EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Philippines Près d’un million de personnes attendues au Congrès eucharistique international de Cebu

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Philippines

Imprimer

Près d’un million de personnes attendues au Congrès eucharistique international de Cebu

Près d’un million de personnes attendues au Congrès eucharistique international de Cebu

08/01/2016

Un an après avoir enregistré la plus grande messe de l’histoire (près de sept millions de fidèles réunis à Manille autour du pape François le 18 janvier 2015), le principal pays catholique d’Asie, continent d’avenir pour l’évangélisation selon le pape Jean-Paul II, s’apprête à accueillir, du 24 au 31 janvier ...

... prochains, le 51e Congrès eucharistique international, à Cebu, dans le centre de l’archipel.

Organisé normalement tous les quatre ans, ce rassemblement mondial de catholiques vise à célébrer la centralité de l’eucharistie dans la vie et la mission de l’Eglise, améliorer la compréhension de la liturgie à ce propos, et enfin attirer l’attention sur la dimension sociale de l’eucharistie. Manille, capitale des Philippines, a déjà accueilli un précédent congrès eucharistique international ; c’était en 1937 et le pape Pie XI avait alors centré le congrès autour du thème de l’eucharistie et de la mission. Le dernier congrès eucharistique a eu lieu en 2012 à Dublin, avec 80 000 personnes lors de la messe de clôture. C’est à cette occasion que Benoît XVI avait alors annoncé la tenue de l’édition suivante aux Philippines.

En l’occurrence, un million de personnes sont attendues pour la messe finale, et entre 10 000 et 15 000 délégués, venus de 71 pays, prendront part au congrès à Cebu, d’après l’agence Ucanews et le quotidien Manila Bulletin. Deuxième ville des Philippines, Cebu, devenue archidiocèse après Manille en 1934, est considérée comme le berceau du christianisme dans l’archipel. C’est là que l’explorateur portugais Ferdinand de Magellan a abordé, en 1521, au nom de la très catholique Couronne d’Espagne, avant l’établissement de la toute première mission catholique de l’archipel. Dans la perspective du 500e anniversaire de l’évangélisation des Philippines (1521-2021), le 51e congrès eucharistique international se tiendra du 24 au 31 janvier, au lendemain de la fête du Sinulog, l’une des plus importantes du pays marquée par une procession en l’honneur de Santo Niño de Cebu, l’Enfant Jésus, suivie par une immense foule chaque année, le troisième week-end de janvier. Les Philippines constituent le principal pays catholique d’Asie (près de 85 % des 100 millions de Philippins se réclament du catholicisme), hormis le Timor-Oriental.

En janvier 2015, après avoir bravé une tempête tropicale lors de sa visite aux survivants du typhon Haiyan, le pape François avait déjà rassemblé près de sept millions de fidèles à Manille, pour la plus grande messe de l’histoire, malgré la pluie battante. Durant la cérémonie, le pape avait appelé « les chrétiens de cette grande nation » à être « témoins et missionnaires de la joie de l’Evangile, en Asie et partout dans le monde ». Le précédent record d’affluence remontait aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) de 1995, où à Manille près de cinq millions de personnes s’étaient réunies autour du pape Jean-Paul II.

Pour le prochain congrès eucharistique international à Cebu, le pape sera, comme c’est le cas en général, représenté par un cardinal, en l’occurrence le cardinal Charles Maung Bo, archevêque de Rangoun (Birmanie). Selon les organisateurs, près de 5 000 bénévoles et 600 familles seront par ailleurs mobilisés pour l’accueil des pèlerins. « Nous sommes prêts », a assuré l’archevêque de Cebu, Mgr Jose Palma.

Erigé sur le terrain du séminaire de l’archidiocèse, un pavillon accueillera les diverses manifestations prévues durant le congrès. S’y exprimeront notamment le cardinal Timothy Dolan de New York, l’évêque auxiliaire de Los Angeles, Mgr Robert Barron, le cardinal nigérian John Onaiyekan d’Abuja, ainsi que le cardinal de Bombay, Mgr Oswald Gracias.

« Ces dernières années, si l’Asie est devenue l’un des grands moteurs de la croissance économique mondiale, du point de vue religieux, elle reste un continent à évangéliser. L’Eglise catholique n’y est qu’une petite minorité, alors même que l’Asie est le continent où Jésus est né, a vécu, est mort et est ressuscité », soulignait Mgr Palma, lors de la conférence de presse de présentation du congrès eucharistique international, fin octobre au Vatican.

Du 20 au 22 janvier, l’évènement proprement dit sera précédé par un symposium théologique, au sein de la Cebu Doctors’ University ; le thème portera notamment sur « la vertu chrétienne de l’espérance », « l’évangélisation du monde », ou encore « le catéchisme de l’eucharistie dominicale ».

Au sujet du thème retenu pour ce Congrès eucharistique international (« Christ en vous, l’espérance de la gloire »), le cardinal Luis Antonio Tagle, a pour sa part souligné l’importance de l’événement « au-delà de l’Eglise catholique ». « L’humanité nous exhorte à faire acte d’amour, de pardon et nous espérons que la tenue du congrès eucharistique international pourra contribuer au jubilé de la miséricorde », a précisé l’archevêque de Manille. Annoncée à l’occasion du deuxième anniversaire de l’élection du pape François, l’Année Sainte de la Miséricorde, ouverte le 8 décembre 2015, s’achèvera le 20 novembre 2016.

Il s’agit également de « rendre l’eucharistie aux plus pauvres », a renchéri ces derniers jours le
nonce apostolique à Manille, Mgr Giuseppe Pinto, dans les colonnes du Manila Bulletin. « Porter la sainte communion commémorant et perpétuant le sacrifice du Christ à ceux contraints de vivre à la périphérie, a-t-il poursuivi. Pour ce pèlerinage à Cebu, il s’agit à partir de l’Evangile de Jean de réfléchir d’abord au sens de ce pain de vie. »

De manière symbolique, un banquet solidaire pour les plus démunis est prévu la veille de l’ouverture du congrès. « Tendre la main aux plus pauvres ne s'improvise pas. Il n’y a pas de solution instantanée. Mais il faut bien débuter quelque part. Commençons par nous montrer solidaires », a appelé le P. Carmelo O. Diola, à la tête du comité créé spécifiquement au sein du congrès. La plupart originaires de Cebu, 500 enfants des rues feront leur première communion le 30 janvier, a également annoncé le prêtre dans l’édition locale du journal régional Sun Star, non sans avoir au préalable dénoncé l’attitude des autorités qui ont déplacé des familles sans domicile pour faire place au congrès eucharistique.

(eda/md)