EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Malaisie Les livrets de chants catholiques où apparaissait le mot 'Allah' ont été restitués

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Malaisie

Imprimer

Les livrets de chants catholiques où apparaissait le mot 'Allah' ont été restitués

Les livrets de chants catholiques où apparaissait le mot 'Allah' ont été restitués

19/12/2014

Après deux semaines de conflits et de pressions, dans le cadre de la controverse récurrente en Malaisie sur l’utilisation du mot 'Allah' par les non-musulmans, les 31 livrets de cantiques confisqués au P. Cyril Mannayagam ont été rendus au prêtre catholique ...

... lequel a été également blanchi de l’accusation de « vouloir répandre la haine religieuse ».

Tout a commencé le 5 décembre dernier, lorsque le P. Cyril Mannayagam a fait porter le recueil de chants à un service de reprographie de Tangkak dans l’Etat de Johor, pour le faire photocopier à une trentaine d’exemplaires en vue de la célébration de Noël. Quatre heures plus tard, alors qu’il revenait chercher les copies, il se trouvait face à deux policiers en civil qui l’attendaient.

Les deux hommes l’emmènent au poste, ainsi que le paroissien qui l’accompagnait, les arrêtant « pour avoir fomenté des troubles et incité à la haine religieuse » au titre de l'article 298A du Code pénal. « Quand je leur ai demandé pourquoi ils m’arrêtaient, ils m’ont répondu que le mot 'Allah' ne pouvait être utilisé que par les musulmans », rapporte le P. Mannayagam au Malaysian Insider le 6 décembre dernier.

Lors de l’interrogatoire qui suit, il est ensuite reproché au prêtre d’avoir voulu commercialiser les « livres » en question, en fait de simples photocopies à usage privé ne pouvant tomber sous le coup de l’article 298 A. Le prêtre catholique de 44 ans, qui est curé de la paroisse St-Andrew à Muar (Johor), tente d’expliquer, en vain, que ces livrets de cantiques intitulés « Kepujian kepada Tuhan Allah » (« Louange à Dieu ») ne sont pas destinés à la vente mais à l’usage de ses paroissiens aborigènes, les Orang Asli (1) de Bekok qui en ont besoin pour la célébration de Noël.

Il rappelle en outre aux policiers que la communauté aborigène de Johor utilise ce type de carnets de chants sans problèmes depuis de nombreuses années pour ses différentes célébrations, et que le mot 'Allah' pour dire 'Dieu' est attesté dans la région depuis des siècles.

Après de longues négociations menées par son avocat, Me Andrew Khoo, le prêtre est finalement relâché mais ne peut récupérer ses livrets qui sont confisqués. Le P. Mannayagam porte alors plainte, dénonçant « une violation de la liberté de culte inscrite dans la Constitution »

Son avocat fait valoir de son côté que l’arrestation du P. Mannayagam et la confiscation des livrets au titre de l’article 298 A du Code pénal sont invalides, cet article de loi ayant été en 1988 déclaré inconstitutionnel dans des cas comme celui concernant aujourd’hui son client.

« Il s’agit d’une claire violation de la liberté de religion garantie par la Constitution fédérale, ainsi que de la Résolution en 10 points (2) approuvée par le gouvernement en 2011 », précise-t-il. L’utilisation de l’Alkitab ('Le Livre', la Bible en malais), ainsi que l’emploi de « mots interdits » comme 'Allah' dans le cadre des célébrations chrétiennes et de leurs publications (avec la mention « destiné aux chrétiens ») - sont autorisés s’ils ne peuvent être assimilés à des actes de prosélytisme, explique-t-il encore.

Dernier avatar de la polémique sur l’utilisation du mot 'Allah'par les chrétiens, cet incident survient alors que vient à peine de retomber l’effervescence médiatique créée par l’affaire des bibles des chrétiens de Sarawak.

