EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Malaisie La démission forcée de Joseph Pairin Kitingan marque la fin d'une époque pour les chrétiens de Sabah

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Malaisie

Imprimer

La démission forcée de Joseph Pairin Kitingan marque la fin d'une époque pour les chrétiens de Sabah [ Bulletin EDA n° 174 ]

01/04/1994

La courte victoire électorale qu'il a obtenue il y a quelques semaines n'a pas suffi à Joseph Pairin Kitingan, ministre en chef de l'Etat de Sabah et catholique, pour conserver un pouvoir que lui contestent depuis plusieurs années les autorités fédérales de Kuala Lumpur. La défection de neuf parlementaires fraîchement élus de son parti, le PBS (Parti Bersatu Sabah), l'a obligé à démissionner.

Les autorités fédérales se sont empressées de faire nommer un nouveau ministre en chef, Sakaran Dandai, musulman et membre du parti au pouvoir à Kuala Lumpur. Le frère de Joseph Pairin, Jeffrey (11), a lui aussi quitté le PBS pour former un nouveau parti et a annoncé son intention de s'allier à la coalition de Front national qui gouverne à Kuala Lumpur.

C'est la fin d'une époque pour les chrétiens de Sabah, majoritaires dans les ethnies aborigènes de l'Etat. C'est aussi la fin d'une exception dans la fédération de Malaisie politiquement dominée par les musulmans. L'Etat de Sabah était en effet le seul Etat de la fédération à être gouverné par un chrétien. Mais depuis une dizaine d'années, les autorités fédérales ont favorisé une immigration importante de musulmans philippins et indonésiens dans l'Etat, rendant de plus en plus aléatoire la possibilité pour les chrétiens de continuer à jouir du pouvoir politique dans l'Etat. Par ailleurs, le Dr Mohamad Mahathir, premier ministre du gouvernement fédéral de Malaisie, n'a jamais caché l'intense hostilité personnelle qu'il éprouve à l'encontre de Joseph Pairin Kitingan qu'il accuse de l'avoir trahi au moment des élections générales de 1990.

Sans doute afin de rassurer les populations chrétiennes, Kadir Sheikh Fadzir, représentant à Sabah du Front national, a déclaré : "Sakaran sera le premier chef du gouvernement de Front national. Plus tard, nous organiserons un roulement pour le poste entre les chrétiens, les musulmans et la minorité chinoise

Notes

(11) EDA 138, 168, 170<br />