EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Philippines Emeutes de la sécheresse : l'Eglise condamne fermement les violences policières envers les manifestants d'El Nino

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Philippines

Imprimer

Emeutes de la sécheresse : l'Eglise condamne fermement les violences policières envers les manifestants d'El Nino

Emeutes de la sécheresse : l'Eglise condamne fermement les violences policières envers les manifestants d'El Nino

06/04/2016

Au moins deux paysans ont été tués la semaine dernière, et 13 personnes blessées, après que la police a ouvert le feu lors d'une manifestation d'agriculteurs, à Kidapawan, sur l'île de Mindanao. Victimes de la sécheresse d'El Nino, les agriculteurs réclament, depuis plusieurs ...

... semaines, l'aide du gouvernement, distribuée au compte-gouttes.

Divers groupes de l'Eglise ont aussitôt condamné les répressions policières, alors qu'un évêque de La United Methodist Church - l'Eglise méthodiste la plus importante de l'archipel - a été menacé de poursuites judiciaires, après avoir aidé les manifestants

Depuis trois jours, à Kidapawan, près de 6 000 agriculteurs bloquaient l'autoroute reliant Cotabato à Davao, dans le sud de l'archipel. Ils réclamaient 15 000 sacs de riz ainsi qu'une aide financière d'urgence pour pouvoir survivre jusqu'à l’arrivée de la saison des pluies. Une douzaine de manifestants ont été blessés par les tirs de balles. D'autres ont été arrêtés. De son côté, la police affirme qu’une quarantaine de ses hommes étaient dans un « état critique », après des jets de pierre attribués aux paysans. La Police Nationale philippine a déclaré avoir ouvert une enquête.

Parmi les manifestants, figurent de nombreux Lumads (terme désignant les aborigènes de l'île de Mindanao). « Nous demandions seulement une aide immédiate au gouvernement », affirme Danilo Ramos, président de la Fédération des travailleurs agricoles. « On ne tire pas sur des gens qui demandent l'aide de leur gouvernement », a-t-il précisé à Ucanews. Selon des témoignages, les policiers auraient d'abord tenté de disperser les manifestants au canon à eau.

Tous les candidats à l'élection présidentielle ont dénoncé ce bain de sang. L'Eglise a également fermement condamné ces violences, en particulier l'Eglise Méthodiste Unie (United Methodist Church). Beaucoup de manifestants avaient d’ailleurs trouvé refuge dans la paroisse Spottswood, à l'intérieur de laquelle la police a effectué des fouilles, sans toutefois trouver d'armes, rapporte le site d'information Interaksyon. L'évêque de la United Methodist Church de Kidapawan a ensuite été menacé de poursuites judiciaires par le gouverneur de la province de Cotabato, pour avoir hébergé des manifestants, « activité interdite par la loi ».

L'évêque auxiliaire de Manille, Mgr Broderick Pabillo, en charge des affaires publiques à la conférence des évêques catholiques des Philippines (CBCP), a fermement condamné la méthode musclée de la police. « Ce n'est pas une réponse adaptée aux difficultés des fermiers que le gouvernement lui-même n'a pas été capable de résoudre », fustige le prélat dans un communiqué publié sur le site de Radio Veritas. « El Nino n'est pas un typhon qui aurait pu prendre un gouvernement au dépourvu. Cela fait deux ans que l'on parle de ce phénomène météorologique. Le pays est touché depuis septembre déjà. Et le gouvernement n'a rien fait à ce sujet. » Après avoir condamné lui aussi ces violences, le président de la CBCP, Mgr Socrates Villegas, a également exhorté les familles des victimes à ne pas chercher à se venger.

Mindanao est considéré comme le grenier des Philippines. La sécheresse s'y est accentuée depuis le début de l'année, provoquée par le phénomène El Nino, avec des eaux du Pacifique inhabituellement chaudes en cette période de l'année. « Près de la moitié des 194 000 hectares de cultures affectées se trouvent à Mindanao et, pour celles-ci, 87% des récoltes risquent d'être perdues », relève l'organe de coordination de l'aide d'urgence des Nations unies, dans un rapport publié il y a un mois. Selon le mouvement paysan des Philippines, Peasant Movement of the Philippines, les cultures de riz, maïs, banane, caoutchouc, noix de coco, et d'huile de palme sont détruites. Les pertes financières sont estimées à plus de 51 millions d'euros par le ministère de l'agriculture.

« Même si l'état de catastrophe naturelle a été décrété dans certaines régions de Mindanao, en soi les autorités locales et nationales n'ont fait aucun geste envers les paysans dont elles sont censées se préoccuper », renchérit Mgr Broderick Pabillo.

Pour les Missionnaires ruraux des Philippines (Rural missionnaries of the Philippines), des militants qui partagent le mode de vie des paysans, principalement à Mindanao, les petits agriculteurs de la région cumulent les difficultés, car en plus de la sécheresse et des conséquences Del Nino, ils ont à faire face à la concurrence des grandes exploitations monocultures, souvent détenues par des multinationales, avec un partage inéquitable des terres.

« [La monoculture à l'échelle industrielle] menace non seulement la survie des paysans et des autres travailleurs de la terre, mais elle remet également en cause les droits ancestraux de des paysans sur ces terres », a expliqué Sœur Famita Somogod, interrogée par l'agence Ucanews.

Ces derniers mois, les violences à l'égard des Lumads, forcés de fuir à cause d'affrontements entre l'armée philippine et la branche armée de la rébellion communiste aux Philippines (NPA) se sont multipliées. L'été dernier, trois membres de la communauté ont été assassinés. L'armée et des groupes paramilitaires travaillant pour les intérêts de firmes multinationales ont été suspectés d'être à l’origine de leur mort.

« Les problèmes agraires qui agitent la zone ont déjà fait couler du sang. Et pour le moment le sentiment d'impunité grandit à vitesse grand V », s'alarme Sœur Famita Somogod.

(eda/md)