EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Laos Sans explication, les autorités civiles annulent une réunion nationale des jeunes catholiques

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Laos

Imprimer

Sans explication, les autorités civiles annulent une réunion nationale des jeunes catholiques [ Bulletin EDA n° 403 ]

16/09/2004

De longue date, les mouvements de jeunesse de l'Eglise catholique au Laos avaient organisé une réunion nationale de leurs responsables. Du 30 août au 3 septembre 2004, environ soixante-dix jeunes, venus des quatre vicariats de l'Eglise du Laos (Luang Prabang, Paksé, Savannakhet, Vientiane), devaient se rassembler pour leur Seconde réunion nationale. Les autorisations avaient été demandées en bonne et due forme ; elles avaient été accordées par les autorités civiles. Le lieu de la réunion était connu de tous : il s'agissait de l'église paroissiale de Pakxan, localité située à 130 km au nord-est de la capitale, Vientiane. Le 27 août cependant, la municipalité de Pakxan a demandé aux responsables de l'Eglise de déplacer le lieu de la réunion.

Une fois connue la décision des autorités, Sour Jess Encio, religieuse des Filles de la Charité de St. Vincent de Paul et responsable nationale des aumôneries, a immédiatement rencontré Mgr Jean Khamse Vithavong, vicaire apostolique de Vientiane pour discuter de la situation et Mgr Khamse a décidé d'annuler en totalité la réunion, estimant qu'il était impossible de trouver une solution de rechange en moins de trois jours. Il était prévu que Mgr Khamse préside la rencontre des jeunes responsables catholiques, aux côtés de Mgr Louis Marie Ling Mangkhanekhoun, vicaire apostolique de Paksé, et d'un certain nombre de prêtres et de religieuses.

Selon des sources catholiques, la municipalité de Pakxan a donné comme raison à l'annulation de la rencontre catholique le fait que devait se tenir au même moment une session d'éducation politique dans des locaux situés face à l'église paroissiale. Les autorités n'auraient pas voulu que les deux réunions aient lieu en même temps. Certains catholiques doutent toutefois que ce soit là la véritable raison de l'annulation de la rencontre, le lieu et les dates de la réunion des jeunes catholiques étant connus des autorités de longue date. Ces mêmes sources indiquent qu'au mois de juin dernier, une rencontre de jeunes catholiques dans le vicariat de Paksé avait été interdite par les autorités au motif que les jeunes avaient présenté un "mauvais" motif au gouvernement lors du dépôt de la demande de permission.

Dans un pays où la vie de l'Eglise s'organise avec difficulté, tant en raison des obstacles mis par les autorités que du fait du faible nombre de fidèles, l'annulation de la rencontre de Pakxan a été durement ressentie. Boun Mee, l'unique déléguée pour le vicariat de Luang Prabang, un diocèse où l'apostolat des jeunes est tout juste embryonnaire et qui compte un seul prêtre en la personne de Mgr Tito Banchong Thopayong, son vicaire apostolique basé à Vientiane, a déclaré qu'elle ne pourrait pas rester dans la capitale jusqu'à ce que les dates d'une prochaine rencontre soient fixées. Les dates du 14-17 octobre 2004 ont été évoquées par les responsables de l'Eglise. Devant retourner à Luang Prabang, elle ne sera pas en mesure de retourner à Vientiane.

La première Rencontre nationale des jeunes catholiques avait eu lieu à Vientiane, au mois de septembre 2003. Elle avait rassemblé des jeunes de 15 à 25 ans (1).

Notes

(1)Voir EDA 382<br />