Fin novembre en effet, l'Association des Eglises de Sarawak (ACS) a déposé plainte pour la « profanation » de plus de 300 exemplaires d’une Bible éditée en malais et en langue iban, exigeant en outre des excuses de la part des autorités. Ces bibles avaient été saisies en janvier dernier par le ministère des Affaires religieuses islamiques du Selangor (JAIS), au titre de l’interdiction de l’utilisation du mot 'Allah'  par les non-chrétiens. Le 14 novembre, après de nombreuses et houleuses péripéties, elles avaient été enfin restituées à l’ACS, lors d’une cérémonie publique, présidée par le sultan de Selangor lui-même. Mais peu après, les responsables chrétiens constataient que tous les volumes avaient été tamponnés sur les pages intérieures de la mention « Strictement et uniquement réservé à l’usage de non-musulmans. Ne peut être ni publié ni utilisé où que ce soit dans l’État du Selangor conformément à la section 9 (1) de la promulgation de 1988 sur Les religions non musulmanes (Du contrôle de la diffusion parmi les musulmans) ».

Plusieurs affaires du même type ont éclaté ces derniers mois, parallèlement au long conflit qui a opposé au gouvernement The Herald, principal journal catholique du pays, sur l’utilisation du mot 'Allah' dans ses colonnes en malais. La Cour fédérale a finalement donné tort à l’hebdomadaire en juin dernier, déclenchant les protestations indignées, non seulement de toutes les instances chrétiennes en Malaisie mais aussi des défenseurs des droits de l’homme et de nombreux représentants d’autres religions, comme le Malaysian Consultative Council of Buddhism, Christianity, Hinduism, Sikhism and Taoism (MCCBCHST), instance qui est devenue l’interlocutrice privilégiée des autorités sur les questions interreligieuses.

Dans l’affaire des livrets de chants des Orang Asli, la pression médiatique semble avoir joué un rôle certain, commente aujourd’hui 19 décembre le Malaysian Insider qui avait dès le lendemain des faits, qualifié l’arrestation du P. Mannayagam et la confiscation des 31 recueils par la police de « bourde monumentale ».

La restitution des « ouvrages appelant à la haine religieuse » s’est faite, semble-t-il, dans la plus grande discrétion hier soir, au poste de police de Tangkak à 21 h 40.

« Il n’y avait aucune mention sur les carnets qui m’ont été rendus dans leur état d’origine et ‘sans conditions’ », a précisé le prêtre catholique qui s’est empressé de les distribuer aux aborigènes de sa paroisse. Le P. Mannayagam a également remercié « les médias pour leur aide » et s’est déclaré « soulagé que les droits des fidèles aient enfin été reconnus ».

Selon les sources officielles, la Malaisie compte 60 % de musulmans, 19 % de bouddhistes, 9 % de chrétiens (dont 3,5 % de catholiques environ, les trois quarts d’entre eux vivant ou étant originaires de Sabah et Sarawak, sur l’île de Bornéo) et 6 % d’hindous.

(eda/msb)

Notes

(1) Orang Asli (« homme des origines » en malais) est un terme générique sous lequel on désigne les populations aborigènes de Malaisie. Répartis en plusieurs groupes ethniques distincts, ils vivent encore aujourd’hui principalement dans les parties montagneuses de la péninsule. Quelques groupes parmi eux se sont convertis au christianisme.

(2) La « Déclaration en dix points », édictée en 2011 par le Premier ministre Najib Razak, permet aux chrétiens des Etats de Sabah et de Sarawak, en Malaisie orientale, d’ utiliser le mot ‘Allah’ dans leurs livres en malais, tandis que dans les autres Etats de la Fédération (Malaisie péninsulaire), cette autorisation est du ressort des législations locales. Elle avait été prononcée dans un contexte pré-électoral où l’UMNO avait besoin de s’assurer du vote en faveur de la coalition au pouvoir des électeurs de ces deux Etats situés en Malaisie orientale.

 

Copyright

Légende photo :

Le P. Mannayagam exerce depuis quatre ans son ministère chez les Orang Asli. © Ucanews.