EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est

Le groupe de presse catholique "Kompas-Gramedia" dans l'embarras

Indonésie 01/11/1990

L'autorisation de publier a été retirée le 23 octobre 1990 à l'hebdomadaire "Monitor" paraissant à Jakarta. Cette mesure a été prise par le ministre de l'Information, M. Harmoko. Cette publication, qui tirait à 700 000 exemplaires, appartient au groupe de presse "Gramedia" qui contrôle aussi le quotidien le plus important du pays, "Kompas". Ce groupe de presse est lié à l'Eglise catholique.

La répression s'accentue

Birmanie / Myanmar 01/11/1990

Le 22 octobre 1990, les militaires ont pénétré par la force dans 130 monastères bouddhistes de la région de Mandalay, pour y arrêter ceux des moines qui entretenaient l'agitation antigouvernementale depuis le mois d'août dernier (1). A Rangoon, la capitale, une centaine de moines ont aussi été emprisonnés pour la même raison.

Intellectuels malais: comment se débarrasser du contrôle gouvernemental ?

Singapour 16/10/1990

Les Malais musulmans forment 17% environ de la population de Singapour. Ils appartiennent généralement aux classes économiquement les plus défavorisées de la société. Toujours soupçonnés de manquer de loyauté vis-à-vis de la patrie singapourienne, du fait de leurs liens anciens avec leurs frères de Malaisie, ils sont aussi, traditionnellement, l'objet d'une attention particulière de la part du gouvernement. C'est ainsi que toutes leurs organisations communautaires, politiques, religieuses et culturelles sont dirigées par des députés membres du parti au pouvoir ou par des personnalités proches du gouvernement.

Des élections à l'issue incertaine

Malaisie 16/10/1990

Les allégeances raciales et religieuses joueront leur rôle habituel lors des élections générales prévues pour le 20 octobre 1990. Pourtant, cette fois, les conditions ont changé.

Un prêtre tué au Moyen-Orient

Philippines 16/10/1990

Un prêtre philippin, le P. Angelo Mandelo, o.c.d., est considéré par ses supérieurs comme décédé, bien que les circonstances de sa mort n'aient pas encore été élucidées et que l'on n'ait pas retrouvé son corps.

Après la 7ème tentative de coup d'Etat

Philippines 16/10/1990

Le gouvernement devrait s'occuper d'urgence des soucis graves et légitimes de la population, tels que l'augmentation des prix, la corruption, la réforme agraire : ce sont ces problèmes qui alimentent les rébellions. Mais la violence ne saurait être une solution.

Les enfants au travail

Philippines 16/10/1990

"Mon père est en prison. J'ai trois frères et soeurs. Nous allons tous aux champs avec notre mère. Je rêve d'aller à l'école, comme les enfants des propriétaires, même si je dois faire à pied les deux kilomètres qui m'en séparent". Wilfredo Camoro, 11 ans, part au travail à 5 heures, chaque matin.

Le deuxième Congrès du Comité d'union des catholiques patriotes

Vietnam 16/10/1990

Le mardi 10 octobre 1990, s'est ouvert à Hanoï le 2ème Congrès des représentants des catholiques patriotes. Les médias officiels ont fait une large publicité à cet événement (30) et les autorités ont, semble-t-il, accordé une grande attention au déroulement de ses travaux. En effet, le premier jour du Congrès, après le discours d'ouverture du vieux président du mouvement, le P. Vo Thanh Trinh, c'est M. Le Quang Dao, vice-président du Conseil d'Etat, président de l'Assemblée nationale, qui a pris la parole pour souligner la part très importante prise par le Comité d'union dans l'édification de la patrie, et l'inviter à participer encore davantage à l'oeuvre de rénovation nationale. Le lendemain, la plus haute personnalité du régime, le secrétaire général M. Nguyen Van Linh, rencontrait les participants du Congrès, au nombre de 300 selon Radio Hanoi.

Pastorale des migrants

Indonésie 16/10/1990

Depuis de longues années, les déplacements de population - ou "transmigrations" - à l'intérieur du pays sont fortement encouragés par les autorités. Le gouvernement a, cette année encore, fait appel à toutes les instances religieuses pour l'aider à résoudre les problèmes que pose l'installation de ces nouvelles communautés dans les territoires qui leur sont attribués. C'est ainsi que le ministre des Transmigrations, M. Sugiarto, a demandé à un groupe d'oulémas d'envoyer des missionnaires volontaires. Il a invité également les responsables de l'Eglise catholique à se rendre dans ces territoires pour y donner toute l'assistance religieuse nécessaire aux migrants, et les motiver de façon à ce que leur "transmigration" soit effectivement un succès.

Pastorale chez les rebelles karen

Birmanie / Myanmar 16/10/1990

Il a déjà été question dans nos colonnes de l'abandon dans lequel sont laissés les chrétiens - et surtout les catholiques - de l'ethnie karen dans l'Etat de Kawthule (3), tout au long de la frontière thaïlandaise, région qui échappe au contrôle du gouvernement de Rangoon. De ce fait, prêtres et catéchistes de l'intérieur ne peuvent que très difficilement rendre visite aux fidèles disséminés dans les vastes zones où les guérilleros sont actifs. Des jeunes s'engagent dans la guérilla ou y sont recrutés de force. Ils vivent dans des camps militaires échelonnés en bordure de la Thaïlande. Souvent, les familles ont suivi les soldats, et ainsi se sont créés des villages frontaliers, toujours du côté birman. De temps à autre, un prêtre venu de Thaïlande à ses risques et périls (4) passait chez eux, depuis 1972, notamment dans 8 localités où se trouvaient regroupés plus de 500 catholiques.