheng (14)

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Singapour

Imprimer

Libération de Vincent Cheng (14) [ Bulletin EDA n° 90 ]

01/07/1990

Elle est intervenue le 19 juin 1990 à midi. Un certain nombre de restrictions ont été imposées au militant catholique par le département de la Sécurité interne, en échange de sa liberté: il doit se présenter au début de chaque mois dans les bureaux de la police politique, il ne peut pas rencontrer les autres anciens détenus politiques, participer à quelque organisation ou assemblée que ce soit, prendre la parole en public, faire des déclarations à la presse, ou sortir du pays sans l'autorisation écrite du directeur de la Sécurité interne.

Cette libération de l'ancien permanent de la commission "Justice et paix" marque sans doute une étape dans l'évolution du contentieux existant entre le gouvernement et l'Eglise catholique depuis 1987. A cette époque, 22 personnes, militant dans des organisations d'Eglise ou proches d'elles, avaient été arrêtées, détenues sans jugement, et accusées de fomenter "un complot" visant à renverser le gouvernement et instaurer un régime de type marxiste. L'opération "Spectrum", du nom de code qui avait été donné par la police politique à cette intervention répressive, visait en fait certains mouvements de l'Eglise catholique beaucoup plus qu'une prétendue subversion marxiste. Ceux-ci étaient, selon les autorités, jugés trop enclins à s'occuper de problèmes sociaux, et par voie de conséquence, nourrissaient l'opposition populaire à certaines orientations socio-politiques du gouvernement.

Vincent Cheng, présenté par la propagande gouvernementale comme l'un des cerveaux du prétendu complot, était le dernier à être encore détenu. Cette libération, si elle marque une étape, ne signifie cependant pas que les relations entre l'Eglise catholique et le pouvoir soient redevenues normales. Un projet de loi destiné à maintenir l'harmonie religieuse, mais surtout à "séparer politique et religion" est, en effet, en gestation. Le texte de ce projet, rendu public au début de l'année 1990, a suscité de sérieuses réserves de la part de la hiérarchie catholique (15). Il fait preuve d'un interventionnisme sans précédent de l'Etat dans les affaires internes de l'Eglise, et donne au ministre de l'Intérieur un pouvoir arbitraire hors de proportion avec les exigences de la sécurité publique: selon certains observateurs, quand la loi deviendra effective, celui-ci pourra pratiquement déterminer la ligne théologique des mouvements d'Eglise.

Notes

(14) Voir EDA, 39, 40, 44, 45, 48, 49, 50, 59, 72, 73, 89, ainsi que le dossier EFA n°10/87: "Singapour, l'Eglise mise en garde".<br />(15) EDA, 79 pp. 7-8-9-10, ainsi que le cahier de documents n°4, mars 1990, supplément à EDA 83, doc.4 B/90.<br />