EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Laos Pour les festivités pascales, les catholiques laotiens ont adopté cette année certains rites bouddhistes pour célébrer la nouvelle année lao

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Laos

Imprimer

Pour les festivités pascales, les catholiques laotiens ont adopté cette année certains rites bouddhistes pour célébrer la nouvelle année lao [ Bulletin EDA n° 374 ]

01/05/2003

Cette année, les visiteurs présents à la cathédrale catholique de Vientiane juste après la messe de Pâques auraient pu croire un instant s'être trompés de lieu et assister à une célébration de la nouvelle année lao dans l'enceinte d'un temple bouddhiste. Près de la cathédrale en effet, les paroissiens versaient de l'eau parfumée sur les statues de Jésus, Marie et Joseph à la manière de leurs compatriotes honorant les statues de Bouddha dans les temples du pays.

Cette année, Pâques tombait le 20 avril, une semaine après Songkran, le nouvel an traditionnel, la fête la plus importante de ce pays essentiellement bouddhiste. Voir les laotiens se lancer de l'eau pendant les journées de Songkran n'est pas extraordinaire et souvent les médias en montrent des images. Ces rites sont d'origine religieuse et culturelle et, pour certains, peuvent rappeler certains rites catholiques.

Cette année, le 13 avril, dans les foyers et les temples bouddhistes, les familles ont aspergé les statues de Bouddha d'eau de rose et de jasmin recueillie dans des coupes, souvent d'argent. Les plus jeunes ont aussi aspergé les personnes âgées d'eau parfumée pour en recevoir des bénédictions. Traditionnellement, ces aspersions symbolisent la purification, le renouveau de l'esprit et de la vie, en particulier quand Songkran coïncide avec le mois le plus chaud de l'année, à la fin de la saison des pluies.

Mgr John Khamse Vithavong, vicaire apostolique de Vientiane, a rappelé à cette occasion que, pour les chrétiens, l'eau signifiait également la purification du péché et une vie nouvelle en Jésus Christ, symbole bien mis en évidence, après la bénédiction solennelle de l'eau baptismale, par l'aspersion des fidèles par le prêtre pendant la vigile pascale. De même, a-t-il ajouté, le dimanche de Pâques, au début de la messe, l'officiant asperge l'assemblée d'eau bénite, symbole de la purification des péchés. Etant donné l'importance de l'eau dans la tradition du Songran lao, Mgr Khamse Vithavong explique qu'il a tenu à donner une place à ce rite d'origine bouddhique dans la liturgie pascale (1).

Pour Linthi Saenyavong, président du conseil paroissial de la cathédrale, la cérémonie de purification des statues de la cathédrale s'apparente à celle pratiquée dans les temples. Le matin de Pâques, les catholiques se rendent à l'église en costumes traditionnels, portant l'eau parfumée. Les statues de Jésus, Marie et Joseph, décorées de guirlandes de fleurs aux couleurs variées, sont placées au centre d'un réceptacle devant la maison de l'évêque, proche de la cathédrale. La purification des statues a lieu après la messe.

Songkran est célébré du 13 au 15 avril chaque année dans plusieurs pays de l'Asie du Sud-Est, au Cambodge, au Laos, en Birmanie et en Thaïlande. Cette fête correspond au début de l'année solaire, au moment où le soleil passe de la constellation du Bélier à celle du Taureau.

Notes

(1)Voir EDA 330<br />