EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Malaisie

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Malaisie

Erection du diocèse de Sandakan dans l’Etat de Sabah

Malaisie 01/09/2007

Dans l’Etat de Sabah, en Malaisie orientale, l’annonce par le pape Benoît XVI, le 16 juillet dernier, de l’érection du diocèse de Sandakan, suffragant du diocèse de Kota Kinabalu (1), ainsi que la nomination du P. Julius Dusin Gitom à la tête du nouveau diocèse, ont suscité la joie et l’enthousiasme des fidèles catholiques.

Les responsables des Eglises chrétiennes s’inquiètent des conséquences d’un jugement en appel interdisant de fait à une musulmane convertie au catholicisme de se marier à un catholique

Malaisie 01/06/2007

La décision, rendue publique le 30 mai dernier, de la Cour fédérale, tribunal de dernière instance en Malaisie, de ne pas reconnaître à une musulmane convertie au catholicisme son droit à voir inscrit sur sa carte d’identité la mention de sa nouvelle religion inquiète fortement les responsables des Eglises chrétiennes.

Etat de Perak : une rumeur au sujet de conversions de musulmans au christianisme a créé un certain émoi autour d'une paroisse catholique

Malaisie 16/12/2006

Le dimanche 5 novembre dernier, à Ipoh, capitale de l'Etat de Perak, situé au nord-ouest de la péninsule malaisienne, un incident a créé un certain émoi. Ce jour-là, dans l'église de la paroisse catholique de Notre-Dame de Lourdes, la première communion d'une centaine d'enfants était organisée - une activité normale de la communauté catholique locale -, lorsqu'une foule de plusieurs centaines de musulmans s'est rassemblée autour de l'édifice. Avertis par SMS, les musulmans étaient convaincus que d'autres musulmans étaient présents dans l'église pour y être baptisés et convertis au christianisme. La nouvelle s'est révélée infondée, mais l'intervention des forces de l'ordre a été nécessaire pour disperser la foule.

La police religieuse islamique a procédé à l'arrestation de deux membres d'un mouvement musulman considéré comme sectaire par les autorités

Malaisie 16/12/2006

Le 1er décembre dernier, dans l'Etat de Selangor, deux membres de la Rufaqa Corporation Sdn. Bhd. ont été interpellés par la police religieuse islamique tandis qu'ils tenaient une conférence de presse devant des représentants des médias locaux. Les deux dirigeants de l'organisation, Zulkifli Awang Kechik et Abu Zahrin Tahrin, expliquaient aux journalistes que la Rufaqa Corporation était une organisation légitime, menant légalement des affaires commerciales, et n'était pas liée à un mouvement musulman condamné par les autorités pour déviationnisme en 1994. Ce mouvement, Al-Arqam, et la Rufaqa Corporation ont le même leader, mais leurs activités sont distinctes, ont tenté de faire valoir les deux hommes avant d'être emmenés par la police religieuse.

La question de la sépulture à donner à un Indien converti à l'islam puis revenu à la foi catholique a, une nouvelle fois, soulevé le problème de la protection des droits des minorités religieuses

Malaisie 16/12/2006

Le 9 décembre dernier, Anthony Rayappan, mort le 29 novembre 2006 à l'âge de 71 ans, a été inhumé selon les rites de la foi catholique, après qu'une messe eut été célébrée à son intention la veille. La nouvelle, anodine en soi, a été saluée par un communiqué de la Fédération chrétienne de Malaisie, où l'on pouvait lire que "le bon sens [avait] finalement prévalu" et que la famille du défunt pouvait désormais vivre son deuil dans la paix. L'avant-veille, le Conseil islamique pour les affaires religieuses de l'Etat de Selangor avait rendu un avis, selon lequel il renonçait à réclamer le corps du défunt pour lui donner une sépulture selon les rites musulmans.

La conversion au christianisme d'une Malaise musulmane suscite de virulents débats entre les partisans de la laïcité et ceux de la souveraineté des tribunaux islamiques

Malaisie 01/09/2006

Le cas de Lina Joy, Malaise musulmane convertie au catholicisme en 1998 qui se bat auprès des tribunaux civils pour que son changement de religion soit pris en compte afin de pouvoir épouser son fiancé également catholique, suscite de virulents débats entre les partisans d'une interprétation laïque de la Constitution et des groupes islamiques partisans de la souveraineté des tribunaux islamiques.

Les minorités religieuses et certains milieux musulmans se réjouissent de la suspension de la Loi islamique sur la famille mais s'inquiètent de la protection de leurs droits

Malaisie 01/02/2006

Les représentants des minorités religieuses et certains milieux musulmans ont exprimé leur satisfaction après l'annonce faite le 12 janvier dernier par le Premier ministre fédéral Abdullah Badawi qui a déclaré que la mise en ouvre de la Loi islamique sur la famille, applicable aux musulmans de la Fédération - environ 55 % de ses 26 millions d'habitants -, était suspendue. Il a également promis que l'article de la Constitution qui interdit aux tribunaux civils de se prononcer sur des cas relevant des tribunaux islamiques, serait révisé.

Les autorités civiles et religieuses sévissent contre un mouvement religieux syncrétiste, qualifié de "secte déviante" de l'islam

Malaisie 16/07/2005

Le 2 juillet dernier, les autorités religieuses musulmanes de l'Etat du Terrengganu, épaulées par des forces de police, ont mené un raid contre les locaux d'un mouvement religieux syncrétiste. Vingt-et-une personnes ont été arrêtées, le fondateur et animateur charismatique de ce mouvement réussissant toutefois à échapper à l'arrestation. Muhammad Ramli Nuh, vice-président du Comité de développement islamique du Terrengganu, a déclaré qu'il devait être mis fin aux activités et aux enseignements d'Ayah Pin, Ariffin Mohammad de son vrai nom, Malaisien âgé de 65 ans et fondateur du mouvement religieux contesté. Qualifiant son mouvement de "secte déviante" de l'islam, Muhammad Ramli a estimé que, "d'un point de vue religieux Ayah Pin et ses acolytes portaient "préjudice" à l'islam et qu'ils devaient être arrêtés au titre de la Loi sur la sécurité intérieure (ISA - Internal Security Act), texte qui permet aux autorités de détenir sans jugement toute personne présentant une "menace pour la sécurité nationale". Sur ce dernier point, les autorités fédérales n'ont pas suivi Muhammad Ramli, déclarant que les dispositions légales prévues par la charia au Terrengganu suffisaient à poursuivre en justice les personnes arrêtées et qu'il n'était pas nécessaire en ce cas de recourir à l'ISA. Les vingt-et-une personnes arrêtées ont ainsi été inculpées pour "détention de documents contraires à l'islam".

LA MALAISIE EXPULSE SES IMMIGRES CLANDESTINS - Les tensions augmentent dans l'économie tandis que les travailleurs clandestins quittent le pays

Malaisie 16/05/2005

Ces dix dernières années, la Malaisie, pays relativement prospère, a tout tenté pour tenir à distance les travailleurs immigrés clandestins : le gouvernement a fait construire un mur en béton dans la jungle sur une partie de la frontière entre la Malaisie et la Thaïlande ; il a lancé plusieurs opérations de police, dont celle qui est en cours et qui a été baptisée "Opération Nyah" - littéralement "dehors" ; depuis 2002, il a fait arrêter et expulser plus de 18 000 ressortissants étrangers qui séjournaient illégalement dans le pays. La dernière opération en date, qui a débuté en mars, semble plus radicale que les précédentes, puisqu'elle a abouti au départ d'un demi million d'étrangers, principalement des Indonésiens.