EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Philippines Travailler à la vigne du Seigneur, une mission risquée

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Philippines

Imprimer

Travailler à la vigne du Seigneur, une mission risquée

Travailler à la vigne du Seigneur, une mission risquée

21/04/2018

Les prêtres, religieuses, religieux et laïcs au service des pauvres ont toujours été, aux Philippines, la cible des persécutions. Tout récemment, une religieuse australienne, sœur Patricia Fox, de la congrégation missionnaire des Sœurs de Notre-Dame de Sion, a été arrêtée par les autorités philippines pour son action, avant d’être relâchée le 17 avril. 

L’un des faits majeurs de la semaine, aux Philippines, a été l’arrestation de sœur Patricia Fox, de la congrégation missionnaire des Sœurs de Notre-Dame de Sion. La frêle religieuse australienne de 71 ans, appelée « Sister Pat » par beaucoup de ses amis philippins, fait partie des derniers serviteurs travaillant à la vigne du Seigneur à tomber aux mains des autorités philippines. Les prêtres et les religieuses qui vivent l’Évangile du Christ, en travaillant avec les pauvres et en défendant leurs droits, s’attirent les foudres du gouvernement. Cela a été particulièrement le cas durant les années 1970, dans le cadre de la Loi martiale (1 965 – 1 986) instaurée par le président Ferdinand Marcos. On se souvient de l’ardente théologienne et religieuse bénédictine, sœur Mary John Mananzan, qui avec l’aide de prêtres et d’autres religieuses, s’était jointe à la première grève organisée durant la dictature.
Les membres de l’Église engagés dans de tels mouvements de protestations attirent toujours l’attention, mais certaines histoires n’ont pas fait la une des journaux ou des livres d’histoire, alors que la démocratie était de retour dans le pays. L’une d’entre elle concerne le père Melquiades Anda, originaire des montagnes de la province de Laguna, au nord de Manille. Un 24 décembre, des guérilleros sont entrés dans un village et ont passé la nuit dans la maison d’un agriculteur. Le jour suivant, l’armée a arrêté le fermier et sa famille pour avoir aidé les rebelles. Sa femme a donc demandé l’aide du père Anda. Le jeune prêtre est venu expliquer la situation aux soldats. Mais au lieu de l’écouter, les militaires l’ont arrêté et l’ont emmené dans un camp militaire où il a été détenu et torturé. Mais le prêtre a survécu. En songeant à cette expérience, il explique que les pauvres, qui n’ont personne vers qui se tourner, demandent toujours l’aide de l’Église. « Comment pourrions-nous jamais les ignorer ? », demande-t-il.

« Comment pourrions-nous les ignorer ? »

Beaucoup d’autres faits similaires sont survenus ailleurs dans le pays. Ce sont des prêtres, des religieuses, des religieux ou des laïcs engagés auprès des pauvres, qui font l’objet de harcèlement. Sœur Patricia, qui vit aux Philippines depuis 27 ans, connaît ces histoires par cœur. Elle a été témoin de la lutte quotidienne de beaucoup de Philippins pour la survie. Elle sait bien qu’être religieux, dans ce pays pourtant majoritairement catholique, n’est pas toujours aisé. Son arrestation, suite à des accusations d’activités politiques partisanes, est survenue peu après le meurtre du père Marcelito Paez en 2017, un prêtre connu pour sa défense des Droits de l’Homme, à l’image de sœur Patricia. Presque cinq mois après l’assassinat dans le nord de la province de Nueva Ecija, personne n’a encore été arrêté ou n'a revendiqué le meurtre.
Aux Philippines, durant des années, des chrétiens, y compris des prêtres et des religieuses, ont été soit kidnappés, soit tués à cause de leur action auprès des communautés pauvres. Des terroristes armés ont ainsi enlevé le père Teresito Suganob, vicaire de la prélature territoriale de Marawi, dans l’île de Mindanao, où il a été leur otage pendant cinq mois en 2017. Toujours dans le sud de l’archipel, trois missionnaires italiens de l’Institut pontifical pour les missions étrangères (PIME) ont connu des morts violentes. Le père Tulio Favali, tué le 11 avril 1985 par Norberto Manero, originaire de la province du Cotabato, qui fut libéré des années plus tard pour bonne conduite. La première chose qu’il fit à sa sortie de prison fut d’aller demander pardon sur la tombe du prêtre. En 1992, un groupe d’agresseurs inconnus a tué un autre prêtre italien dans la ville de Zamboanga, le père Salvatore Carzedda. Le 17 octobre 2011, des tireurs inconnus ont assassiné le père Fausto Tentori, connu pour sa défense de l’environnement, dans le nord du Cotabato.

Un refuge pour les victimes d’injustice

En 1998, prêtre italien Luciano Benedetti a été enlevé dans la province de Zamboanga del Norte, avant d’être relâché grâce à l’intervention de rebelles musulmans. En 2002, le missionnaire Guiseppe Pierantoni, enlevé dans le Zamboanga del Sur, s’est échappé. En juin 2007, le père Ginacarlo Bossi a été enlevé avant d’être libéré un mois plus tard. En 2009, le père Michael Sinnot, un missionnaire Colomban, a été enlevé par un groupe armé avant d’être libéré, lui aussi, au bout d’un mois. Le 3 mai 2000, le père clarétien Rohel Gallardo est mort aux mains du groupe terroriste Abu Sayyaf, dans l’île de Basilan.
Durant la dictature de Marcos, les militaires étaient connus pour leur tendance à s’en prendre aux missionnaires trop critiques envers les abus du pouvoir. En 1983, les missionnaires colombans Brian Gore (australien) et Niall O’Brien (irlandais), ainsi que le prêtre philippin Vicente Dangan et six autres laïcs, ont été emprisonnés pour le meurtre présumé d’un maire. Leur procès a été l’occasion pour l’Église d’attirer l’attention sur les conditions des paysans dans les provinces philippines. Des pressions locales et internationales, provenant de plusieurs groupes d’Église et de défense des Droits de l’Homme, ont également aidé à faire libérer les missionnaires. Beaucoup d’autres prêtres ont été victimes d’enlèvements, en particulier dans la région musulmane de Mindanao. L’Église a toujours été le refuge des victimes d’injustices. Ces derniers mois, des familles de victimes de la guerre du gouvernement philippin contre la drogue sont venues chercher refuge dans des couvents et des églises, ce qui a fait dire que même les évêques protégeraient les trafiquants de drogue…
Les missionnaires philippins envoyés à l’étranger sont toujours prêts à mourir pour leur foi. C’est vrai aussi pour ceux qui restent au pays. Un missionnaire a ainsi confié qu’il prend courage dans les mots de l’archevêque brésilien Dom Helder Camara : « Quand je nourris les pauvres, ils disent que je suis un saint. Quand je demande pourquoi les pauvres n’ont pas de quoi manger, ils disent que je suis communiste. » Ces missionnaires, qu’ils soient étrangers ou philippins, seront toujours envoyés dans les régions dont le gouvernement se préoccupe le moins. Ils seront toujours vus comme une menace par ceux qui sont au pouvoir, ils seront toujours en danger au service de la vigne du Seigneur.

Melo Acuna est journaliste radio depuis trente ans. Son travail l’a amené à travailler avec des groupes religieux de plusieurs diocèses philippins, comme reporter puis comme manager d’une antenne de la radio catholique Veritas 846.

(Avec Ucanews, Manille)

Copyright

Photo Jire Carreon / ucanews.com