EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est

Procès de Ho Chi Minh-Ville (12): un complément d'information

Vietnam 16/11/1990

Des sources d'information privées permettent de préciser et de corriger la version des faits présentée par le tribunal de Hô Chi Minh-Ville et la presse officielle de Saigon. Le Mouvement sacerdotal marial a été fondé à Milan en 1973 par Don Stefano Gobbi. Il a très rapidement connu une audience internationale. C'est en 1982 que les prêtres vietnamiens impliqués dans le procès du mois d'août ont connu ce mouvement de spiritualité par l'intermédiaire d'un livre fort répandu, édité à Milan et intitulé "La Vierge à ses fils de prédilection: les prêtres" (13). Ce livre, avant d'arriver entre les mains du P. Nguyen Van Dê, avait été examiné par la censure gouvernementale qui y avait apposé cette mention: "Approuvé - l'intéressé a le droit de lire et d'étudier ce livreC'est cet ouvrage que le père a traduit et diffusé. Après son arrestation, le père Nguyên Van Dê, selon le témoignage d'un codétenu, a subi une centaine d'interrogatoires au cours desquels il lui a été demandé de reconnaître ses visées contre-révolutionnaires. Pour étayer leurs accusations, les cadres de la Sûreté avaient relevé une phrase extraite du livre en question, "L'athéisme est entré dans beaucoup d'âmes et y a éteint la lumière de la foi et l'amour: c'est le dragon rouge dont a parlé la Bible" (14). Le P. Nguyen Van Dê, depuis son arrestation en novembre 1987, a refusé de solliciter la grâce des autorités et a toujours demandé à être jugé publiquement. Selon certains témoignages non encore vérifiés, un prêtre de Can Tho, arrêté en même temps que le Père Dê, pour la même affaire, serait mort en prison, quelques jours après son incarcération.

Condamnés pour "spiritualité contre-révolutionnaire"

Vietnam 16/11/1990

"S'est servi de la religion à des fins de propagande contre-révolutionnaire". Ce motif d'accusation, tant de fois utilisé dans le passé, n'a pas encore disparu du discours officiel. Il a de nouveau été invoqué par le procureur du Tribunal populaire de Hô Chi Minh-Ville, les 15 et 16 août 1990, à l'encontre d'un groupe de 11 catholiques appartenant aux diocèses de My Tho et Can Tho. Leur procès (10), différé à plusieurs reprises, semble avoir été organisé avec une grande précipitation et sans notification préalable. Les principaux accusés attendaient de passer en jugement depuis leur arrestation au mois de novembre 1987.

Islam et identité nationale

Brunei 16/11/1990

Les pétrodollars ne suffisent plus à garantir la stabilité du plus petit et du plus riche Etat d'Asie du sud-est situé sur la partie nord de la grande île de Bornéo. Un taux de chômage en progression rapide et toutes sortes de problèmes sociaux ont forcé le sultan Hassanal Bolkiah à recourir à l'idéologie pour maintenir la cohésion sociale du pays.

Le "silence" des dirigeants catholiques en question

Indonésie 16/11/1990

Depuis la disparition du "Partai Katolik" (Parti catholique) et d'autres partis politiques en 1973, les dirigeants politiques catholiques n'assument plus la défense des intérêts de leur communauté. C'est ce qu'a déclaré le docteur Aloysius Benedictus Mbol, le 4 novembre 1990, lors d'un séminaire organisé par l'Association des médecins catholiques. Le docteur Mbol est l'ancien gouverneur de la province du Nusa Tenggara oriental sur l'île de Java.

Le quotidien catholique "Kompas" perd plusieurs milliers de lecteurs

Indonésie 16/11/1990

L'interdiction gouvernementale qui a frappé le "Monitor" (6), à la suite de violentes manifestations musulmanes dirigées contre le rédacteur en chef de la revue, a des conséquences aussi sur les autres publications du groupe de presse catholique "Gramedia". Le "Monitor" était accusé d'avoir publié un sondage d'opinion plaçant le prophète Mahomet en 11ème position seulement sur la liste des 50 personnes les plus populaires dans le pays.

Irian Jaya: le gouvernement recherche la coopération des Eglises

Indonésie 16/11/1990

Le gouvernement de Jakarta cherche l'appui des Eglises pour faciliter le développement de la province d'Irian Jaya. La partie occidentale de cette province est en effet occupée par une population de 650 000 personnes environ appartenant à diverses tribus encore isolées du reste du monde. Les Eglises possèdent une certaine expérience de ces groupes humains généralement considérés comme peu accessibles. Un séminaire organisé à Jayapura a réuni, les 9 et 10 octobre 1990, des représentants du gouvernement et les délégués d'organisations non gouvernementales patronnées par les Eglises protestantes et catholique. Le but de la rencontre était tout d'abord de faire la liste des difficultés, ensuite de proposer les méthodes de travail susceptibles de les aplanir, et enfin d'établir les bases d'une collaboration efficace entre le gouvernement et les Eglises.

La répression s'accentue

Birmanie / Myanmar 01/11/1990

Le 22 octobre 1990, les militaires ont pénétré par la force dans 130 monastères bouddhistes de la région de Mandalay, pour y arrêter ceux des moines qui entretenaient l'agitation antigouvernementale depuis le mois d'août dernier (1). A Rangoon, la capitale, une centaine de moines ont aussi été emprisonnés pour la même raison.

Les polarisations raciales et religieuses ont envenimé la campagne électorale

Malaisie 01/11/1990

Malgré quelques progrès du "Pouvoir populaire", coalition d'opposition, c'est le Front national de M. Mahathir Mohamad qui a remporté les élections générales des 20 et 21 octobre (7). Il a en effet obtenu deux tiers des sièges au parlement fédéral. La situation est donc maintenant celle précisément que l'opposition voulait éviter à tout prix: elle donne en effet à M. Mahathir la possibilité d'amender la Constitution.

Dans les bidonvilles de Manille

Philippines 01/11/1990

"Ce sont des actes de violence impies et insensés" commis par des "gangstersC'est ainsi que le cardinal Sin, archevêque de Manille, a qualifié, le 2 octobre 1990, l'éviction forcée de 120 familles de squatters vivant dans des cabanes, à la périphérie de la ville.

Contrôle des naissances: les évêques condamnent le gouvernement

Philippines 01/11/1990

Une lettre pastorale, publiée le 7 octobre 1990 par la Conférence épiscopale et lue dans toutes les églises du pays, demande à "tous ceux qui veulent rester fidèles aux valeurs de l'Evangile" de ne pas s'associer au programme gouvernemental de contrôle des naissances. Le texte est intitulé: "L'amour c'est la vie